Les chefs-d’œuvre de Shiro Kuramata s’exposent à Paris

Disparu à l'âge de 57 ans, Shiro Kuramata a profondément marqué le design du XXe siècle grâce à des pièces hors normes, aussi renommées que singulières, auxquelles la galerie Wauthier rend aujourd'hui hommage à travers une exposition monographique.

Ami intime d’Ettore Sottsass, Shiro Kuramata (1934-1991) succède logiquement au maître italien exposé précédemment au sein des espaces parisiens de la galerie Wautier. Du 19 octobre au 30 décembre, une vingtaine de pièces, cultes ou méconnues, retracent ainsi le parcours de l’une des figures les plus marquantes du design post-moderne.

« Sealing of the Roses » du Kuramata Design Office (1989). Etude pour la chaise « Miss Blanche ».
« Sealing of the Roses » du Kuramata Design Office (1989). Etude pour la chaise « Miss Blanche ». © Galerie Wauthier

Célèbre pour sa série de meubles à tiroirs édités chez Cappellini ou son fauteuil Miss Blanche, Shiro Kuramata signe d’abord l’aménagement de nombreuses boutiques japonaises, notamment pour Issey Miyake, avant de rejoindre le Mouvement Memphis en 1981. Influencé par l’approche industrielle du Bauhaus, il parvient néanmoins à lui conférer une dimension poétique nouvelle qui place aussitôt ses pièces sur le devant de la scène internationale.

Guéridon « Kyoto», Memphis Milano (1983).
Guéridon « Kyoto», Memphis Milano (1983). © Galerie Wauthier

Minimaliste et surréaliste, cette poésie s’incarne à travers l’apparente fragilité de ses œuvres qui semblent parfois se dématérialiser. Baptisé d’après le fameux titre de jazz, son non moins célèbre fauteuil How High The Moon s’habille de treillis métalliques pour créer des jeux de transparences, d’ombres et de lumières à l’origine de son aspect unique et évanescent.

Fauteuil « How High The Moon » (1986).
Fauteuil « How High The Moon » (1986). © Galerie Wauthier

De ses chaises A, dont les assises sont uniquement maintenues par les accoudoirs afin de créer une sensation de déséquilibre, aux casiers en « lévitation » de son meuble Pyramid intégralement réalisé en acrylique, Shiro Kuramata cherche continuellement à dérouter notre regard pour attiser notre curiosité et faire appel à tous nos sens.

Chaises « A », Ishimaru (1983).
Chaises « A », Ishimaru (1983). © Galerie Wauthier

Ancien directeur artistique basé à Tokyo, Jean-Roland Campion, devenu fondateur de la galerie Wauthier, nous offre ainsi une sélection exceptionnellement riche du travail de Shiro Kuramata dont les pièces sont habituellement disséminées entre les collections du MoMA ou du centre Pompidou. Un événement rare donc, à découvrir à deux pas de ce dernier…

Meuble « Pyramid », Cappellini (1968).
Meuble « Pyramid », Cappellini (1968). © Galerie Wauthier

Exposition « Shiro Kuramata » à la galerie Wauthier. Du 19 octobre au 30 décembre.
37, rue Chapon, 75003 Paris.
Du mardi au vendredi, de 14 h à 19 h. Le samedi, de 11 h à 19 h.

 

The good concept store La sélection IDEAT