Il était une fois… trois designers belges

Lors de l'événement Design September à Bruxelles, nous avons rencontré trois jeunes et talentueux designers qui nous ont présenté leurs projets en cours. L’occasion de prendre le pouls de la nouvelle création belge…

 

1/ Nicolas Brevers, designer géométrique
Quand Nicolas Brevers dessine une lampe, il n’assemble pas juste des composants utiles. Cet amoureux des formes géométriques préfère s’inspirer de règles mathématiques. A un moment, il s’arrête sur une structure qui devient alors le scénario définissant les contours de sa lampe. L’idée que l’on puisse ensuite faire le lien entre ces formes et des créations de la Nature lui va très bien ! Dans cet esprit, il a développé en 2014 la collection Gobo Lights.

Lampe « Nested Cuboids » de Nicolas Brevers…
Lampe « Nested Cuboids » de Nicolas Brevers… nicolas brevers

La lampe Nested cuboids propose par exemple une forme évanescente composée de montants articulés en métal tubulaire qui dessinent trois cubes et neuf triangles. La structure générale formée par l’ensemble de ce réseau de tiges métalliques varie à mesure que l’on monte ou baisse le pommeau suspenduau centre. Ce faisant, les ombres projetées au sol ou sur les murs varient elles aussi. Même phénomène avec le luminaire Operation / Flow / Interaction. A chaque fois, la sphère fait monter ou descendre la structure tout en modulant la lumière. Le tout est fait à la main, en Belgique, ce qui aujourd’hui n’est plus un détail…
www.nicolasbrevers.com

… et sa structure polymorphe.
… et sa structure polymorphe.

2/ Pierre-Emmanuel Vandeputte, designer défricheur
A 26 ans, diplôme en poche depuis deux ans, Pierre-Emmanuel Vandeputte préfère créer une nouvelle typologie plutôt que de sortir des produits classiques, évidemment plus commerciaux. Son projet Paradosso propose et conditionne une expérience originale. A notre connaissance, il n’existe pas de mobilier permettant de s’appuyer debout, une posture plus saine que la position assise. Pierre-Emmanuel Vandeputte a donc mis au point une sorte de chevalet composé d’une paroi de cuir légèrement inclinée montée sur des tubes de métal. En plus, le jeune designer a évité le côté gadget moche.

« Paradosso » de Pierre-Emmanuel Vandeputte.
« Paradosso » de Pierre-Emmanuel Vandeputte. MikoMikoStudio

On sent tout de suite que la qualité de fabrication donne de la substance au projet. Mais il fallait aussi un dessin sans lourdeur. Côté fonction, Paradosso donne de quoi s’adosser, dans le hall d’un hôtel par exemple. Le designer est aussi l’auteur de Nascondino, une séparation-protection en feutre, suspendue à une armature de bois clair. Une version avec bâche micro-perforée est aussi possible pour l’outdoor.
www.pierreemmanuelvandeputte.com

« Nascondino » de Pierre-Emmanuel Vandeputte, dans sa version indoor.
« Nascondino » de Pierre-Emmanuel Vandeputte, dans sa version indoor. MikoMikoStudio

3/Laurent Verly, designer éclairé
Titulaire d’un master en architecture intérieure aux Beaux-arts de de Bruxelles, Laurent Verly a déjà eu l’idée d’une lampe à tête d’icône. Sa 0 Line est comme un trait dans l’espace. Comme dans un jeu, l’usager déplace lui-même ce trait pour fixer l’allure définitive du luminaire. Plus le tube est souple, plus le jeu est aisé. La grande référence en matière de luminaire de ce type reste la lampe Arco signé Castiglioni (Flos). Mais cette dernière ne bouge pas. Certes, on a découvert à Bruxelles une lampe du designer belge Pol Quadens qui elle aussi trace un trait dans l’espace mais celle de Laurent Verly va plus loin dans le modulable.

Flexible et ludique, la lampe « O Line » de Laurent Verly.
Flexible et ludique, la lampe « O Line » de Laurent Verly. georges-verly

Il faut compter cinq mètres de fil à sculpter comme on veut. Dans le futur, on tracera du doigt dans l’espace la forme de la lampe qui se matérialisera ensuite toute seule. Une chose est certaine : O Line va avec tout. Pour Laurent Verly, c’est une solution lumineuse qui s’adapte à l’usager. Elle éclaire, c’est vrai, aussi bien le livre sur vos genoux que tout votre salon. Elle consomme peu et affiche une durée de vie de 30 000 heures. Avec sa télécommande qui lui permet d’être épurée au maximum, elle est prometteuse !
https://www.laurentverly.com

Avec « O Line », Laurent Verly réinvente le luminaire modulable.
Avec « O Line », Laurent Verly réinvente le luminaire modulable. georges-verly

A voir : Exposition « Belgitude the New Belgians » au MAD, Centre de la mode et du design.
10 place du Nouveau Marché aux Grains, 1000 Bruxelles.
Du mercredi au dimanche, de 11 heures à 18 heures. Jusqu’au 8 octobre.

The good concept store La sélection IDEAT