L’immersion d’Arik Levy chez Kaldewei

Le designer vient d’imaginer Emerso, sa toute première baignoire, et innove avec un lavabo, une idée qu’il a soufflée à la marque allemande spécialiste de la baignoire, qui n’en produisait pas jusqu’alors.

Emerso entre dans la collection « Meisterstücke » (chefs-d’œuvre en allemand). Comment est né ce projet ?
C’est la première fois que je réalise une baignoire. J’ai entamé la réflexion sur Emerso il y a cinq ans déjà, le temps nécessaire pour passer en revue tous les écueils techniques à contourner. Travailler aussi longtemps sur un projet crée une relation très forte avec une marque et il s’est instauré une relation de confiance entre nous. Nous étions tous deux d’accord sur l’idée qu’il ne fallait pas faire de compromis !

Quel en est l’esprit ?
Emerso évoque l’immersion, le mouvement que fait un objet qui entre dans un liquide. Comme je suis surfer, cela m’évoque aussi la formation des vagues, l’ondulation… C’est l’idée que l’on retrouve sur le pourtour de la baignoire. Je ne voulais pas de bords très fins, sur lesquels on ne peut rien poser. J’ai donc dessiné ce rebord plat qui se courbe au fur et à mesure, à la fois pour que l’eau puisse s’écouler dans la baignoire et que l’on puisse s’y adosser tranquillement.

Arik Levy en train de travailler sur une maquette d’Emerso.
Arik Levy en train de travailler sur une maquette d’Emerso. DR

Le résultat est-il à la hauteur de vos attentes ?
Oui, car au-delà de la forme, nous obtenons un modèle à la fois « éco-friendly » et « ego-friendly », en ce sens que chacun peut se l’ap­proprier. Un hôtel ou un architecte peut, à partir d’Emerso, créer sa propre baignoire, car la jupe peut être modifiée dans sa forme, sa couleur, ses finitions… Néanmoins, le con­fort, la vague, l’intérieur, restent inchangés.

Emerso, c’est aussi une vasque, une première pour Kaldewei…
Je participe au développement stratégique de Kaldewei et je leur ai suggéré de se lancer sur le lavabo. Je souhaitais qu’il accompagne la baignoire et offre ainsi un ensemble complet, harmonieux. Ce modèle est le pendant inversé de la baignoire, accessible de tous les côtés, de telle sorte que l’architecte peut l’im­planter comme il le souhaite.

Emerso a-t-elle lancé de grands défis techniques ?
La difficulté était de contraindre le matériau à faire ce que nous voulions, et non l’inverse. Travailler l’acier émaillé est complexe mais très agréable : il est solide, durable, d’une hygiène irréprochable et il capte bien la lumiè­re. Cependant, Emerso était technique­ment difficile à réaliser. Ce projet a nécessité un important développement technique et de lourds investissements pour créer les mou­les, obtenir cette forme et cette torsion.

www.kaldewei.fr

The good concept store La sélection IDEAT