A Santander, Renzo Piano crée un musée au-dessus de l'Atlantique

Dans le nord de l’Espagne, à Santander, Renzo Piano vient de finaliser le bâtiment du Centro Botin. Ce nouveau musée d’art contemporain accueillera la collection de la fondation éponyme ainsi que des expositions temporaires.

Quand l’archi-star Renzo Piano signe un nouveau musée d’art contemporain, son ouverture passe rarement inaperçue… Il faut dire que lee maître-mot de l’architecte italien, la maîtrise de l’environnement, donne toujours des résultats spectaculaires. En se projetant sur 20 mètres sur le bleu du golfe de Gascogne, l’édifice qu’il vient de livrer à Santander se fond dans son contexte. L’azur d’un côté ; le vert des jardines de Pereda de l’autre : « Le Centro Botín respecte à son échelle la petite ville qu’il représente », explique Vicente Todolì, président du comité visuel du musée, « tout en offrant une deuxième jeunesse à cet espace, situé à deux pas du centre historique. »

_

Tour à tour occupée par des docks portuaires puis un immense parking, cette partie du front de mer méritait une réhabilitation. Pour Piano, le projet « resserre les liens entre le centre historique et la mer ». C’est justement en pensant à une façon de connecter terre et mer que l’architecte génois a dessiné un bâtiment en surélévation qui s’étend en surplomb sur 20 mètres au-dessus des flots.

RPBW_6574579

Son aspect à « deux lobes » est le résultat « d’un modelage approfondi de la structure », une forme principalement choisie pour faire pénétrer le plus de lumière possible au rez-de-chaussée et maximiser la vue sur mer depuis le parc. C’est toujours dans un jeu de lumière que les façades ont été recouvertes de 280 000 minuscules perles de céramiques, réfléchissant les rayons du soleil mais aussi les miroitements de l’océan.

RPBW_6575927a

Le contrôle de la lumière est également vital dans les intérieurs. Ici, Piano a joué la carte de la superposition. Les collections d’art à l’étage sont protégées par différentes couches de toiture : un premier niveau composé de petites lamelles en verre sérigraphié empêche une lumière trop éblouissante de pénétrer directement dans l’espace de la galerie. Une autre couche, formée d’étroites lamelles en aluminium contrôlées par un système de vérins reliés à des capteurs, sert également à moduler l’éclairage. Une terrasse surélevée contemple la mer, offrant aux visiteurs une vue imprenable sur la baie et Santander.

 

RPBW_6576129

Rénovés pour l’occasion, les Jardines de Pereda ont été pensés par le spécialiste Fernando Caruncho, en étroite collaboration avec le cabinet de Renzo Piano. Ce parc historique a doublé de superficie et s’ouvre désormais sur la mer. Il accueille deux installations : celle de Cristina Iglesiad, où s’entremêlent pierre et acier, et l’oeuvre lumineuse 7/8Hz de Carsten Höller.

> Centre Botin. Muelle de Albareda, s/n Jardines de Pereda, Santander, Espagne.
> Horaires d’hiver (d’octobre à mai) : du mardi au dimanche, de 10 heures à 20 heures.
> Expositions en cours : « L’art au tournant du siècle » (un accrochage d’œuvres récemment acquises, jusqu’au 31 janvier 2018) et « Légèreté et Audace : les dessins de Goya » (jusqu’au 24 septembre)

The good concept store La sélection IDEAT