Entre art et design, la couleur en question à Bordeaux

Comment la couleur influence-t-elle notre perception des objets ? Cette exposition scénographiée par Pierre Charpin questionne son rôle dans l'histoire du design, mais également dans l’art contemporain.

À Venise, l’installation monumentale et multicolore de Sheila Hicks clôt le parcours de l’exposition principale de la Biennale. Cette pionnière de l’art du textile a toujours revendiqué l’influence de l’un de ses professeurs, Josef Albers (1888-1976), ancien pilier du Bauhaus et auteur d’Interaction of Color. L’ouvrage, devenu culte dès sa publication en 1963, est d’ailleurs présenté sous la forme d’une application numérique dans cette exposition bordelaise qui ambitionne de révéler les liens entre la couleur et le design.

Stand de l’éditeur textile Mira-X réalisé avec Verner Panton pour le Salon  Heimtextil en 1971 (Francfort, Allemagne).
Stand de l’éditeur textile Mira-X réalisé avec Verner Panton pour le Salon  Heimtextil en 1971 (Francfort, Allemagne).

Conçu par Constance Rubini, directrice du musée des Arts décoratifs et du Design de Bordeaux, et scénographié par Pierre Charpin, Créateur de l’année lors du dernier salon Maison & Objet, le parcours met en valeur des œuvres issues de divers champs artistiques.

Dessin Sans titre de Pierre Charpin.
Dessin Sans titre de Pierre Charpin. Pierre Charpin

 

Sont ainsi présentées la fameuse Corner Chair (1984) de Donald Judd, qui, avec Frank Stella, Carl Andre ou Sol LeWitt, révolutionna l’art contemporain en imposant le minimalisme, et l’une des Superbox (1966) d’Ettore Sottsass, structure architecturale aux couleurs saturées avec laquelle celui-ci souhaitait donner « un poids rituel aux objets ». Autant de pièces historiques qui dialoguent avec celles, plus récentes, de Patricia Urquiola, Martin Szekely ou Ionna Vautrin.

« Corner Chair » de Donald Judd (1984).
« Corner Chair » de Donald Judd (1984). Patrick Faigenbaum
Superbox d’Ettore Sottsass.
Superbox d’Ettore Sottsass. Triennale de Milano

Mais les designers ne sont pas les seuls à questionner la couleur. Olivier Saillard, historien de la mode et directeur du palais Galliera, intervient notamment en présentant sa collection personnelle de papiers, empreints de rouge à lèvres aux nuances chromatiques sophistiquées, tandis que Michel Pastoureau, historien médiéviste et spécialiste des couleurs, démontre comment les drapeaux, objets en deux dimensions, véhiculent par leurs couleurs l’identité entière d’un pays.

Etude chromatique d’Irma Bloom sur la palette naturelle du Parc naturel de Canaima (Vénézuéla).
Etude chromatique d’Irma Bloom sur la palette naturelle du Parc naturel de Canaima (Vénézuéla). 2012

Quant à l’illustratrice et typographe Irma Boom, elle a imaginé un papier peint aux couleurs de Bordeaux. Une initiative qui s’inscrit à merveille dans le cadre de la saison culturelle « Paysages Bordeaux 2017 », qui célèbre l’arrivée de la ligne à grande vitesse dans la ville du Sud-Ouest.

« Oh couleurs ! Le design au prisme de la couleur ». Au musée des Arts décoratifs et du Design (@madd_bordeaux), Bordeaux (33), du 29 juin au 5 novembre. Madd-bordeaux.fr

The good concept store La sélection IDEAT