Nathalie du Pasquier dévoile ses peintures abstraites à Londres

Designer renommée membre du mouvement Memphis, Nathalie du Pasquier est longtemps restée dans l’ombre en tant que peintre, une activité qu’elle pratique pourtant depuis plus de vingt ans. La galerie londonienne Pace expose jusqu’au 4 août une rétrospective de ses œuvres. Une (re)découverte !

Nathalie du Pasquier est une aventurière dans le monde de l’art. Autodidacte née à Bordeaux et basée à Milan, c’est en membre active de la joyeuse troupe menée par Ettore Sottsass au sein du Groupe Memphis qu’elle se fait connaître pour son travail de graphiste et de designer dans les années 1980. Cette touche-à-tout prolifique décline généreusement un répertoire formel graphique et coloré dans des domaines aussi divers que la mode, les meubles, le dessin, les bijoux… Et joue un rôle non négligeable dans le revirement esthétique opéré par la tornade Memphis. C’est peu avant la dissolution du mouvement en 1987 qu’elle décide de se mettre en retrait pour se consacrer à la peinture.

Agencé par Nathalie du Pasquier elle -même, l’espace de la galerie accorde ses tons pastels aux œuvres exposées.
Agencé par Nathalie du Pasquier elle -même, l’espace de la galerie accorde ses tons pastels aux œuvres exposées. Courtesy Pace Gallery
L’exposition présente aussi des sculptures, un basculement en 3D des natures mortes peintes de l’artiste. Au premier plan : New Object n°5, 2017, bois peint.
L’exposition présente aussi des sculptures, un basculement en 3D des natures mortes peintes de l’artiste. Au premier plan : New Object n°5, 2017, bois peint. Courtesy Pace Gallery

Cette facette picturale moins connue de l’œuvre de Nathalie du Pasquier est mise à l’honneur par la galerie Pace à Londres jusqu’au 4 août. L’exposition From Time to Time présente une cinquantaine d’œuvres de l’artiste qui dévoilent une exploration ininterrompue de l’espace et de l’agencement des volumes entre eux. A première vue d’un caractère sériel assez fascinant, les pièces (un corpus de peintures, de dessins et de sculptures) révèlent chacune leur singularité propre et un mystère particulier. Entre les natures mortes pastels aux échos cubistes et les assemblages sculpturaux en 3D, les volumes, les couleurs et les formes se répondent.

Quelques dessins réalisés par Nathalie du Pasquier entre 2009 et 2014. Ils dévoilent de nombreuses correspondances stylistiques, des natures mortes épurées de Morandi aux explorations cubistes du début du XXème siècle.
Quelques dessins réalisés par Nathalie du Pasquier entre 2009 et 2014. Ils dévoilent de nombreuses correspondances stylistiques, des natures mortes épurées de Morandi aux explorations cubistes du début du XXème siècle. Courtesy Pace Gallery
Deux peintures de Nathalie du Pasquier réalisées en 2016 et 2017.
Deux peintures de Nathalie du Pasquier réalisées en 2016 et 2017. Courtesy Pace Gallery

Les créations de Nathalie du Pasquier rythment l’espace de la galerie et tranchent joliment sur ses murs lisses. Avec une scénographie signée par l’artiste elle-même, l’exposition devient une pure immersion dans son monde de formes abstraites et permet de projeter le travail de la peintre dans la lumière. D’autres événements vont succéder à l’exposition du Pace : l’Institute of Contemporary Art (ICA) de Philadelphie lancera en septembre une rétrospective ambitieuse des œuvres de l’artiste. Une consécration !

Au centre de l’espace d’exposition, la salle rouge présente des œuvres réalisées entre 2008 et 2014 : elle montre la transposition des formes imaginées par Nathalie du Pasquier de la toile au 3D, ou inversement.
Au centre de l’espace d’exposition, la salle rouge présente des œuvres réalisées entre 2008 et 2014 : elle montre la transposition des formes imaginées par Nathalie du Pasquier de la toile au 3D, ou inversement. Courtesy Pace Gallery

Nathalie du Pasquier, From Time to Time, Pace London, jusqu’au 4 août 2017. 

The good concept store La sélection IDEAT