Le Londres gourmand
d’Anne-Laure Pham

Folle de food, Anne-Laure Pham est rédactrice en chef de la revue Zeste et coauteure de Biérographie (Hachette Vins). Avec Les Camionneuses, elle organise les Feel Good Brunch chaque dimanche à la Gaîté lyrique et à l’Archipel, à Paris. Elle a choisi de dresser le portrait de son Londres gourmand.

La meilleure terrasse de Londres ?
J’aime beaucoup celle du Julie’s, à Notting Hill, qui donne sur de très belles façades.

Si Londres était un plat ?
Le scotch egg, une croquette de viande et d’œuf au jaune bien coulant, à grignoter avec une pinte de bière type « porter » (à fermentation haute, NDLR) au coin du comptoir.

Une saveur ?
Celle des scones encore chauds servis avec du beurre.

Un aliment ?
Les baked beans.

Une boisson ?
La bière pression, forcément.

Le meilleur quartier pour la food ?
Le Spa Terminus, un regroupement de producteurs artisanaux sous les voûtes du chemin de fer, vers Bermondsey.

Le meilleur marché ?
Le Broadway Market, à Hackney, où j’aime petit-déjeuner le samedi matin.

Une bonne alternative gastronomique à Londres ?
Je rêve d’aller au gastropub Sportsman, à Seasalter, dans le Kent, en bord de mer… À deux heures de Londres.

Quelle personnalité culinaire représente le mieux Londres ?
J’ai eu le privilège de rencontrer Jason Hinds, des fromages Neal’s Yard – il faut visiter leurs boutiques. C’est un cerveau bouillonnant d’inventivité, une rock-star qui n’a pas peur de l’échec.

Votre cantine à Londres ?
Caravan : j’y vais à chaque séjour car c’est le spot parfait à toute heure de la journée, tout près de King’s Cross. C’est immense et on y mange très bien.

Le dernier spot que vous avez déniché en ville ?
Le Story Deli, une pizzeria cachée à Shoreditch. Ah ! cette croûte parfaite…

Un objet culinaire typiquement british ?
Un pot de sauce Marmite.

Le meilleur resto avec vue ?
On m’a dit beaucoup de bien de Plateau, à Canary Wharf.

Le meilleur fish & chips ?
The Fryer’s Delight, à Holborn, avec sa façade défraîchie – tout le contraire du cabillaud qui y est servi.

Un pub fétiche ?
The Anchor & Hope, un gastropub fantastique où est commis un exploit quotidien : leur worker’s lunch. Une cuisine à la fois -familiale et raffinée.

Votre restaurant gastronomique préféré à Londres ?
C’est une ville où on mange bien à tous les prix. Dans mes fétiches un peu standing, il y a l’incontournable St. John – celui de St. John Street –, encore un gastropub, et j’aime beaucoup Amaya, pour ses petits plats -indiens très raffinés.

Où déguster les meilleures pâtisseries ?
Je raffole du bread and butter à la noix de coco de Granger & Co. – et ils font un excellent petit déjeuner. Oh, et les scones de Foxcroft & Ginger… sooooo yummy !

Comment le reste du monde peut-il s’inspirer de la gastronomie de cette ville ?
C’est son ouverture, sa curiosité qui en fait une ville « foodie » foisonnante. Les Britanniques n’hésitent pas à valoriser des cuisines étrangères et à se les réapproprier sans complexes. Enfin, le service est souvent très chaleureux.

Bière ou Pimm’s ?
Choix cornélien. Le Pimm’s sera réservé aux garden-parties à la campagne. La bière, pour tout le reste du temps ! Mais je n’abuse pas trop des cask beers (bières en tonneau très peu gazéifiées, NDLR), servies tièdes au pub. Mon estomac n’est pas si vaillant !

High tea ou apéro au pub ?
Apéro au pub, sans hésiter. Il n’y a pas mieux pour saisir l’esprit d’un quartier, observer les gens, oublier qu’on est touriste.

Un hôtel favori à Londres ?
J’utilise surtout Airbnb, en visant particulièrement les quartiers de Brixton ou de Leyton – légèrement branchés, pas trop bourrés de touristes et pratiques à rejoindre en métro.

Sunday roast ou world food ?
Le Sunday roast a un goût fantastique un lendemain de cuite. Mais je peux m’en passer pour une virée dans l’un des restaurants d’Ottolenghi, le roi des assiettes veggie tendance méditerranéenne, ou un déjeuner au comptoir de Polpetto.

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT