Rickshaw

Gaël est tombé dans la marmite indienne lorsque, enfant, il accompagnait son père joaillier dans ses voyages. Quelques périples plus tard, à 16 ans, il rapporte dans ses valises des lampes et des pièces d’artisanat et décide rapidement d’en faire son métier. Du Kerala au Rajasthan, il chine du bois usé, du vieux mobilier qu’il transforme
en objets, d’antiques lampes de chemin de fer qu’il électrifie ou des affiches en tôle peinte typiques qui iront meubler cafés, restaurants et appartements. Un aller direct
pour Delhi, effluves d’encens comprises.