La Fondation Luma se dévoile

IDEAT vous raconte comment une ancienne friche proche du centre d'Arles va devenir un nouveau centre névralgique de l'art grâce à la fondation Luma.

Alors que les prochaines Rencontres photographiques d’Arles débutent le 4 juillet, les grues sont toujours à l’œuvre sur le site de la Fondation LUMA, installée sur une friche ferroviaire à quelques encablures du centre-ville. Ces anciens ateliers SNCF fermés en 1984 étaient investis chaque été le temps des Rencontres mais plutôt désert en dehors de la manifestation.

Créée en 2004 par Maja Hoffmann, la Fondation LUMA a pour vocation de soutenir et promouvoir la création contemporaine dans le domaine de l’art, de la photographie, de l’édition, du documentaire et du multimédia. Arlésienne de cœur, la riche héritière suisse s’est prise de passion pour cette ville qu’elle veut hisser parmi les places fortes de l’art contemporain. Elle a ainsi jeté son dévolu sur cette emprise ferroviaire de 6 hectares désormais en pleine ébullition constructive pour devenir le Parc des Ateliers, son nom de baptême.

Pièce maîtresse du projet, une tour de verre et d’Inox signée Frank Gehry qui, du haut de ses 56 mètres, dominera la ville. Postée à l’entrée du site, elle abritera notamment des espaces d’archives, d’exposition, des bureaux mais aussi des cafés et restaurants. Espaces d’exposition, cinq des anciens ateliers sont réhabilités par l’agence new-yorkaise d’Annabelle Selldorf. Sous la houlette du belge Bas Smets, un aménagement paysager d’envergure fera de ce site le plus grand parc de la ville.

Si l’achèvement du chantier est prévu dans deux ans, il fut décidé dès les prémisses du projet d’échelonner ses différentes phases pour permettre au site d’accueillir chaque été les Rencontres photographiques. Le mois prochain, la Mécanique Générale ouvrira ses portes, fidèle à l’esprit qui a guidé la réhabilitation des lieux : un équilibre entre le vocabulaire industriel du XIXe siècle et une écriture qui affirme sans équivoque son caractère contemporain.

Dernier événement en date, le chorégraphe Benjamin Millepied a annoncé qu’il s’installait pour trois ans en résidence à LUMA Arles avec sa compagnie L.A. Dance Project. De quoi continuer à faire vivre le lieu avant son inauguration officielle prévue en juillet 2018.

Diaporama : La Fondation Luma se dévoile

The good concept store La sélection IDEAT