La Monnaie de Paris, histoire d’une magnifique rénovation

Créée au IXe siècle sous Charles II le Chauve, qui en fait dès le début une institution, construite par Jacques-Denis Antoine entre 1771 et 1776, la Monnaie de Paris est, depuis 2011, en plein chantier. Cette année a vu l’achèvement de la deuxième partie des travaux qui a abouti à la renaissance du 11 Conti, regroupant manufacture, musée et boutique. Histoire d’une rénovation spectaculaire à travers un passionnant périple architectural et culturel.

La visite de la nouvelle Monnaie de Paris commence par l’atelier de fonderie au rez-de-chaussée, où l’on assiste en plein Paris à la magie du métal en fusion. Immersion ensuite dans la salle des matières plongée dans l’obscurité afin de mieux discerner les éclats des minéraux qui concourent à la fabrication des pièces et des médailles : or, argent, bronze, étain, platine, cuivre, nickel, fer, zinc…

Les ouvriers de la Monnaie de Paris s’affairent dans leur atelier placé derrière la résille de métal.
Les ouvriers de la Monnaie de Paris s’affairent dans leur atelier placé derrière la résille de métal. architecte / AAPP © adagp – 2017 © Aitor ORTIZ

Nouveau choc visuel lorsque l’on arrive dans la salle toute blanche du laboratoire, puis dans les ateliers de ciselure et de patine accessibles par une passerelle. « Le parcours a été conçu pour alterner les points de vue entre les ateliers et les collections, et cela afin de faire dialoguer les trésors d’autrefois et les créations d’aujourd’hui, explique Philippe Prost, architecte chargé de la rénovation du chantier et fondateur de l’agence d’architecture AAPP. Il nous paraissait capital que cohabitent le musée et la manufacture, la visite des collections et le travail dans les ateliers, sans que l’un n’empiète sur l’autre. »

L’architecte Philippe Prost a supervisé la rénovation de cet ensemble exceptionnel situé Quai de Conti.
L’architecte Philippe Prost a supervisé la rénovation de cet ensemble exceptionnel situé Quai de Conti. architecte / AAPP © adagp – 2017 © Aitor ORTIZ

Le voyage se poursuit en effet dans la manufacture qui expose tables de gravure, imposantes vitrines et établis. Tout aussi impressionnante est la salle de la frappe sise dans l’espace du Grand Monneyage, décoré de panneaux suspendus. Suivent les salles « fonctions et usages », celui consacré à l’art de la collection, la salle des coffres entièrement carrée et habillée d’aluminium… Et, enfin, la nouvelle boutique située dans l’ancienne fonderie, sous un dôme de dix-sept mètres de hauteur. Pour la tonalité chromatique du lieu, la déclinaison bleue, argent et noire de la marque Monnaie de Paris s’harmonise au blanc des murs et à l’or des boiseries.

Enfilade néoclassique des salons aux parquets clairs et aux murs blancs décorés de frises.
Enfilade néoclassique des salons aux parquets clairs et aux murs blancs décorés de frises. Aitor Ortiz

Le nouvel hôtel de la Monnaie est donc un magnifique périple architectural, muséal, artistique et culturel. Et tout cela derrière une façade de 117 mètres longeant le quai Conti, l’une des plus belles de style néoclassique à Paris. Les panneaux de cuivre ou d’Inox perforé habillant l’atelier central d’outillage, calqués sur les planches dans lesquelles les flans sont découpés pour devenir ensuite des médailles, s’harmonisent merveilleusement avec la pierre ancienne. En tout, 32 000 m2, dont près de la moitié sont dévolus au seul projet architectural. Coût des travaux, 52 millions d’euros…

The good concept store La sélection IDEAT