ECAL, l’école qui fait souffler un vent de jeunesse sur le salon de Milan

Associés à des partenaires de prestige, les étudiants de l'Ecole Cantonale d'Art de Lausanne (ECAL) animent le salon de Milan au rythme des collaborations et des expérimentations. Au même titre que les plus grands.

Chaque année, l’ECAL traverse les Alpes pour investir le salon de Milan et valoriser la créativité de ses étudiants en design à travers une série de collaborations présentées en différents points de la cité lombarde. Au programme du cru 2018, on retrouve quatre expositions pour pérégriner entre les luminaires de Foscarini, les marbres de Marsotto ou les dernières techniques d’impression 3D après un détour par le musée Picasso.

1/ Digital Market

« Stationery Tray » pour stylos, de Ronan et Erwan Bouroullec.
« Stationery Tray » pour stylos, de Ronan et Erwan Bouroullec. ECAL Digital Market

Rejoints par les frères Bouroullec et Big Game, les étudiants helvètes occupent actuellement le Spazio Orso avec un « Digital Market » où chaque objet est à vendre mais aussi directement produit devant vos yeux grâce aux imprimantes 3D de la marque Formlabs. Désormais considérée comme un outil de production industrielle, la fabrication numérique façonne ici des petits objets décoratifs et utiles, également disponibles partout dans le monde puisque chacun peut acheter en ligne un fichier numérique avant de l’imprimer chez soi ou dans le fab-lab le plus proche.

Sifflet signé Big Game.
Sifflet signé Big Game. ECAL Digital Market
Peigne de Chelsea Park.
Peigne de Chelsea Park. ECAL Digital Market

2/ ECAL x Marsotto Lab

Collection « Erosion » de Georg Foster.
Collection « Erosion » de Georg Foster. ECAL × Marsotto Lab

Guidés par Jaime Hayòn lors d’un workshop, les élèves spécialisés dans l’artisanat de luxe inaugurent cette année le Marsotto Lab en s’attaquant à la matière fétiche de l’éditeur véronais. Parmi les huit horloges en marbre aux formes et aux techniques de production variées, Georg Foster signe à lui seul trois modèles. Avec une géométrie revisitée, ses aiguilles semblent éroder la surface de la pierre pour évoquer le passage du temps, tandis qu’Amina Horozic préfère se référer aux colonnes antiques avec un minimalisme enrichi d’une texture en relief.

Collection « Erosion » de Georg Foster.
Collection « Erosion » de Georg Foster. ECAL × Marsotto Lab
Horloges « Colonna », d’Amina Horozić, et « Erosion », de Georg Foster.
Horloges « Colonna », d’Amina Horozić, et « Erosion », de Georg Foster. ECAL × Marsotto Lab

3/ECAL x Musée national Picasso-Paris x Tectona

Bancs « Tie » d’Isabelle Baudraz.
Bancs « Tie » d’Isabelle Baudraz. ECAL × Musée national Picasso-Paris × Tectona

Le Musée national Picasso-Paris s’offre quant à lui le showroom de Tectona afin de dévoiler une série de bancs édités par la firme de mobilier outdoor pour plus de résistance. A la recherche de « nouvelles assises à la fois pratiques et discrètes, tout en ayant du caractère », l’institution culturelle s’est laissée séduire par les modèles Tie d’Isabelle Baudraz. Des modules de bois conçus pour s’enchevêtrer les uns dans les autres et composer un panel de formes variées. Un projet sélectionné parmi plusieurs propositions d’étudiants et qui laisse déjà présager d’un bel avenir pour celle qui n’est encore qu’en deuxième année.

Bancs « Tie » d’Isabelle Baudraz.
Bancs « Tie » d’Isabelle Baudraz. ECAL × Musée national Picasso-Paris × Tectona

4/ ECAL x Foscarini

« Talisman » de Jana Lippert.
« Talisman » de Jana Lippert. ECAL + Foscarini

Au Palazzo Litta Cultura, la lumière se veut exclusivement mobile grâce aux luminaires portables parrainés par Foscarini. Libérés des contraintes du marché d’après la marque de luminaires haut de gamme, neuf designers en herbe y déclinent la notion de mouvement sous forme de « guirlande » ou de « talisman » à passer autour du coup, quand il ne s’agit pas de jouer avec un réflecteur emprisonné dans une armature aux allures de montgolfière. Entre un diffuseur directement tissé par des vers à soie et un lumineux dessert posé sur une vaisselle d’aluminium, il y en a définitivement pour tous les goûts.

« Arc » de Sebastian Maluska.
« Arc » de Sebastian Maluska. ECAL + Foscarini
« Palmo » de Mu-Hau Kao, déclinée en deux versions.
« Palmo » de Mu-Hau Kao, déclinée en deux versions. ECAL + Foscarini
« Lina » de Youjung Jeong et « Cocoon » de Bastien Chevrier.
« Lina » de Youjung Jeong et « Cocoon » de Bastien Chevrier. ECAL + Foscarini

Thématiques associées

The Good Spots Destination Milan

The good concept store La sélection IDEAT