The Hoxton Paris : décryptage d’une success story hôtelière

Signé du duo Humbert & Poyet pour les chambres et du groupe Ennismore, le propriétaire des lieux, pour les espaces communs, le Hoxton Paris propose un nouveau concept hôtelier. Affichant côté déco un classicisme parisien twisté de codes industriels fifties, il traduit avant tout ce qu’un hôtel doit être aujourd’hui : un lieu de rencontre, à toute heure, qui s’inscrit dans la vie d’un quartier.

The Hoxton Paris : artisanat d’art et années 50

À Paris, le plus grand des Hoxton a confié ses 172 chambres à l’agence Humbert & Poyet qui a donc réalisé ici son premier hôtel : « Nous avons travaillé un style mêlant le classicisme parisien à l’atmosphère années 50 des ateliers industriels. Il s’agissait de donner l’impression d’avoir décoré avec du mobilier chiné, comme nous le faisons dans tous nos projets. On a réfléchi à une mise en scène, une métaphore de l’atelier. Le projet initial, présenté il y a quatre ans, est resté très proche de la réalisation finale. »

La décoration des chambres du Hoxton Paris a été confiée au duo Humbert & Poyet.
La décoration des chambres du Hoxton Paris a été confiée au duo Humbert & Poyet. Ennismore

Quatre catégories de chambres (Shoebox, Cosy, Roomy et Biggy, de 99 € à 599 €) retranscrivent le charme d’une certaine ambiance parisienne avec un travail de ferronnerie qui vient séparer la salle de bains de la chambre, créant ainsi une sorte de boîte comprenant un dressing, fermé par une cloison ajourée, et un bureau. Parquet en point de Hongrie, têtes de lit en cuir, lampes Gras, rééditions de la table Kangourou et du Portemanteau de Mathieu Matégot (chez Gubi), appliques, bureaux et banquettes en Formica dessinés sur mesure et inspirés des icônes du design du XXe siècle… s’harmonisent, côté textile, avec les velours et les cotons aux motifs graphiques, unis et à chevrons, signés Pierre Frey, qui a conçu une collection spéciale pour le Hoxton Paris.

Dans chaque chambre (ici, une Biggy), la salle de bains prend place derrière une cloison vitrée. Humbert & Poyet utilisent couramment le mélange des styles et des époques et, cette fois, la métaphore de l’atelier.
Dans chaque chambre (ici, une Biggy), la salle de bains prend place derrière une cloison vitrée. Humbert & Poyet utilisent couramment le mélange des styles et des époques et, cette fois, la métaphore de l’atelier. DR

Dans les salles de bains, robinetterie en cuivre (Margot) et sols graphiques en terrazzo (Winckelmans) contribuent à la note vintage chic. Au final, un accord joyeux, sobre et fonctionnel, mêlant artisanat d’art du XIXe siècle et des années 50. « Nous avons travaillé sur cinq typologies en termes d’ambiance et de tissu, poursuivent-ils, sur une palette chromatique de bleu, de rouge et de vert à chaque fois différente, avec une couleur plus foncée qui couvre tout le mur au niveau de la tête de lit, quelle que soit la catégorie de la chambre. » Au rez-de-chaussée, certaines pièces ont une belle hauteur sous plafond et un petit jardin privatif, au quatrième étage, elles sont mansardées avec une vue sur la tour Eiffel.

Un autre petit salon mettant le graphisme à l’honneur.
Un autre petit salon mettant le graphisme à l’honneur. DR

The Hoxton Paris. 30-32, rue du Sentier, 75002 Paris.
Tél. : 01 85 65 75 00.

The good concept store La sélection IDEAT