Albert Renger-Patzsch à l’épreuve de la frontalité

Nature, architecture, paysage et portrait… le photographe allemand semble avoir tout abordé durant sa longue carrière. Par sa simplicité formelle et son sens du détail, il a aussi profondément marqué l’histoire de son médium. Le Jeu de paume lui rend un hommage à la hauteur de son œuvre.

Né en 1897, en Allemagne, Albert Renger-Patzsch arrête ses études de chimie pour se consacrer à la photographie dès 1921. Très rapidement, il s’interroge sur les composantes réalistes de la discipline avec ses potentialités artistiques et poétiques. En 1928, il pose, dans la revue Das Kunstblatt, les bases de la Nouvelle Objectivité : « Il y a un besoin urgent d’examiner les manières de penser anciennes et d’observer les choses d’un point de vue nouveau. On doit éprouver une joie plus intense à regarder un objet, et le photographe doit devenir pleinement conscient de la splendide fidélité de reproduction grâce aux possibilités techniques. »

« Bügeleisen für Schuhfabrikation, Faguswerk Alfeld » [Fers à repasser pour la fabrication des chaussures, usine Fagus, Alfeld], 1928
« Bügeleisen für Schuhfabrikation, Faguswerk Alfeld » [Fers à repasser pour la fabrication des chaussures, usine Fagus, Alfeld], 1928 Albert Renger-Patzsch
Avant cela, en 1923, il avait écrit son premier texte sur les extraordinaires capacités du médium à représenter la nature avec de sublimes gros plans d’orchidées. Les principes fondamentaux qui guideront ses créations sont définis. Réalisme, objectivité et neutralité s’imposent. L’essor de l’industrialisation, avec son développement de produits standardisés et de série, fascine le photographe qui immortalisera en 1928 ces Fers à repasser pour la fabrication des chaussures, de toute beauté dans leur représentation frontale.

« Natterkopf » [Tête de couleuvre], 1925.
« Natterkopf » [Tête de couleuvre], 1925. Albert Renger-Patzsch
Son ouvrage le plus célèbre, Die Welt ist schön (« le monde est beau »), sorti en 1928, apparaît alors comme une sorte de manifeste entre héritage historique et modernité. Les paysages réalisés dans la Ruhr illustrent particulièrement le contraste entre territoire rural et grands complexes industriels, entre ville et périphérie. Et révèlent au passage la posture ambivalente de Renger-Patzsch face à la mutation à l’œuvre.

Charbonnage Graf Moltke, dans le quartier de Gladbeck, à Gelsenkirchen (1952-1953), d’Albert Renger-Patzsch.
Charbonnage Graf Moltke, dans le quartier de Gladbeck, à Gelsenkirchen (1952-1953), d’Albert Renger-Patzsch. Albert Renger-Patzsch

« Albert Renger-Patzsch. Les choses ». Au Jeu de paume, à Paris (VIIIe), du 17 octobre au 21 janvier 2018.

The good concept store La sélection IDEAT