Merci et My Little Paris emménagent à Montmartre

De novembre à décembre, le concept-store Merci et le site My Little Paris se lancent dans une colocation inédite au sein d'une belle maison du XVIIIe arrondissement de Paris. Au programme : ateliers, conférences, projections... organisés dans une demeure qui a été spécialement rhabillée dans l'esprit Merci. Visite guidée.

Il y a des vendredis moins ordinaires que d’autres. Le rendez-vous nous était donné à 9 heures pétantes sur les hauteurs de Montmartre pour découvrir en avant-première la maison de famille pensée par un duo parisien inédit formé par l’enseigne Merci et le groupe media My Little Paris. Après avoir flâné dans les jolies rues de la Butte, baignées par le soleil radieux de ce début octobre, nous arrivons au numéro 6 de l’allée des Brouillards. L’adresse abritera de novembre à fin décembre un havre de paix apaisant, une expérience unique.

Le début de la visite se fait dans la salle à manger, attenante à la cuisine ouverte où s’affairent Marion Proust et Sylvie Potier, les chefs qui officient respectivement chez My Little Paris et Merci.

Dans la salle à manger, chacun choisit sa chaise ! Soigneusement rangée dans le buffet, la collection personnelle de Daniel Rozensztroch de terrines à harengs.
Dans la salle à manger, chacun choisit sa chaise ! Soigneusement rangée dans le buffet, la collection personnelle de Daniel Rozensztroch de terrines à harengs. DR

L’ambiance est chaleureuse et détendue. Les conversations fusent. Ça tombe bien, c’est exactement l’esprit que souhaitait donner à cette maison Daniel Rozensztroch, le charmant directeur artistique de Merci. « Ça me ravit de voir tout le monde s’affairer. J’ai imaginé cette maison comme si une famille ayant ses habitudes chez Merci venait y trouver refuge. » Attention, précise-t-il, son rôle n’a pas été celui d’un décorateur, mais plutôt celui d’un observateur de la vie quotidienne. « Aucun des objets que j’ai choisi de présenter n’est anodin, il raconte une histoire, celle de la famille que j’imagine vivre ici. Je n’ai pas aménagé cet espace pour qu’il soit beau en images. Dans une maison vivante, on assume son propre mauvais goût. »

Un grand canapé issu de la sélection Merci habille le salon : « Ce n’est pas parce que l’espace n’est pas immense que j’allais me priver d’y placer des pièces imposantes. Je trouve que cette ambivalence souligne le caractère convivial d’une pièce ».
Un grand canapé issu de la sélection Merci habille le salon : « Ce n’est pas parce que l’espace n’est pas immense que j’allais me priver d’y placer des pièces imposantes. Je trouve que cette ambivalence souligne le caractère convivial d’une pièce ». DR

Au gré des pièces de la maison qui accueilleront divers ateliers (cuisine-méditation, décoration du sapin de Noël, « conférences sous la couette »…), on retrouve des meubles chinés, des pièces de galeries et, bien sûr, des produits de la sélection Merci. Nous déjeunons d’ailleurs dans le nouveau service d’art de la table en grès imaginé par Merci et produit par Serax, présenté en Septembre au salon Maison & Objet. L’ensemble sera proposé à la vente sur le site MerciMerci.com, via des images in situ cliquables.

Daniel Rozensztroch et le nouveau service d’art de la table Merci (Serax).
Daniel Rozensztroch et le nouveau service d’art de la table Merci (Serax). Fanny Liaux

L’un des espaces qui a le plus retenu notre attention est le bureau. Sur un mur, ont été accrochés des dessins de chaises design iconiques, réalisés au stylo Bic par Konrad, artiste de la School Gallery, qui a largement participé à la décoration du lieu. On y aurait aussi bien attrappé une part du millefeuilles qui trônait sur l’établi faisant office de bureau (belle idée !)… mais il est en céramique ! Encore une trouvaille de la School Gallery. De nombreuses pièces insolites rythment ainsi la visite, comme cette moitié de lapin qui semble vouloir s’échapper des toilettes.

Sur le bureau, le fameux millefeuilles de céramique. Sur l’étagère, au centre, deux des dessins au stylo Bic de Konrad.
Sur le bureau, le fameux millefeuilles de céramique. Sur l’étagère, au centre, deux des dessins au stylo Bic de Konrad. DR
Où ce lapin pense-t-il aller ?
Où ce lapin pense-t-il aller ? DR

Dans la salle de bains, où s’est perdu un canapé immaculé, Daniel Rozensztroch nous explique qu’il adore le principe de la collection (comprendre accumulation). Cette pièce est donc le sanctuaire de la brosse à dents comme la salle à manger est celui des terrines de harengs. Dans le couloir, encore une collection personnelle avec un accrochage de cintres en fil de fer. 

Une salle de bains toute en élégance qui n’oublie pas le précepte déco de la maison : l’éclectisme !
Une salle de bains toute en élégance qui n’oublie pas le précepte déco de la maison : l’éclectisme ! DR

A la fin de la visite, on en oublie presque que la maison n’est pas réellement habitée par la famille de Jules, dont la chambre ferait pâlir nombre d’écoliers (enfin, surtout leurs parents !).

Jules fera ses devoirs sur un bureau signé Arne Jacobsen, une pièce rarissime chinée par Merci en Finlande. Prénom en métal de Zoé Rumeau.
Jules fera ses devoirs sur un bureau signé Arne Jacobsen, une pièce rarissime chinée par Merci en Finlande. Prénom en métal de Zoé Rumeau. DR

La maison de famille Merci x My Little Paris ne sera pas accessible au public quotidiennement mais des rendez-vous et des ateliers seront régulièrement organisés, et des places seront à gagner par tirages au sort. Programmation et inscriptions accessibles sur : maisonmerci.mylittleparis.com.

 

The good concept store La sélection IDEAT