Bien vu le Bienvenue, la nouvelle adresse d'Adrien Gloaguen

Cinq ans après l’Hôtel Paradis, le Bienvenue est la dernière bonne pioche au Monopoly d’Adrien Gloaguen. Un jeune entrepreneur avisé qui cultive l’esprit de famille tout en ouvrant des chambres d’amis.

Fraîche, fleurie, chaleureuse, voilà une maison où souffle un air de campagne à Paris. Après le Paradis (Xe) et le Panache (IXe), deux hôtels qui ont contribué à dépoussiérer l’hôtellerie faubourgeoise parisienne, voici le Bienvenue.

Si l’adresse s’annonce en lettres d’or dès l’entrée, elle a été pensée comme une maison de famille à l’accueil très amical.
Si l’adresse s’annonce en lettres d’or dès l’entrée, elle a été pensée comme une maison de famille à l’accueil très amical. Hôtel Bienvenu

Adrien Gloaguen est un jeune taulier qui fait mouche à chaque fois. Sans luxe tape-à-l’œil mais plutôt avec supplément d’âme, son dernier trois-étoiles marie la tendance rétro du moment à un côté guimauve assumé. Dès le hall, on s’attend à croiser une grand-tante bourguignonne un peu excentrique venue récupérer ses coussins à fleurs et ses fauteuils en rotin.

Les motifs fleuris donnent le ton dès le hall.
Les motifs fleuris donnent le ton dès le hall. Hôtel Bienvenu

À droite, une salle de restaurant où deux chefs – Florent Ciccoli, nouveau propriétaire du Jones (XIe), et Maori Murota – affichent à midi la bonne affaire du quartier à coups de rouleaux de printemps canon et de donburi (un bol de riz surmonté de toutes sortes de garnitures) assaisonné au marché fermier.

La salle du restaurant profite du calme et de la vue sur le jardin.
La salle du restaurant profite du calme et de la vue sur le jardin. Hôtel Bienvenu

Dans les 38 chambres, Chloé Nègre, l’architecte maison – après avoir œuvré chez India Mahdavi, elle livre ici son premier projet hôtelier –, fait flirter le sens graphique (grosses rayures bleues et blanches, murs pastel, moquettes géométriques, appliques et mobilier sur mesure…) avec une énorme envie de papiers peints fleuris.

Une explosion de couleurs dans une des salles de bain,
Une explosion de couleurs dans une des salles de bain, Hôtel Bienvenu

La cour abrite un jardin – une pièce de choix – où se reposer en marge du tumulte citadin. Julien Colombier y a jeté son art de la fresque à même le sol et Xavier Patricot s’est imposé en directeur de casting paysager.

La cour-jardin, mise en scène par Xavier Patricot et la fresque de Julien Colombier.
La cour-jardin, mise en scène par Xavier Patricot et la fresque de Julien Colombier. Hôtel Bienvenu

Les frondaisons donnent aux huit chambres de l’immeuble arrière une allure plus provinciale encore et font merveille au moindre rayon de soleil. Et, pour égayer les mercredis après-midi et les week-ends pluvieux, Anaïs Olmer, la fée Bogato, invite les petits monstres à mettre la main à la pâte. Preuve qu’ici, la gourmandise est une affaire de famille !

Dans les chambres, les lignes graphiques de la moquette répondent aux motifs des rideaux.
Dans les chambres, les lignes graphiques de la moquette répondent aux motifs des rideaux.


Hôtel Bienvenue.
23, rue Buffault, 75009 Paris.
Tél. : 01 48 78 32 18.
Hotelbienvenue.fr
Chambre double à partir de 120 €.

The good concept store La sélection IDEAT