Visite dans les ateliers du fabricant de luminaires Marset

L’éditeur de luminaires barcelonais Marset a reçu en 2015 un National Design Award qui met en lumière une stratégie de survie initiée dans les années 90. Depuis cette époque, Marset édite des luminaires d’auteurs aux idées fortes, à mi-chemin entre industrie et artisanat. Du showroom à l’atelier, nous n’avons rencontré que des passionnés dans l’entourage de son président Javier Marset.

Dans le jardin du showroom barcelonais de Marset, les échanges sont vifs. À table avec sa famille professionnelle, Javier Marset discute luminaires avec le designer Joan Gaspar, directeur artistique de la maison depuis vingt ans. À côté de lui, Christophe Mathieu, de­signer belgo-allemand des Canaries (sic), crée des lampes ici depuis plus de quinze ans. Quand Fabien Dumas (un Français vivant à Berlin) ou Mathias Hahn (un Allemand vivant à Londres) passent par ici, Javier Marset reçoit ces designers comme à la maison. Le star system indiffère cet écono­miste de formation. « Ses » designers, il préfère les appeler « auteurs ». Son credo ? La lampe brillant d’une idée forte. De la fonderie de métaux familiale Jesus Marset, les fils Javier et Carlos, co-directeurs, ont fait un éditeur au rayonnement international. « Pour émerger, nous devions proposer des éclairages innovants », dit Javier. Un tour au showroom et tout s’éclaire. Ici, pas de design show-off, rien que des produits singuliers.

Javier Marset, le président de Marset, est un économiste féru de marketing qui prend tout à bras le corps : design, fabrication et business !
Javier Marset, le président de Marset, est un économiste féru de marketing qui prend tout à bras le corps : design, fabrication et business ! Ludovic Maisant

Ensuite, direction l’atelier de céramique Apparatu, pour suivre la fabrication sous-traitée des lampes Pleat Box et Scotch Club. De son bureau de boss au premier étage, Aurora Mañosa a une vue imprenable sur les deux céramistes de sa vie, Joan, son mari, et Javier, leur fils, également designer. À voir le fonctionnement de ce label, on se dit qu’en fait d’usine, on visite plutôt un grand atelier d’artiste… Ici, on moule, on trempe, on peaufine, on cuit et on attend… La vue de l’abat-jour ocre de la Pleat Box, doré à l’or fin, suggère la haute facture. Pour Xavier, « rien de bling bling là-dedans. Cela donne surtout une lumière plus chaude ». Chaque modèle est unique, avec parfois un petit grain de beauté fatal pour signature. Avec le duo turco-berlinois Marshallah, Javier Mañosa a d’abord vu naître la Pleat Box des plis d’une coque de silicone. La Scotch Club, elle aussi fabriquée ici, a été peaufinée sur écran. Incroyable quand on voit les artisans Carlos et Cristian les fabriquer de leurs mains.

Joan Gaspar, le directeur artistique, nous a parlé « d’émotion, d’industrialisation, de matériaux et de proportions ». Lui-même designer, il a fait accoucher le designer Fabien Dumas de l’étonnante lampe Tam Tam. Au départ, ses multiples abat-jour en tissu étaient maintenus par du Velcro. Trop précaire pour Marset qui a finalement opté pour des rotules métalliques. Du coup, les tambours de lumière de Tam Tam éclairent de façon multidirectionnelle. Javier Marset acquiesce quand Joan Gaspar proclame que « la technique a libéré la forme. On peut dessiner en ne pensant qu’esthétique, ce qui n’est pas si facile au passage… » « Les nouveaux problèmes à traiter sont la qualité de la lumière, sa couleur et sa température », renchérit Javier. Aujourd’hui, de son QG catalan à son showroom new-yorkais, Marset s’est imposé en acteur essentiel du design contemporain. Pour son président, « Marset apporte de la fraîcheur, des matériaux et des technologies différents dans un catalogue cohérent ». Des lampes si belles qu’elles n’ont même pas besoin d’éclairer ? « Ça, c’est un vrai problème », intervient Christophe Mathieu. Et la tablée d’éclater de rire.

Marset en chiffres (2015)

  • Naissance du Marset contemporain : 1996
  • Design board : un CEO et un directeur artistique
  • Chiffre d’affaires : 8 millions d’euros (2013)
  • Objectif CA 2016 : 10 millions d’euros
  • Croissance (2012-2013) : +18 %
  • Part du C.A. investie dans le R&D : 8 %
  • Part des ventes à l’export : 85 %
  • Répartition géographique des ventes : Europe 78 %, Amériques 12 %, Afrique-Asie 10 %
  • Nombre d’employés : 36 hors réseau international de collaborateurs
  • Nombre de lampes vendues par an (2013) : 46 000
  • Nombre de collections : 45

Thématiques associées

The Good Spots Destination Barcelone

The good concept store La sélection IDEAT