Pour ses 50 ans, 23 designers se penchent sur la lampe Cobra

En plus d'une édition « anniversaire » tout de rouge vêtue, l'iconique lampe de Martinelli Luce fête ses 50 ans de succès avec vingt-trois nouveaux motifs imaginés par les plus grands designers, de Paola Navone à Alessandro Mendini.

La maison Martinelli Luce a beau éditer l’iconique Pipistrello de Gae Aulenti depuis 1965, l’autre fleuron de ses collections demeure la mythique Cobra, dessinée par Elio Martinelli, fondateur de la firme en 1950. Produite en noir et en blanc depuis 1968, la lampe aux lignes sphériques ou sinueuses, dignes d’un serpent prêt à bondir, célèbre aujourd‘hui son cinquantième anniversaire en se parant d’un rouge brillant et de vingt-trois motifs conçus par autant de designers.

« Cobra », l’édition spéciale en rouge brillant.
« Cobra », l’édition spéciale en rouge brillant. Martinelli Luce

Imaginées par les plus fidèles collaborateurs de l’éditeur de luminaires, les différentes versions sont à chaque fois disponibles en trente exemplaires numérotés et signés. Une rareté qui va de paire avec le prestige de leur auteurs.

La version d’Adolini+Simoni, inspirée par l’affichage numérique.
La version d’Adolini+Simoni, inspirée par l’affichage numérique. Martinelli Luce

Du maestro Alesandro Mendini aux précoces associés d’Adolini+Simoni, ils ont tous répondu à l’invitation d’Emiliana Martinelli, fille d’Elio, aujourd’hui designer à la tête de l’entreprise familiale et à l’origine d’un damier qui semble tracé à la main.

Motif en damier d’Emiliana Martinelli.
Motif en damier d’Emiliana Martinelli. Martinelli Luce

Un motif faussement improvisé qui se décline ensuite sous forme manuscrite. Entre les vers métaphoriques de Luisa Bochietta et les judicieuses capitales de Paola Navone, l’écriture se veut graphique, au point de devenir abstraite.

Luisa Bochietta se livre avec poésie : « L’architecture est musique à mes yeux », « Le design est lumière pour mon cœur. ».
Luisa Bochietta se livre avec poésie : « L’architecture est musique à mes yeux », « Le design est lumière pour mon cœur. ». Martinelli Luce
Les « C » majuscules de Paola Navone, en clin d’œil au nom et aux deux positions de la lampe, s’assemblent parfois pour former le « S » de serpent.
Les « C » majuscules de Paola Navone, en clin d’œil au nom et aux deux positions de la lampe, s’assemblent parfois pour former le « S » de serpent. Martinelli Luce

Alors qu’il vient de remporter le concours d’un des nombreux hôtels d’Europa City, Alfonso Femia s’associe à l’artiste calligraphe Arthur Simony pour transcender en un « vortex » hypnotique, les termes « Amore », « Realismo » et « Immaginario » qui résument à eux seuls 1968, l’année de création de la lampe.

Le tourbillon calligraphique d’Alfonso Femia et Arthur Simony.
Le tourbillon calligraphique d’Alfonso Femia et Arthur Simony. Martinelli Luce
La version d’Alessandro Mendini, une référence ironique à ses contestations du Parti Communiste Italien, parues dans plusieurs revues à partir de la fin des années 1960.
La version d’Alessandro Mendini, une référence ironique à ses contestations du Parti Communiste Italien, parues dans plusieurs revues à partir de la fin des années 1960. Martinelli Luce

En référence aux années 1960, Alessandro Mendini préfère jouer la carte de l’ironie et affiche un marteau et une faucille revisités, tandis qu’ils sont nombreux à s’emparer des couleurs pop de l’époque, à travers des compositions aléatoires, figuratives ou géométriques.

Le modèle chamarré de Donia Maaoui.
Le modèle chamarré de Donia Maaoui. Martinelli Luce
Plus « pop » que jamais, le motif de Massimo Farinatti.
Plus « pop » que jamais, le motif de Massimo Farinatti. Martinelli Luce
Karmi Rashid ose le rose métallisé.
Karmi Rashid ose le rose métallisé. Martinelli Luce

Dans la lignée des toiles de Vasarely, Karim Rashid et Marcello Morandini jouent avec des effets de profondeur, alors que Paolo Orlandini utilise un trompe-l’oeil pour transformer la résine de la lampe en une matière fragile et ancienne.

Le graphisme sobre et efficace de Marcello Morandini.
Le graphisme sobre et efficace de Marcello Morandini. Martinelli Luce
Les fissures de Paolo Orlandini.
Les fissures de Paolo Orlandini. Martinelli Luce

Des styles variés, bientôt rejoints par un nouveau modèle. Baptisé Cobra-Reloaded, Martinelli Luce organise actuellement un concours ouvert aux jeunes designers qui souhaiteraient voir éditer leur modèle. Alors, avis aux moins de 35 ans, ils ont jusqu’au 15 mai pour candidater…

Le Studio Area joue avec le dynamisme du jaune et des rayures.
Le Studio Area joue avec le dynamisme du jaune et des rayures. Martinelli Luce

The Good Spots Destination Milan

The good concept store La sélection IDEAT