A Milan : Armani/Silos, le parcours d'une vie

Pour célébrer ses 40 ans de carrière, le styliste Giorgio Armani a récemment ouvert Armani/Silos, un espace d'exposition interactif dans la Zona Tortona, au cœur du quartier design de Milan.
Photos Henri Del Olmo

La nouvelle structure se dresse, puissante et austère, à l’ombre de micocouliers centenaires, sur la Via Bergognone, juste en face de l’Armani/Teatro. Ce dernier, implanté sur le site d’une ancienne usine, a été pensé par l’architecte japonais Tadao Ando en 2000. Armani/Silos affiche un seul élément ornemental : une fenêtre en bandeau, qui court en haut sur toute la largeur du bâtiment et qui enveloppe et souligne sa masse compacte. « Dans l’idée d’une continuité, j’ai décidé de baptiser l’édifice Armani/Silos, car, à l’origine, la construction servait de lieu de stockage de denrées alimentaires, des produits essentiels à la vie. Et pour moi, les vêtements sont aussi essentiels à la vie que la nourriture », explique Giorgio Armani (@armani).

Respectueux du lieu et de son origine, Armani a préservé l’enveloppe du plan de construction en béton armé, en le recouvrant de plaques en fibrociment avec enduits et silicates.
Respectueux du lieu et de son origine, Armani a préservé l’enveloppe du plan de construction en béton armé, en le recouvrant de plaques en fibrociment avec enduits et silicates. Henri del Olmo

Autrefois entrepôt de céréales, la bâtisse date des années 50. À cette époque, le quartier s’inscrivait dans la banlieue à vocation industrielle de Milan. Ce n’est que dans les années 80 qu’il se transforme en pôle créatif, privilégiant l’aspect culturel. Les grands noms du design et de la mode, à la recherche de plus grands espaces, jettent leur dévolu sur ce secteur.

Les sols en ciment gris et les coloris neutres des parois jouent le contraste avec les plafonds sombres, créant une sorte d’intimité dans chaque espace, comme dans l’entrée principale.
Les sols en ciment gris et les coloris neutres des parois jouent le contraste avec les plafonds sombres, créant une sorte d’intimité dans chaque espace, comme dans l’entrée principale. Henri del Olmo

Très vite, certains s’y installent en remodelant, les uns après les autres, ces bâtiments grandioses à l’allure de cathédrales. Au fil du temps, ils métamorphosent le quartier dans sa globalité en créant une forte synergie entre investissements publics et privés. Cela explique que le quartier soit, aujourd’hui, en pleine effervescence créative entre jeunes talents, grandes maisons à la renommée internationale et musées.

Les sols en ciment gris et les coloris neutres des parois jouent le contraste avec les plafonds sombres, créant une sorte d’intimité dans chaque espace, comme dans l’entrée principale.
Les sols en ciment gris et les coloris neutres des parois jouent le contraste avec les plafonds sombres, créant une sorte d’intimité dans chaque espace, comme dans l’entrée principale. Henri del Olmo

Giorgio Armani, en habitué du lieu, a imaginé et suivi le projet des anciens silos, soutenu par son équipe interne d’architectes. Fidèle à ses principes de rigueur, d’ordre et de simplicité, le styliste a délibérément opté pour des formes rationnelles et pures qui font écho à une conception esthétique toute personnelle. Il a porté son dévolu sur l’unité des matériaux comme le ciment, l’acier et le verre.

Quatre niveaux (dont trois d’exposition) représentatifs du travail de Giorgio Armani s’articulent selon un ordonnancement thématique, et non chronologique, des thèmes qui continuent d’inspirer le styliste.
Quatre niveaux (dont trois d’exposition) représentatifs du travail de Giorgio Armani s’articulent selon un ordonnancement thématique, et non chronologique, des thèmes qui continuent d’inspirer le styliste. Henri del Olmo

Seule la structure externe d’origine a été conservée. Le volume intérieur a été entièrement repensé afin d’en créer de nouveaux et de reconsidérer la circulation. D’allure monumentale, l’édifice se déploie sur 4 500 m2, répartis sur quatre niveaux. Les espaces sont organisés autour d’un immense vide central, qui s’envole sur trois étages, accentué par les deux nefs qui s’élèvent de part et d’autre. Un escalier majestueux réunit les différents paliers et invite à la déambulation.

Au premier étage, la section dédiée aux accessoires présente la collection « Giorgio Armani » composée de 200 pièces.
Au premier étage, la section dédiée aux accessoires présente la collection « Giorgio Armani » composée de 200 pièces. Henri del Olmo

Chaque niveau développe un thème spécifique qui s’inspire du travail de création du styliste et explore son savoir-faire. Les 600 modèles et les 200 accessoires sélectionnés racontent les différents moments de sa carrière, comme le « Daywear » au niveau de l’entrée, « L’exotisme » au premier étage, « Les chromatismes » au deuxième, « La lumière » et les archives numériques au troisième.

Près des archives numériques, la section vidéo décline tous les points forts des défilés, campagnes publicitaires et événements des quatre dernières décennies. Les éditions Rizzoli éditent un livre consacré au styliste, écrit à la première personne : « Giorgio Armani ». Publication d’une édition à tirage limité, numérotée.
Près des archives numériques, la section vidéo décline tous les points forts des défilés, campagnes publicitaires et événements des quatre dernières décennies. Les éditions Rizzoli éditent un livre consacré au styliste, écrit à la première personne : « Giorgio Armani ». Publication d’une édition à tirage limité, numérotée. Henri del Olmo

Giorgio Armani a voulu mettre à disposition tout son travail et toute son expérience pour soutenir la nouvelle génération et encourager les jeunes créateurs : les dessins, les esquisses, le matériel technique, les documentaires et les films qui relatent son parcours autour du prêt-à-porter et de la haute couture sont en consultation libre. D’un très haut niveau technologique, les archives s’adressent à un public de passionnés, qu’ils soient chercheurs, étudiants de l’école de design du Politecnico de Milan ou étudiants participant aux échanges internationaux. L’espace propose également une boutique et un café ouvert sur une vaste cour intérieure.

La cafétéria suit les canons esthétiques du créateur. Réalisée en chêne rouvre, elle se prolonge vers la terrasse et ouvre sur une vaste cour.
La cafétéria suit les canons esthétiques du créateur. Réalisée en chêne rouvre, elle se prolonge vers la terrasse et ouvre sur une vaste cour. Henri del Olmo

Armani/Silos. Via Bergognone, 40, 20144 Milan. 

The Good Spots Destination Milan

The good concept store La sélection IDEAT