Amsterdam : Rem Koolhaas fait bouger les murs du Stedelijk Museum

Cinq ans après avoir inauguré une extension déjà iconique, le Stedelijk Museum d’Amsterdam s'offre les services de Rem Koolhaas pour aménager un nouvel espace d'exposition.

Au sous-sol du Stedelijk Museum d’Amsterdam, l’agence AMO vient de signer un nouvel espace d’exposition dédié à ses collections permanentes. Pendant deux ans, le studio fondé par Rem Koolhaas en 1999 s’est associé aux équipes du musée d’Art moderne amstellodamois pour concevoir le Stedelijk Base. Cette galerie de 1 340 m2, inaugurée le 15 décembre dernier, est aménagée autour de 43 murs d’acier qui bousculent les codes de la muséographie traditionnelle.

Les murs dissimulent l’accès par le niveau supérieur.
Les murs dissimulent l’accès par le niveau supérieur. ©Ossip

Au lieu de diviser l’espace en plusieurs pièces, les cloisons ponctuent et rythment la galerie dans une composition qui semble aléatoire. Mais à première vue seulement… Leur disposition vise en réalité à tisser de nouveaux liens entre les œuvres d’art et de design créées entre 1880 et 1980, tout en laissant au visiteur le choix de son parcours.

L’espace est résolument ouvert pour favoriser le dialogue entre les œuvres.
L’espace est résolument ouvert pour favoriser le dialogue entre les œuvres. ©Ossip

« Nous avons créé des murs comme des écrans grâce à la finesse de la structure en acier. Cela prodigue une légèreté et une flexibilité du parcours, en encourageant les visiteurs à prendre différents chemins dans l’espace, aussi aventureux que la circulation dans n’importe quelle ville. » Rem Koolhaas

La disposition des murs joue avec les perspectives.
La disposition des murs joue avec les perspectives. ©Ossip

Une liberté de déambulation que l’on doit à l’autonomie structurelle de chaque cloison, aussi fine que rigide grâce à un acier de seulement 15 mm d’épaisseur. Stabilisées par une base triangulée et habillées de gris, elles peuvent alors se désolidariser et multiplier les passages pour composer ce que Federico Martelli décrit comme « un paysage ».

Vitrines, plate-formes… les murs s’adaptent en fonction des œuvres.
Vitrines, plate-formes… les murs s’adaptent en fonction des œuvres. ©Ossip

Chercheur et scénographe au sein d’AMO, le jeune homme souhaite ainsi répondre « aux nouvelles manières d’absorber l’information » et aux attentes grandissantes des visiteurs, « devenus capables de se concentrer sur plusieurs choses en même temps et stimulés par la multiplicité d’informations dans notre environnement ».

Grâce à l’acier, les murs allient la finesse à la stabilité pour répondre aux normes de sécurité du musée.
Grâce à l’acier, les murs allient la finesse à la stabilité pour répondre aux normes de sécurité du musée. ©Ossip

Une réflexion déjà amorcée à Venise, lors de la Biennale d’Architecture 2014, ou à Milan, pour l’exposition « Serial and Portable Classic » organisée en 2015 par la Fondation Prada. A chaque fois, la scénographie « reconsidère le rôle des murs », ces « éléments constructifs » toujours plus employés comme de « simples cloisons ». On a déjà hâte de voir la prochaine…

Stedelijk Museum. Museumplein 10, 1071 DJ Amsterdam, Pays-Bas.

 

The Good Spots Destination Amsterdam

The good concept store La sélection IDEAT