Le monde du design pleure Jens Risom

Sept mois après avoir célébré son 100e anniversaire, le designer dano-américain Jens Risom est décédé dans sa maison de la Côte Est des Etats-Unis. Retour sur une carrière d'une légende discrète.

Dernière icône vivante parmi les designers emblématiques du XXe siècle, Jens Risom s’est éteint le 9 décembre dans son modeste bungalow de New Canaan (Connecticut), entouré d’œuvres expressionnistes danoises, de quelques meubles d’Arne Jacobsen et – bien sûr – de ses propres créations.

Jens Risom en visite à la Rocket Gallery à Londres en 2010.
Jens Risom en visite à la Rocket Gallery à Londres en 2010. Copyright Cesar Caballud

Le design devait, d’après lui, dépasser une considération purement esthétique pour gagner en fonctionnalité et en confort afin de répondre aux variations d’usages d’un même objet. Parmi les stars du design des années 1950-70, il fut l’un des seuls à vivre assez longtemps pour assister à la redécouverte de son travail par la nouvelle génération.

« Un designer doit garder à l’esprit la fonction, le confort et la fabrication. » Jens Risom

Né à Copenhague en mai 1916 d’un père architecte, il nourrit très tôt un intérêt pour le design. En 1941, il rencontre Hans Knoll aux Etats-Unis où, à sa surprise, les motifs anglais traditionnels servent encore de référence en matière de décoration. A la suite d’un coup de ce foudre amical, ils s’inspirent ensemble du courant d’architecture moderniste pour définir un nouveau style de mobilier basé sur des lignes épurées.
En 1942, la Knoll Furniture Company se lance avec une collection de vingt pièces dont dix sont dessinées par Jens Risom. Durant la Seconde Guerre mondiale, les restrictions liées à l’effort de guerre conduisent Risom à évoluer : son design gagne en inventivité, notamment grâce à l’utilisation de sangles de parachute tressées, utilisées pour l’assise de son fauteuil le plus célèbre réalisé pour Knoll. Mais il part bientôt rejoindre l’US Army…

Chaise 6245 de Jens Risom (1941, Knoll).
Chaise 6245 de Jens Risom (1941, Knoll).

En mai 1946, à son retour à la vie civile, afin de garder la main sur le design, la fabrication et la distribution de ses meubles, il quitte Knoll et crée l’atelier Jens Risom Design. Un choix stratégique qui va assurer son succès commercial… mais qui nuit parallèlement à sa réputation d’artiste. Après la vente de sa compagnie en 1970, il continue de dessiner du mobilier de manière occasionnelle tandis que plusieurs de ses pièces intègrent les collections de musées prestigieux, comme le MoMA ou le Yale Museum of Art & Design. Actuellement, en plus de Knoll, la maison Ralph Pucci International réédite certaines de ses créations.

Jens Risom (à droite) en compagnie de George Nelson, Edward Wormley, Eero Saarinen, Harry Bertoia et Charles Eames dans le magazine américain Playboy (juillet 1961).
Jens Risom (à droite) en compagnie de George Nelson, Edward Wormley, Eero Saarinen, Harry Bertoia et Charles Eames dans le magazine américain Playboy (juillet 1961). Playboy 1961

En parvenant à combiner tradition danoise et modernisme américain, Jens Risom a marqué l’histoire du design. Il a dessiné des pièces à l’allure « simple et rationnelle, dans un souci de fonctionnalité et de qualité », résume Jonathan Stephenson, commissaire d’exposition de la rétrospective que lui a consacrée l’année dernière la Rocket Gallery de Londres.

Chaises hautes (Knoll) de Jens Risom (1916-2016).
Chaises hautes (Knoll) de Jens Risom (1916-2016). Knoll

The good concept store La sélection IDEAT