Bénédicte Morel et Serge Alcala
« Marseille permet de faire éclore des idées »

En manque de soleil et de lumière, Bénédicte Morel et Serge Alcala ont quitté Paris il y a deux ans pour déposer leurs valises à Marseille. Dans leur tête, un projet bien ancré : ouvrir ici un centre contemporain de bien-être novateur. Danseuse, Bénédicte souhaite renouveler, dans la cité phocéenne, l’esprit « sport ». Son concept est d’offrir dans un même lieu une galerie d’art dévolue aux designers et aux expositions, un salon de thé dans le patio végétalisé où prendre son petit déj’ bio éventuellement, mais aussi sauna, massages, danse et cours de yoga-fly. Sous les moulures de l’hôtel particulier qu’elle a déniché près du Vieux Port, il n’est pas question de performance physique mais du simple plaisir de se faire du bien ! « Marseille permet de faire éclore les idées ; Il y existe un énorme potentiel alors que Paris est saturée.. Les gens ont d’ailleurs montré beaucoup de bienveillance pour notre projet », déclare Bénédicte Morel toujours sous le charme. « Il y a une envie de faire, une écoute, même si administrativement tout est trop long encore (après deux ans et demi, nous voyons enfin le bout de notre projet). Cette ville veut se débarrasser de sa mauvaise image et met vraiment les bouchées doubles pour y arriver », renchérit Serge Alcala. En attendant que leur adresse encore en chantier soit totalement opérationnelle, Bénédicte et Serge explorent leur nouvelle ville de cœur. Dans le quartier du Panier, ils ont notamment rencontré le peintre Benjamin Carbonne qui y a son atelier. Cet artiste s’intéresse au corps et a déjà travaillé avec des danseurs. C’est donc tout naturellement qu’il sera parmi les premiers à exposer dans les salons du centre de bien-être inauguré en septembre.

The good concept store La sélection IDEAT