Nouvelle vague orientale (1/5) : Richard Yasmine fait innover la tradition

Au Moyen-Orient, une nouvelle génération de designers mêle avec dextérité héritage et modernité, rêve et réalité. Fasciné par ces nouveaux horizons, IDEAT dévoile les perles de la région. Première rencontre avec le Libanais Richard Yasmine.

Né au Liban, Richard Yasmine a baigné dans l’architecture d’intérieur à Beyrouth, mais aussi Milan, Dubai et Doha, avant de se focaliser sur le design produit en 2014 et de lancer son propre studio dans sa ville d’origine. Avec une vision à la fois nostalgique et contemporaine, il est régulièrement cité dans les best-of des design-weeks. Dans sa dernière collection (« Hawa », présentée cette année à Milan dans le quartier de Ventura Centrale, celui des meilleurs designers émergents), il exprime son amour pour la culture libanaise. Nous en avons profité pour passer un moment avec lui, curieux de savoir comment ce pays avait influencé sa créativité.

Le designer libanais Richard Yasmine.
Le designer libanais Richard Yasmine. Richard Yasmine

Comment décririez-vous la scène design de Beyrouth ?
D’année en année, le design du Moyen-Orient en général prend de l’ampleur, particulièrement à Beyrouth. Des designers libanais se font un nom sur la scène internationale pour la qualité de leurs pièces et leurs idées qui mixent culture traditionnelle orientale et design contemporain. Sans compter les ouvertures de galeries d’art et concept-stores et les événements design annuels…

Table Glory Hole ponctuée de soliflores en laiton.
Table Glory Hole ponctuée de soliflores en laiton. Richard Yasmine

Est-ce difficile d’être designer au Liban aujourd’hui ?
C’est difficile d’être designer… au Liban comme ailleurs ! Je crois que si j’aime mes pièces, les gens les aimeront aussi. Quand on a cette attitude, qu’on est motivé pour travailler dur, avec pour seul objectif de réaliser ses rêves, sans regarder en arrière et sans laisser les énergies négatives nous influencer, on peut réussir. Je tiens à rester exigeant et perfectionniste à l’extrême et toujours suivre mes intuitions. Ne pas travailler pour l’argent mais pour le plaisir de créer…

Collection de miroirs Ashkal conçue pour le musée Sursock de Beyrouth.
Collection de miroirs Ashkal conçue pour le musée Sursock de Beyrouth. Richard Yasmine

Comment les influences libanaises se traduisent-elles dans votre travail ?
Pour moi, elles sont absolument essentielles ! Ma préoccupation principale est d’intégrer l’âme orientale et surtout libanaise dans chacun de mes projets. Si ce n’est dans l’esthétique générale, au moins dans le process d’élaboration de chaque produit. C’est pourquoi je travaille avec des artisans, pour mêler méthodologie, culture et rituels, avec des silhouettes simples et graphiques qui amènent un aspect contemporain. Je ne fais référence à aucune époque ou tendance particulière, mais poursuis une réflexion personnelle pour créer des objets intemporels.

Assise de la collection Hawa inspirée par les arches typiques de l’architecture libanaise.
Assise de la collection Hawa inspirée par les arches typiques de l’architecture libanaise. Richard Yasmine

Parlez-nous de Hawa…
Hawa trouve son inspiration dans l’architecture libanaise, surtout les arches qui sont un archétype de notre héritage culturel. Les bâtiments anciens sont souvent peints dans des dégradés pastel et l’art oublié des vitraux est présent dans la plupart de nos églises et palais. Le paravent intègre ces éléments, ainsi que des passementeries en soie et des pièces de marbre rose, créant une collection élégante et enchanteuse. Hawa en Arabe décrit une légère brise estivale, mais peut également évoquer un amour profond, une passion envers quelque chose ou quelqu’un. J’ai utilisé cette approche pour illustrer mon amour pour Beyrouth, notamment pour ses jours paisibles et authentiques. Aujourd’hui, c’est une ville chaotique, pleine d’énergie, mais elle garde le charme de son passé. Je veux garder cette communication entre passé et présent, et la perspective des générations futures.

Lampe Wake up call constituée d’une structure en bronze, d’une ampoule en verre soufflé à la main, d’une pierre semi-précieuse et d’un nid abandonné…
Lampe Wake up call constituée d’une structure en bronze, d’une ampoule en verre soufflé à la main, d’une pierre semi-précieuse et d’un nid abandonné… Richard Yasmine

« Je veux que les gens pensent et croient en la diversité, en l’égalité, peu importe la religion, la couleur de peau, l’orientation sexuelle, et tant d’autres sujets dont certains ont encore peur… J’encourage chacun à interagir avec l’autre et essayer de le connaitre sans jugement. »

Richard Yasmine

Collection Hawa.
Collection Hawa. Richard Yasmine

 

The Good Spots Destination Beyrouth

The good concept store La sélection IDEAT