Le Bruxelles de Sylvie Bouffa

Cette Belge « pur jus » (sa mère est flamande et son père wallon) a déjà derrière elle une longue carrière dans la finance. Passionnée de voyages, d’art, d’architecture et de design, elle s’est lancée dans House of Houses, un espace implanté à New York qui présentera les plus beaux produits belges. Ralentie par des tracasseries administratives et logistiques, elle a repoussé le lancement mais continue de mûrir son projet.

Votre saison favorite à Bruxelles ?
L’automne pour ses couleurs, les premiers feux dans la cheminée, les collections automne-hiver tellement plus élégantes à mon sens… Tout me plaît en automne.

Si Bruxelles était une couleur ?
Le bleu… Sans doute à cause de la pierre bleue des pavés des rues et des ornements des façades réalisés avec cette pierre du Hainaut unique.

Une odeur ?
Les marrons chauds dans les rues…

Une chanson ?
Une de Brel… Indiscutablement… Mais le choix du titre dépendra de mon humeur du moment… Durant mon enfance, nous l’écoutions énormément à la maison… Et pour moi, il n’y a pas plus bruxellois que Brel.

Votre quartier ?
Brugmann. J’y ai vécu étudiante dans un tout petit kot (logement étudiant, NDLR) miteux mais j’en ai gardé de très bons souvenirs. C’est un beau secteur, avec des immeubles majestueux, de belles maisons de maître et un peu de verdure ici et là. J’ai toujours trouvé ce quartier très élégant.

Le plus beau parc de Bruxelles ?
Sans hésiter, le Parc royal.

Une bonne alternative à Bruxelles ?
J’aime beaucoup Anvers, une ville multiculturelle dont j’apprécie le dynamisme et la créativité…

Quelle personnalité représente le mieux Bruxelles ?
En musique, je dirais Stromae qui est un vrai ket (terme issu des Marolles, un quartier de Bruxelles, qui signifie « jeune », « gosse », NDLR) ! Au cinéma, mon cœur balance entre Stéphane De Groodt et Charlie Dupont. Et puis, hors catégorie (parce qu’il en remplit plusieurs), Philippe Geluck, que j’adore !

Votre cantine à Bruxelles ?
Lola, au Sablon : leurs croquettes de crevettes sont les meilleures… et mes deux bouledogues y sont toujours très bien accueillis. Ça compte pour moi !

Qu’est-ce qui vous émeut encore à Bruxelles ?
C’est une femme qui m’émeut… Elle s’appelle Rachida L. et elle est à la tête de l’Atelier de couture haut de gamme Mulieris (qui fabrique par exemple des vêtements pour Stromae). Elle œuvre quotidiennement à un travail de très grande qualité tout en y insérant des valeurs morales et humaines essentielles à mes yeux. Une femme incroyable ! Cet atelier offre des emplois, entre autres, à des réfugiés ou demandeurs d’asile. Je trouve qu’allier ces deux aspects (luxe et social) est un tour de force admirable… C’est un exemple !

Le dernier spot que vous avez déniché en ville ?
L’atelier de l’incontournable artiste Isabelle de Borchgrave en compagnie d’Isabelle en personne. Elle y présente ses extraordinaires robes en papier, ses suspensions lumineuses oniriques, ses pliages sublimissimes… Ce qu’elle crée est incroyable et, si la maison Hermès a fait appel à elle pour décorer sa vitrine à Paris, c’est bien parce qu’Isabelle est vraiment exceptionnelle.

Un objet bruxellois typique ?
Une couque aux raisins (une viennoiserie, NDLR) et la tête de Tintin sur l’immeuble Le Lombard qui accueille les éditions de BD du même nom.

The good concept store La sélection IDEAT