Spots : Deux salles, deux ambiances à la Maison de la Radio !

Face à la Seine, Stéphane Maupin signe un restaurant et un bar lovés dans les rondeurs de la Maison de la Radio. Radioeat et Belair, deux noms pour deux atmosphères très différentes mais tout aussi enveloppantes. Visite !

Un lieu mythique (la Maison de la Radio), un architecte singulier (Stéphane Maupin) connu pour son écriture aussi affirmée que sa personnalité, un chef d’orchestre (Eric Wapler) qui a toujours su créer des lieux qu’on aime (Quai Ouest à Saint-Cloud, Tokyo Eat au Palais de Tokyo, Grand Central au 104) et la cuisine du chef Thierry Bassard : voilà en substance les ingrédients de la recette gagnante du restaurant Radioeat et du bar Belair qui viennent d’ouvrir leurs portes.

Le Radioeat a été conçu pour les visiteurs et spectateurs de la Maison de la Radio.
Le Radioeat a été conçu pour les visiteurs et spectateurs de la Maison de la Radio. Lou Vernejoul

Jusqu’ici, la Maison de la Radio faisait figure de forteresse aussi imprenable qu’intimidante, cloitrée dans ses rondeurs en bordure de Seine. Soucieuse d’attirer un public plus large, l’institution a inauguré un restaurant et un bar en ses murs, afin de permettre aux visiteurs de déjeuner, dîner ou boire un verre lorsqu’ils assistent à un concert ou à un enregistrement d’émission.

Dans la salle du Belair, de confortables fauteuils East River signés Hella Jongerius (Vitra).
Dans la salle du Belair, de confortables fauteuils East River signés Hella Jongerius (Vitra). Lou Vernejoul

Au premier étage de la Galerie Seine, le Radioeat s’installe dans la salle des pas perdus du grand auditorium récemment réalisé par Architecture-Studio. Pour déjouer la contrainte spatiale, Stéphane Maupin a conçu le restaurant comme une sculpture XXL. Colonne vertébrale du restaurant, une banquette-paravent se déploie sur 30 mètres de longueur sans pour autant sacrifier l’intimité des clients.

La « colonne vertébrale » boisée du restaurant Radioeat.
La « colonne vertébrale » boisée du restaurant Radioeat. Lou Vernejoul

Enveloppant sans occulter grâce à ses lamelles verticales espacées, ce squelette en bois joue avec l’effet de parallaxe pour offrir la vue à ceux qui sortent de l’auditorium tout en protégeant les gourmets des regards curieux. Banquette et fauteuils sont en grande majorité positionnés face au fleuve, afin de tutoyer sans ambages le panorama, qui s’étend de la Tour Eiffel jusqu’à la skyline des gratte-ciel de la Rive Gauche. « La vision sur la ville est expurgée de tous les parasites construits. On y regarde amplement et frontalement un vaste paysage », jubile Stéphane Maupin. De jour comme de nuit, le spectacle urbain se révèle hypnotisant dans ce restaurant très ouvert, sans portes, ni cloisons.

Dans le bar Belair, du Luxalon, des lames de métal aux accents seventies.
Dans le bar Belair, du Luxalon, des lames de métal aux accents seventies. Lou Vernejoul

Au deuxième étage, changement d’ambiance au Belair même si, comme au Radioeat, Stéphane Maupin a été confronté à la même équation architecturale : « Comment contrôler l’espace avec un élément unique et créer l’homogénéité ? » Ouvert uniquement le soir, misant sur une ambiance cosy aux accents US, le bar a également hérité d’un espace malcommode, bas de plafond et fractionné que l’architecte a restructuré par la matière. Il a ainsi ressuscité un matériau utilisé ad nauseam dans les halls d’immeubles des années 1970, le Luxalon. Ces lattes métalliques cuivrées habillent la totalité du plafond, se retournant sur les murs et enveloppant les amateurs de cocktails d’un halo doré. Des alcôves intimes, un dancefloor coloré, des banquettes en velours vert et un fumoir vitré : tout y est !

Le Luxalon permet de créer une atmosphère enveloppante dans le Belair.
Le Luxalon permet de créer une atmosphère enveloppante dans le Belair. Lou Vernejoul

Radioeat / Belair. Maison de la Radio – Galerie Seine. 116, avenue du Président Kennedy, 75016 Paris. www.maisondelaradio.fr

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT