À Rebours, la boutique qui réinvente le shopping

Sise dans les nouveaux locaux parisiens de la fondation Lafayette Anticipations, la boutique À Rebours offre une nouvelle vision du shopping grâce à une sélection de pièces variées et parfois exclusives, mises en scène dans un espace aménagé par l'atelier Ciguë.

C’est l’événement culturel parisien du Printemps. Le groupe Galeries Lafayette vient d’ouvrir sa fondation d’entreprise en plein Marais, dans un bâtiment conçu par le starchitecte Rem Koolhaas, déjà auteur de la Fondazione Prada à Milan.

Toute en longueur, la boutique est installée dans le IVe arrondissement de la capitale.
Toute en longueur, la boutique est installée dans le IVe arrondissement de la capitale. Maris Mezulis

Expositions, concerts, artistes en résidence… La programmation s’annonce riche dans les prochains mois, mais le lieu se distingue pour l’instant par sa boutique, ouverte le 7 mars. Baptisée À Rebours, elle veut instiller une autre vision du shopping en proposant une sélection mélangeant design, art, livres, bijoux, déco…

Vaisselles, accessoires de mode, de décoration et autres petits objets… la sélection se veut résolument éclectique.
Vaisselles, accessoires de mode, de décoration et autres petits objets… la sélection se veut résolument éclectique. Maris Mezulis

Comme son nom l’indique, À Rebours n’est ni vraiment une boutique de musée, ni un concept-store, mais plutôt un lieu qui met en lumière les créateurs émergents. A terme, on pourra y acheter les pièces conçues en petites séries (des multiples) par les artistes en résidence dans les étages supérieurs.

Des blocs s’assemblent pour composer des meubles d’expositions et mettre en valeur les pièces parfois uniques.
Des blocs s’assemblent pour composer des meubles d’expositions et mettre en valeur les pièces parfois uniques. Maris Mezulis

Pour son ouverture, elle propose une sélection de livres d’art triés sur le volet par la librairie Yvon Lambert, d’objets de designers fabriqués de façon artisanale (les cuillères sculptées à la gouge de Ferréol Babin ou les bols en terre cuite de Max Lamb), mais aussi des curiosités qu’on ne trouve (presque) nulle part ailleurs comme les boucles d’oreilles éphémères fabriqués avec des fleurs naturelles et donc conservés dans un frigo…, les bougies glaciers de l’artiste islandaise Brynjar Sigurðarson ou le Bic « quatre couleurs » de Saâdane Afif qui n’écrit… qu’en noir !

La sélection de livres proposée par la librairie Yvon Lambert rythme les étagères qui courent le long de la boutique.
La sélection de livres proposée par la librairie Yvon Lambert rythme les étagères qui courent le long de la boutique. Maris Mezulis

Déjà auteurs de boutiques pour Aesop ou Isabel Marant, les architectes d’intérieur du collectif Ciguë ont été choisis pour aménager la boutique . Le projet a démarré avec une contrainte structurelle : si contrairement à la fondation, la boutique a pignon sur rue, elle s’étire ses 100 m2 sur 30 mètres de long et expose des pièces de toutes les tailles et tous les prix. « Dès le départ, notre intervention a été pensée pour dialoguer discrètement avec le bâtiment de Rem Koolhaas », plaide Hugo Haas. De longues étagères modulables ont d’abord été installées et courent sur toute la profondeur de la pièce afin d’inciter les visiteurs à inspecter la boutique jusqu’au fond.

Modulaire, la structure alterne les pleins et les vides.
Modulaire, la structure alterne les pleins et les vides. Maris Mezulis

Á l’arrière, un espace surélevé a été ménagé pour supprimer un escalier d’accès et permettre aux artistes en résidence de tester dispositifs et installations. L’autre défi était de dissimuler les réserves de la boutique, cette dernière ne possédant pas de pièce dédiée. Un challenge relevé avec brio par Ciguë qui a équipé certaines étagères de panneaux de métal brut cachant les stocks.

Le bois et le métal s’associent à un terrazzo d’un nouveau genre.
Le bois et le métal s’associent à un terrazzo d’un nouveau genre. Maris Mezulis

De part et d’autre de ce couloir, Ciguë a disposé des meubles d’exposition fabriqués dans un mélange de plâtre et de papier recyclé mis au point par le collectif montreuillois. Un matériau nouveau qui prend l’aspect du terrazzo mais qui laisse apparaître des traces de travaux anciens de Ciguë et dont la chaleur contrebalance la rigueur des étagères rectilignes. Une mise en scène qui ouvre de nouvelles perspectives pour le shopping parisien.

À Rebours. 46, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, 75004 Paris. Ouvert tous les jours sauf mardi, de 11 h à 20 h, sauf le dimanche de 13 h à 20 h. Fermé le mardi.

The good concept store La sélection IDEAT