Retour sur les dix architectures marquantes de 2016

Au terme d'un exercice 2016 riche en aboutissement de projets ambitieux ou modestement beaux, nous vous livrons une sélection subjective des architectures qui nous ont marqués cette année.

De Washington à Shanghai, en passant par Anvers, une sélection des architectures les plus remarquables de 2016.

La Maison du Port de Zaha Hadid.
La Maison du Port de Zaha Hadid. Hélène Binet

Disparue le 31 mars dernier, Zaha Hadid lègue à la ville d’Anvers une Maison du Port aussi futuriste que spectaculaire. Afin de réunir les 500 employés du port au sein d’un même bâtiment, l’architecte anglo-irakienne imagina une extension aux allures de diamant reposant sur deux énormes piliers de béton blanc pour surplomber l’ancienne caserne de pompiers réhabilitée.

Le « World Trade Center Transportation Hub » de Santiago Calatrava.
Le « World Trade Center Transportation Hub » de Santiago Calatrava. Photo by Max Touhey

Au pied du nouveau World Trade Center, la structure de la gare dessinée par l’Espagnol Santiago Calatrava se compose de deux rangées d’arêtes en acier dont les courbures font références aux ailes d’un oiseau. Leur espacement permet de faire pénétrer une grande quantité de lumière au sein d’un vaste atrium cerné par deux niveaux de commerces.

Le « Roy and Diana Vagelos Education Center » de Diller Scofidio + Renfro.
Le « Roy and Diana Vagelos Education Center » de Diller Scofidio + Renfro. Iwan Baan

Toujours à New York, le centre d’éducation Vagelos, dédié à la médecine et dessiné par l’agence Diller Scofidio + Renfro, s’organise selon un concept de « Study Cascade ». Réparties sur quatorze niveaux au sein d’une structure mêlant acier et béton, les différentes salles d’études se combinent à un réseau de circulations verticales incluant de nombreux espaces de rencontres et de détente.

La tour « Hongkou Soho » de Kengo Kuma.
La tour « Hongkou Soho » de Kengo Kuma. Image via CTBUH

Siège social d’un promoteur immobilier, Kengo Kuma imagine pour la tour Hongkou Soho à Shanghai une façade inspirée des drapés d’une robe. Réalisés à partir d’une maille en aluminium de dix-huit millimètres de large, des panneaux verticaux se plient le long de la tour haute de 29 étages pour créer des ondulations et une impression de dynamisme.

Le « Lieu de vie » du Studio Muoto.
Le « Lieu de vie » du Studio Muoto. Courtesy Muoto Architectes / Maxime Delvaux

Coté français, l’équipe du Studio Muoto est lauréate du Prix de l’Équerre d’Argent 2016 grâce à la réalisation du Lieu de vie pour le campus de Paris-Saclay. Un équipement où se superposent un restaurant universitaire, une cafétéria, des salles de sport et une salle de danse pour contrebalancer l’éparpillement horizontal des bâtiments sur le campus et lui offrir l’urbanité qui lui manquait.

L’extension du « SFMOMA » de Snøhetta.
L’extension du « SFMOMA » de Snøhetta. ©_Henrik_Kam__courtesy_SFMOMA

Accolé à la façade arrière du San Francisco Museum Of Modern Art conçu par Mario Botta en 1995, l’extension signée par les Norvégiens de Snøhetta s’élève sur dix étages derrière une façade censée évoquer la baie. En plus de tripler la surface des espaces d’exposition, le projet retravaille l’inscription du musée dans son environnement à l’aide de nouveaux cheminements piétons.

Le « Smithsonian National Museum of African American History and Culture » d’Adjaye Associates.
Le « Smithsonian National Museum of African American History and Culture » d’Adjaye Associates. Paul Clemence

Situé sur l’avenue de la Constitution à Washington, le Smithsonian National Museum of African American History and Culture s’inscrit avec humilité dans ce cadre unique en enterrant cinq de ses niveaux en sous-sol. Entièrement enveloppé d’un treillis réalisé en bronze et emprunté à l’artisanat afro-américain, le bâtiment de Adjaye Associates souhaite incarner l’héritage africain de la culture américaine.

Le musée « Hokusai » de l’agence Sanaa.
Le musée « Hokusai » de l’agence Sanaa. images courtesy of the sumida hokusai museum

Le musée Hokusai a ouvert ses portes à Sumida, la ville natale de l’artiste. Le bâtiment, signé de l’architecte Kazuyo Sejima, est recouvert de plaques d’aluminium jouant avec la lumière et reflétant les couleurs du voisinage. Fractionné en cinq volumes qui semblent se soutenir mutuellement, il accueille plus de 1 800 œuvres de l’artiste au milieu d’une scénographie épurée.

L’extension de la Tate Modern Art Gallery de Herzog & de Meuron.
L’extension de la Tate Modern Art Gallery de Herzog & de Meuron. Courtesy of Herzog and de Meuron – Photography: Iwan Baan

A la suite de leur réhabilitation effectuée en 2000, Herzog & de Meuron s’attaquent à nouveau à la Tate Modern Art Gallery, en la complétant d’une extension aux arrêtes saillantes. A l’aide d’une façade en brique ajourée, le nouvel édifice s’inscrit avec homogénéité dans l’esthétique de l’ancienne centrale électrique tout en filtrant la lumière.

L’ « Elbphilharmonie » de Herzog & de Meuron.
L’ « Elbphilharmonie » de Herzog & de Meuron. Maxim Schulz

Finalement achevée après des années de retard, la philharmonie de Hambourg du célèbre duo d’architectes bâlois ouvrira ses portes au public le 11 janvier prochain. Prévue depuis 2003, la construction de la structure en verre au-dessus d’un ancien entrepôt situé le long de l’Elbe, avait été retardée en raison d’une hausse des coûts et de querelles juridiques avec le contractant.

The good concept store La sélection IDEAT