Père Bise : l'auberge qui fait des vagues dans le lac d'Annecy

Changement de paysage pour Jean Sulpice. Le jeune chef savoyard quitte les pentes des Trois-Vallées pour redorer le blason du Père Bise, maison mythique les pieds dans l’eau.

À26 ans, il fut le plus jeune chef étoilé de France. Maintenant qu’il a gagné son pari fou d’épingler Val Thorens sur la carte du Michelin – auparavant, la plus haute station d’Europe ne brillait pas par ses exploits gastronomiques –, Jean Sulpice redescend tout schuss sur les rives de son enfance en rachetant l’Auberge du Père Bise, à Talloires.

L’auberge du Père Bise, posée au bord du lac d’Annecy à Talloires (Haute-Savoie).
L’auberge du Père Bise, posée au bord du lac d’Annecy à Talloires (Haute-Savoie). Franck Juery

« Là-haut, je suis parti de zéro et la montagne m’a transmis son énergie, sa liberté. Mais ici, je reprends un morceau du patrimoine français. Ça met la barre encore plus haut. » Les pieds dans l’eau du lac d’Annecy, la Tournette dans le dos, la maison a gravé dans la mémoire locale trois brillantes étoiles plusieurs décennies durant, avant de peu à peu disparaître des radars.

Le (riche) placard à alcools du Père Bise.
Le (riche) placard à alcools du Père Bise. Franck Juery

Jadis second de Marc Veyrat à l’Éridan tout proche, le jeune Savoyard natif d’Aix-les-Bains connaissait l’aura de la belle endormie. L’hiver dernier, avec son épouse, Magali, sommelière de talent, tous deux se lançaient dans « l’aventure d’une vie » et débutaient d’importants travaux pour rendre toute sa superbe à cette centenaire.

À Talloires, c’est désormais Jean et Magali Sulpice qui reprennent les rênes de l’Auberge du Père Bise. Cuisine gastronomique ou plus paysanne (au bistrot Le 1903 nouvellement créé), l’adresse au décor rénové possède tous les atouts pour renouveler sa clientèle et récupérer toute une constellation d’étoiles…
À Talloires, c’est désormais Jean et Magali Sulpice qui reprennent les rênes de l’Auberge du Père Bise. Cuisine gastronomique ou plus paysanne (au bistrot Le 1903 nouvellement créé), l’adresse au décor rénové possède tous les atouts pour renouveler sa clientèle et récupérer toute une constellation d’étoiles…

Sur les 23 chambres, un tiers rénové s’ajoute déjà à la refonte totale du gastro, à la création d’une boutique gourmande et du bistrot Le 1903, où la carte est plus paysanne. Avec le massif des Bauges pour toile de fond, les rives se font sauvages face au château de Duingt, tout en langueurs fascinantes depuis l’immense terrasse de la suite 18.

L’intérieur de la suite 18.
L’intérieur de la suite 18. Franck Juery

En dessous, le service du soir fourbit ses armes. À voir, la vague bleue qui court sur les assiettes, l’impressionnant bois sculpté de Thierry Martenon, l’élégant design du chariot de fromages redescendu des alpages, le mur-cave à double température blanc/rouge… Le couple semble avoir pris ses marques, contemporaines et amicales. En cuisine, derrière la haie de cuivres du passé, le chef tient le cap. Demain matin, son ami pêcheur Florent Capretti lui apportera les féras du lac…

L’Auberge du Père Bise et son décor où règne le bleu.
L’Auberge du Père Bise et son décor où règne le bleu.

> Auberge du Père Bise. À Talloires (lac d’Annecy). Membre des Relais & Châteaux. Tél. : 04 50 60 72 01.
> Menus à 90  € ou 200 €. Au bistrot Le 1903 : menus à 36 €, 39 € ou 44 €.

The good concept store La sélection IDEAT