L’architecture de Karawitz bouscule le pavillonnaire

Fondée à Paris par la Bulgare Milena Karanesheva et l'Autrichien Mischa Witzmann, l'agence d'architecture Karawitz nous invite à découvrir sa dernière maison passive, construite dans une zone pavillonnaire de Marly-le-Roi (Yvelines).

Tous deux architectes, Milena Karanesheva et Mischa Witzmann se rencontrent d’abord à l’Université Technique de Vienne (Autriche). Après un passage par de prestigieuses agences, comme Massimiliano Fuksas ou Architecture Studio, ils fondent en 2006 l’agence Karawitz à Paris.

A droite, Milena Karanesheva et Mischa Witzmann dans les locaux de l’agence Karawitz.
A droite, Milena Karanesheva et Mischa Witzmann dans les locaux de l’agence Karawitz. Karawitz

A Marly-le-Roi (Yvelines), ils ont tout récemment signé la réalisation d’une maison en zone pavillonnaire. Car s’il est pionnier de l’architecture bioclimatique, le duo s’intéresse également à la problématique de l’habitat individuel dans un contexte suburbain trop souvent délaissé par les architectes.

La maison s’installe en bordure de parcelle pour créer une impression d’urbanité dans ce quartier où tous les pavillons sont en retrait.
La maison s’installe en bordure de parcelle pour créer une impression d’urbanité dans ce quartier où tous les pavillons sont en retrait. ©Schnepp Renou

Cherchant à interagir avec son voisinage, à l’inverse du traditionnel pavillon caché derrière des haies, la maison s’installe en bordure de son étroite parcelle pour se positionner sur la rue et créer une sensation d’urbanité jusqu’ici absente de son environnement.

Avec son bardage et une volumétrie singulière, la maison dénote et anime le paysage de la rue.
Avec son bardage et une volumétrie singulière, la maison dénote et anime le paysage de la rue. ©Schnepp Renou

Son bardage en mélèze pré-grisé, enveloppant tout le volume de la maison jusqu’à la terrasse en porte-à-faux, attire volontairement le regard pour rompre la monotonie de la rue. Une ambition assumée qui s’incarne également par de larges ouvertures en façade principale et des clôtures en acier galvanisé perforé qui laissent filer le regard.

Grâce aux ouvertures intelligemment positionnées au niveau inférieur, la maison semble presque flotter dans les airs.
Grâce aux ouvertures intelligemment positionnées au niveau inférieur, la maison semble presque flotter dans les airs. ©Schnepp Renou

La maison semble léviter grâce une dépression du terrain permettant d’accéder à l’entrée tout en abritant un espace réservé à la voiture et au bois de cheminée. Semi-enterré, ce niveau accueille un local technique et une chambre d’ami ainsi que sa salle de bains.

Le creusement du terrain permet de dissimuler la voiture.
Le creusement du terrain permet de dissimuler la voiture. ©Schnepp Renou

Autour de la cheminée centrale qui chauffe à elle seule l’intégralité de cette maison passive, la cuisine et un salon intimiste se répartissent de part et d’autre de l’escalier réalisé à partir d’une seule pièce d’acier préfabriqué tandis que, deux marches plus haut, un séjour traversant donne accès à la terrasse.

A l’intérieur, le blanc fait la part belle au mobilier et au béton brut.
A l’intérieur, le blanc fait la part belle au mobilier et au béton brut. ©Schnepp Renou
Dans le vaste séjour, un coin musique côtoie la salle à manger.
Dans le vaste séjour, un coin musique côtoie la salle à manger. ©Schnepp Renou

Au dernier étage, les trois chambres disposent de fenêtres en hauteur pour profiter de vues vers le ciel et préserver leur intimité. Là encore, le béton est laissé brut pour conférer du caractère à cette maison de 145 m2 construite à partir d’une structure en panneaux de bois massif.

Au-dessus des chambres d’enfants, les combles, accessibles par des échelon,s font office de salle de jeux.
Au-dessus des chambres d’enfants, les combles, accessibles par des échelon,s font office de salle de jeux. ©Schnepp Renou

« Par une fantaisie assumée mais bel et bien contrôlée », la maison Marly renouvelle donc les codes du pavillonnaire par une architecture contemporaine et écologiquement responsable. Deux caractéristiques propres à l’agence Karawitz, qu’elle développe également au sein de projets d’architectures participatives ou de réhabilitations de bâtiments tertiaires, en France comme à l’international.

L’architecture de Karawitz réinvente les codes du pavillon pour promouvoir une architecture contemporaine et bioclimatique.
L’architecture de Karawitz réinvente les codes du pavillon pour promouvoir une architecture contemporaine et bioclimatique.

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT