Home : À Paris (XIIIe), grand format chez Kann Design

Le Libanais Houssam Kanaan et l’Iranienne d’origine arménienne Meghedi Simonian ont fait de Kann Design une référence en matière de mobilier fifties d’inspiration scandinave. Lorsqu’ils décident de s’installer à Paris, ce n’est pas dans les beaux quartiers qu’ils plantent leur drapeau, mais tout en haut de l’une des tours des Olympiades, près de Tolbiac. Très loin des sentiers battus, dans de grands volumes et avec beaucoup de goût !
Photos Gaëlle Le Boulicaut

Kann Design, c’est d’abord une histoire de famille. Une histoire qui commence loin d’ici, à Beit Chabab, un village libanais où le père d’Houssam Kanaan, ébéniste, a créé son propre atelier. Petit déjà, Houssam venait y travailler pendant l’été. Il s’imprégnait dans ces lieux du savoir-faire en perpétuel perfectionnement qu’induit le sur-mesure, avant d’en prendre la tête en 2010. En hommage à l’époque de sa création, 1958, l’atelier de « deuxième génération » se dirige naturellement vers le style des années 50, mais d’inspiration… scandinave !

Houssam Kanaan et Meghedi Simonian sur un banc revisité par Kann x Bleu de Chauffe (Kann Studio). Lampadaire de style industriel (Handvärk). Photo au mur de Mathieu Karst.
Houssam Kanaan et Meghedi Simonian sur un banc revisité par Kann x Bleu de Chauffe (Kann Studio). Lampadaire de style industriel (Handvärk). Photo au mur de Mathieu Karst. Gaëlle Le Boulicaut pour IDEAT

Le studio s’est ensuite ouvert aux collaborations extérieures pour enrichir et varier son offre : José Pascal d’abord, architecte libanais basé à Paris ; les designers italiens Nicola Santini et Pier Paolo Taddei ; les Aveyronnais du label Bleu de Chauffe, spécialistes de la maroquinerie ; les designers Amandine Chhor et Aïssa Logerot, de AC/AL Studio ; ou le jeune designer français Jean Couvreur.

Duo de bureaux (Tiptoe). Pinboard (Please Wait to Be Seated). Chaises pliantes Stitch d’Adam Goodrum (Cappellini).
Duo de bureaux (Tiptoe). Pinboard (Please Wait to Be Seated). Chaises pliantes Stitch d’Adam Goodrum (Cappellini). Gaëlle Le Boulicaut pour IDEAT

Lorsque Houssam et sa femme, Meghedi Simonian, ancienne graphiste au magazine Mouvement, se mettent en quête d’un appartement parisien, c’est avec l’intention de privilégier les volumes. Et s’ils ne cherchaient pas forcément dans le XIIIe, c’est un coup de cœur qui en décida lorsqu’ils découvrirent le potentiel de cet espace en duplex au trentième et dernier étage de l’une des tours des Olympiades.

Idéal dans une cuisine, le carrelage d’origine a volontairement été conservé, conférant à cette pièce tout son cachet. Super Elliptical Table d’Arne Jacobsen (Fritz Hansen) entourée de chaises chinées. Photo imprimée sur papier d’art coton de Mathieu Karst. Suspension Hal rouge de Guillaume Delvigne (La Chance).
Idéal dans une cuisine, le carrelage d’origine a volontairement été conservé, conférant à cette pièce tout son cachet. Super Elliptical Table d’Arne Jacobsen (Fritz Hansen) entourée de chaises chinées. Photo imprimée sur papier d’art coton de Mathieu Karst. Suspension Hal rouge de Guillaume Delvigne (La Chance). Gaëlle Le Boulicaut pour IDEAT

Ce complexe résidentiel édifié dans les années 70 par Michel Holley est un exemple typique du principe de « zoning vertical » inspiré de La Charte d’Athènes de Le Corbusier. La construction sur dalle permet de séparer les activités : circulation reléguée au sous-sol, commerces et espaces de travail au rez-de-chaussée et lieux d’habitation en hauteur. Conservée dans son jus très seventies (de la couleur des boîtes aux lettres au design des ascenseurs), cette architecture chargée de l’histoire – souvent sujette à polémique –, de la rénovation urbaine parisienne n’a pas empêché le couple de tout de suite s’y projeter.

Dans l’entrée, la console : un plateau en béton et deux pieds en acier (Tiptoe). Applique 204 L 40 (Lampe Gras par DCW Éditions). Photos de Ruby Bou Chebel. Au centre, deux illustrations de Shabnam Zeraati. Carafe (Doiy au Bon Marché). Chaise Stitch d’Adam Goodrum (Cappellini). Cactus (Truffaut).
Dans l’entrée, la console : un plateau en béton et deux pieds en acier (Tiptoe). Applique 204 L 40 (Lampe Gras par DCW Éditions). Photos de Ruby Bou Chebel. Au centre, deux illustrations de Shabnam Zeraati. Carafe (Doiy au Bon Marché). Chaise Stitch d’Adam Goodrum (Cappellini). Cactus (Truffaut). Gaëlle Le Boulicaut pour IDEAT

Séduits par l’unité du lieu et les détails, comme les carrelages et les mosaïques typiques de l’époque, particulièrement prégnantes dans les salles d’eau, Houssam et Meghedi n’ont envisagé que très peu de modifications. « On a privilégié le blanc, pour la lumière, et pour conserver un maximum de liberté dans l’aménagement des meubles et des accessoires. Mais aussi et surtout pour mettre en avant nos photos et nos illustrations », explique Houssam.

Dans le prolongement de la chambre, banquette de Meghedi Simonian et valet Pend d’Hamid Bekradi (Kann Design). Photo de Rudy Bou Chebel. Tapis tissé main Diaphore (La Manufacture Cogolin).
Dans le prolongement de la chambre, banquette de Meghedi Simonian et valet Pend d’Hamid Bekradi (Kann Design). Photo de Rudy Bou Chebel. Tapis tissé main Diaphore (La Manufacture Cogolin). Gaëlle Le Boulicaut pour IDEAT

Car autant qu’un lieu de vie, l’appartement avait vocation à devenir une jolie galerie privée. « Chaque image exposée ici a une histoire qui nous relie à elle », raconte ce féru de photo. On y retrouve le travail de Rudy Bou Chebel, photographe reconnu au Moyen-Orient, associé chez Kann Design et photographe de plateau ; des tirages de voiture, signés Mathieu Karst ; et les œuvres de Gregori Saavedra, adepte de grands formats en technique mixte, découvert à l’Espace M.H. Karst, qu’il suit depuis longtemps.

Depuis la mezzanine, vue plongeante sur le salon. Sur les meubles de rangement suspendus Bala (Kann Design), le téléviseur Sérif de Ronan et Erwan Bouroullec (Samsung) diffuse un film de Wes Anderson cher à Houssam et Meghedi : À bord du Darjeeling Limited. Tapis Four Corners de Jason Miller (La Manufacture Cogolin). Banquette tapissée Bi Back, dessinée par Meghedi Simonian. Table basse Vy et fauteuil Kora à ossature bois du designer José Pascal (le tout, Kann Design).
Depuis la mezzanine, vue plongeante sur le salon. Sur les meubles de rangement suspendus Bala (Kann Design), le téléviseur Sérif de Ronan et Erwan Bouroullec (Samsung) diffuse un film de Wes Anderson cher à Houssam et Meghedi : À bord du Darjeeling Limited. Tapis Four Corners de Jason Miller (La Manufacture Cogolin). Banquette tapissée Bi Back, dessinée par Meghedi Simonian. Table basse Vy et fauteuil Kora à ossature bois du designer José Pascal (le tout, Kann Design). Gaëlle Le Boulicaut pour IDEAT

Houssam apprécie par ailleurs les photographes libanais dont le travail est imprégné du passé du pays. « Les photos et les illustrations qu’on aime ont une histoire et font partie de notre histoire, de notre vie, à travers des rencontres. J’ai toujours été entouré de photographes, comme Rami Mekdachi, du collectif Lola James Harper, libanais lui aussi, et dont nous exposons les tirages dans nos deux boutiques », poursuit Houssam. Des choix aux parcours multiples qui sont autant d’incitations au voyage.

Sur la bibliothèque, illustrations de Shabnam Zeraati. À l’intérieur, s’inscrivent un miroir de AC/AL Studio (Kann Design), une carafe (Doiy au Bon Marché Rive Gauche) et une lampe-serre-livres Mr. ED de Roderick Vos (Functionals). Au sol, lampe à poser In the Tube de Dominique Perrault et Gaëlle Lauriot-Prévost (DCW Éditions). Tabouret Halo de Carla Baz (Squad Design). Grand tirage noir et blanc de Gregori Saavedra. Tapis de la collection « Jardin d’intérieur » d’India Mahdavi (La Manufacture Cogolin).
Sur la bibliothèque, illustrations de Shabnam Zeraati. À l’intérieur, s’inscrivent un miroir de AC/AL Studio (Kann Design), une carafe (Doiy au Bon Marché Rive Gauche) et une lampe-serre-livres Mr. ED de Roderick Vos (Functionals). Au sol, lampe à poser In the Tube de Dominique Perrault et Gaëlle Lauriot-Prévost (DCW Éditions). Tabouret Halo de Carla Baz (Squad Design). Grand tirage noir et blanc de Gregori Saavedra. Tapis de la collection « Jardin d’intérieur » d’India Mahdavi (La Manufacture Cogolin). Gaëlle Le Boulicaut pour IDEAT

Aux photos, Houssam et Meghedi aiment mêler les illustrations d’une amie iranienne, Shabnam Zeraati, qui représentent des animaux dans des postures érotiques, symboles forts dans la mythologie de son pays. Tout aussi inventives sont les desins de Gabrielle Ambrym, créatrice de vêtements et dont l’atelier est voisin de la boutique de Kann Design, rue des Vinaigriers (Xe arrondissement). Des œuvres comme autant de fils d’amitié, de liens avec les membres d’une famille élargie et de fenêtres ouvertes sur le monde…

The good concept store La sélection IDEAT