Quand la créatrice de Comme des garçons se faisait designer…

Après le succès cet été de la rétrospective new-yorkaise dédiée à la styliste japonaise Rei Kawakubo, le cerveau derrière la griffe Comme des Garçons, l’exposition parisienne de son mobilier à la galerie A1043 devrait piquer la curiosité des fans de mode et de design. Sans que Rei Kawakubo ne se prétende designer, sa production de mobilier pour ses boutiques de 1983 à 1993 exhale un intriguant parfum de nostalgie…

On peut être designer sans le vouloir, le savoir ou le dire… Tel est l’exploit réalisé par la styliste Rei Kawakubo. Pour ses boutiques Comme des garçons, de 1983 à 1993, elle a conçu un mobilier singulier, aujourd’hui exhumé par la galerie parisienne A1043.

Boutique parisienne de Comme des garçons en 1987.
Boutique parisienne de Comme des garçons en 1987. Jean-Pierre Godeaut

Rei Kawakubo, dont la planète mode suit le travail depuis longtemps, a dessiné ces tables, chaises… simplement pour structurer l’espace de ses boutiques. Par besoin de tables pour poser les vêtements et de sièges pour asseoir les clients. Ceci dit, que ces espaces aient été meublés ne veut pas dire que la fonction première de ces pièces ait été l’usage ou le confort… L’architecture de ces showrooms était aussi radicale que la mode qui y était présentée. Visuellement, il fallait donc un mobilier au diapason. De cette démarche scénographique, il reste des chaises comme la n°1 à l’assise en maillage de métal, probablement livrée sans coussin à l’époque !

Chaise n°1 de Rei Kawakubo (1983).
Chaise n°1 de Rei Kawakubo (1983). Photo Yann Bohac

En 1983, Kawakubo ne semble suivre d’autres influences que la sienne. Cette année-là, ses chaises n°7 tout en tube d’acier inoxydable satiné n’offrent pour toute convivialité que leur mince galette noire de cuir vernie. La même année, la créatrice réalise la chaise n°22 en tilleul japonais, comme une version plus sèche d’une pièce eighties de Starck, avec une fente de préhension dans le dos pour la déplacer.

Chaise n°7 de Rei Kawakubo.
Chaise n°7 de Rei Kawakubo. Photo Yann Bohac
Chaise n°22 de Rei Kawakubo (1987).
Chaise n°22 de Rei Kawakubo (1987). Photo Yann Bohac

Il y a peut-être une dose d’humour distancié quand elle se fait fabriquer en 1989, une chaise hautement conceptuelle. La n°24 assoit le client sur une assise en tube d’acier chromé qui commence en spirale et finit en perche ! Du vrai design de galerie… à une époque où il n’existait pas encore !

Chaise n°24 de Rei Kawakubo (1989).
Chaise n°24 de Rei Kawakubo (1989). Photo Yann Bohac

En 1991, pour se fondre dans l’architecture post-industrielle d’une boutique, la chaise n°32 en tôle zinguée est ornée d’un dossier constitué par deux chaines. Quant à la chaise n°XX en tôle zinguée réalisée la même année, elle affiche aujourd’hui une parenté avec le tabouret Splatter que le designer anglais Max Lamb a créé… en 2015 !

Chaise n°32 de Rei Kawakubo (1991).
Chaise n°32 de Rei Kawakubo (1991). Photo Yann Bohac
Chaise n°XX de Rei Kawakubo (1991).
Chaise n°XX de Rei Kawakubo (1991). Photo Yann Bohac

Rei Kawakubo a aussi dessiné en 1987 un paravent qui entremêlait le tilleul japonais et l’aluminium. Enfin, il y a l’élégance de ces tables à double plateau superposés qui achèvent de convaincre de son immense talent de designer.

Paravent n°12 de Rei Kawakubo (1987).
Paravent n°12 de Rei Kawakubo (1987). Photo Yann Bohac

Les galeristes Didier Jean Anicet Courbot et Stéphanie Laurent Courbot ont été séduits par cette radicalité et par son pedigree. Mais ils disent : « Le design ne nous intéresse pas. Nous sommes intéressés uniquement par les œuvres. » Quel que soit leur statut, elles sont à voir absolument !

Table n°18 de Kei Kawakubo (1987).
Table n°18 de Kei Kawakubo (1987). Photo Yann Bohac

« Comme des Garçons furniture. Le mobilier de Rei Kawakubo » à la Galerie A1043. 47, rue de Montmorency, 75003 Paris. Jusqu’au 22 décembre.
Du mercredi au samedi, de 13h30 à 19 heures.

The good concept store La sélection IDEAT