Avec le Sifflu, Stéphanie Marin réinvente la pause cigarette

Toujours soucieuse de bien-être, la designer Stéphanie Marin vient de sortir le Sifflu, un objet singulier, qui se substitue à la cigarette et rééduque la respiration. Interview.

Racontez-nous la genèse du Sifflu
J’ai rencontré des médecins avec qui j’ai parlé de l’essor de la cigarette électronique. J’avais en tête le fait qu’après-guerre, on disait que fumer n’était pas néfaste pour la santé avant de se rendre compte que c’était un désastre. Aujourd’hui, la cigarette électronique est considérée comme inoffensive mais personne n’a pris le temps d’analyser les choses. Nous n’avons aucun recul sur la dangerosité du vapotage. De fil en aiguille, on est venus à parler du fait que l’on respirait mal. Je parle de la façon dont on inspire et expire. C’est un vrai problème de santé publique auquel je suis particulièrement sensible en tant qu’asthmatique. Le jour où j’ai appris à bien respirer, cela a changé ma vie. Mais il n’existe aucune pédagogie sur ces gestes simples du quotidien.

Comment en êtes-vous venue à créer cette typologie qui n’existait pas ?
Sifflu est né comme un objet fétiche, qui permet d’apprendre dans le bon ordre les gestes de respiration corrects.

Le Sifflu est fabriqué en laiton à Nice, dans les ateliers de Stéphanie Marin.
Le Sifflu est fabriqué en laiton à Nice, dans les ateliers de Stéphanie Marin. Smarin

Comment cela se concrétise ?
On inspire par le nez – ce qui est très important car le nez est plein de neuro-transmetteurs qu’il faut stimuler – puis on expire dans le Sifflu. Cette expiration provoque une petite vibration. On entend un son, ce qui permet de réguler son souffle, de le faire durer le plus longtemps possible.

En quoi cela constitue-t-il une alternative à la cigarette ?
J’ai aussi voulu apporter une alternative à l’aspect convivial du tabac. J’étais un peu jalouse de tous ces gens qui prennent leur pause cigarette : ils ont l’autorisation de faire un truc totalement inutile plusieurs fois par jour pendant que les non-fumeurs doivent continuer à travailler. Grâce au Sifflu, on peut prendre cette pause… et l’attitude qui va avec ! C’est pourquoi le Sifflu est conçu comme un objet de standing, plaqué or. Grâce à lui, les non-fumeurs peuvent prendre une pause pour souffler, mieux respirer, se recharger.

 

Le Sifflu permet de reproduire le geste du fumeur mais sans effet nocif.
Le Sifflu permet de reproduire le geste du fumeur mais sans effet nocif. Smarin

C’est aussi un dispositif médical…
En effet, un petit bouchon permet d’introduire une mèche imbibée d’huile essentielle mais de façon micro-dosée. Le micro-dosage est très important, c’est ce que j’ai appris en présentant le Sifflu à un sommet des médecines non conventionnelles à la Faculté de Nice. Les effets secondaires peuvent être catastrophiques en cas de mauvais dosage, c’est pourquoi son usage doit être encadré, mais le Siffllu constitue un excellent outil d’administration.

Comment est fabriqué le Sifflu ?
Le Sifflu est en laiton plaqué or et nous les produisons nous-mêmes, dans notre atelier de Nice.

Le Sifflu et sa housse en feutre.
Le Sifflu et sa housse en feutre. Smarin

Comment se positionne-t-il dans votre démarche de designer ?
Dans mon métier, je me penche sur les gestes automatiques de notre quotidien, qui sont parfois mauvais, et cela m’intéresse de proposer d’autres automatismes qui viennent les remplacer et qui provoquent une utilisation plus optimale du corps humain. Dans le même esprit, j’ai conçu il y a deux ans une lampe baptisée Kairos sur le thème de la cohérence cardiaque. Mon prochain gros coup sera une chaise avec un ergonomie très spéciale qui sortira au printemps prochain…

Le Sifflu est disponible à la boutique du Centre Pompidou et sur l’e-shop de Stéphanie Marin, 90 €.

 

The good concept store La sélection IDEAT