A Valparaíso, l'art prend le large

Alors qu'ouvrira, fin 2016, un musée de la gravure, premier du genre sur le continent latino‑américain, Valparaíso reprend peu à peu pied, grâce au Parque Cultural, son nouveau navire amiral, dans le paysage culturel chilien où la ville tenait jadis la première place.

En ce samedi matin, le peintre Gonzalo Ilabaca conduit la visite de sa propre exposition. Une trentaine de personnes l’accompagne dans la galerie du Parque Cultural. « J’aime peindre un Valparaíso nostalgique de son passé mais aussi de son futur, un futur qui pourrait lui redonner son statut d’autrefois. Un statut qui ne reviendra jamais sans cela, la faute au gouvernement qui a coupé la ville de son port et donc de ses ressources ! » Sur les murs, les toiles colorées montrent de vivantes scènes de rue et un port grouillant d’animation. Gonzalo Ilabaca est une figure artistique de la ville et l’un de ses plus fervents amoureux. Tout comme Loro Coirón, un Français arrivé là dans les années 2000 : « Dès les premiers jours, je me suis senti invité ! J’ai regardé vivre la vie, scintiller une mosaïque. » Il n’en est jamais reparti, s’est mis à dessiner le quotidien et à graver ces instantanés pour en faire des impressions sur papier en noir et blanc qui seront, elles aussi, exposées au Parque Cultural.

Valparaíso, A Valparaíso, l’art prend le large, IDEAT
Diaporama : A Valparaíso, l’art prend le large

Conçu en 2009 par l’équipe chilienne de HLPS Arquitectos sur le site d’une ancienne prison de l’ère Pinochet, l’édifice est comme un vaisseau de 10 000 m2 posé sur le cerro Cárcel, l’un des 44 cerros (collines) qui font le charme de la ville. En face, les anciens bâtiments carcéraux ont été transformés en ateliers d’artistes ou pour des troupes du spectacle vivant dont « Valparaíso compte près d’une cinquantaine », explique Jorge Coulón, le nouveau directeur de l’institution.

Pour ce guitariste du légendaire groupe Inti-Illimani, pilier, depuis la fin des années 60, de la nueva canción chilena (la nouvelle chanson chilienne), exilé en Italie sous Pinochet, il est important que les Porteños (les habitants d’une cité portuaire, NDLR) se réapproprient ce lieu chargé d’une sombre histoire. « Les gens ont peur d’y revenir. Nombre de prisonniers politiques enfermés ici vivent encore. En programmant des expositions d’artistes locaux, en organisant des événements populaires dans le parc, seul espace vert de la ville, j’espère y arriver. L’ancienne prison ne doit pas enfermer l’art mais, au contraire, lui redonner toute sa liberté ! »

Il suffit de se promener dans les rues des cerros Alegre, Concepción, Bellavista ou Artillería, pour voir que l’art s’est déjà échappé. En quelques années, Valparaíso est devenue l’une des capitales mondiales du street art. En 2012, la ville a accueilli le Polanco Graffestival au cours duquel 30 murs du quartier populaire de Polanco ont été peints par des artistes tels que Cekis, Alapinta ou Inti Castro – désormais des stars mondiales –, influençant une nouvelle génération de graffeurs qui, à l’instar du jeune Espagnol Cuellimangui, perpétuent un art inspiré des maisons colorées de Valparaíso.

Valparaíso pratique

  • Y aller
    Air France dessert quotidiennement Santiago en vols directs depuis Paris CDG (de nuit à l’aller, de jour au retour). En classe Economy, avec notamment repas et buffet en libre service. Tarifs A-R à partir de 1 000 €. Airfrance.fr
    La Maison des Amériques latines propose son « Duo chilien », de 8 jours et 5 nuits, à la découverte du Chili et, notamment, de Valparaíso et Santiago, avec vols, transferts, location de voiture, hébergements avec petit déjeuner, à partir de 1 360 €.
    La Maison des Amériques latines, 3, rue Cassette, 75006 Paris. Tél. : 01 53 63 13 40. maisondesameriqueslatines.com
    Site officiel du tourisme chilien : chile.travel/fr
  • Hôtel
    Palacio Astoreca Hotel : Ouvert en septembre 2012, le Palacio est le meilleur hôtel de la ville. Situées face au Palacio Baburizza, ses 20 chambres lumineuses ont été décorées avec soin. Spa et piscine en sous-sol. Son restaurant marie avec bonheur poissons, fruits de mer et vins locaux, à déguster aussi dans la cave ! hotelpalacioastoreca.com
  • Restaurants
    The Clinic : Adresse avec rooftop offrant une belle vue sur Valparaíso. Lieu branché avec, aux murs, dictons et aphorismes divers ainsi que des représentations de politiciens véreux en prisonniers. Bonne cuisine chilienne revisitée. Abtao 644, cerro Concepción. Bartheclinic.cl
    Taulat : Restaurant sur plusieurs étages, très design, avec bar en rooftop. Spécialités de tapas et de vins au verre avec une sélection de bières artisanales. Jose Grossi 268 et Dimalow 263, cerro Alegre. Taulat.com
    Hostería Espíritu Santo : Une bonne adresse où déguster poissons et fruits de mer. Hector Calvo 392, cerro Bellavista. hosteriaespiritusanto.cl
    Bote Salvavidas : Adresse traditionnelle. Y aller manger poissons ou fruits de mer sur le Muelle Pratt, une jetée en bois, permet de financer les secours en mer. Muelle Prat S/N Piso 2. Restaurantbotesalvavidas.cl
    La Cevicheria : Le restaurant du boutique-hôtel MM450 prépare l’un des meilleurs ceviches de la ville ! Lautaro Rosas 450, cerro Alegre. Mm450.cl
  • Culture
    Festivals : Festival de las Artes (en janvier), Festival Teatro Container (en mars), Festival Internacional de Fotografia de Belo Horizonte (en octobre), et Invasión Callejera, un festival des arts de la rue (en décembre). Pour les rendez-vous culturels, consulter cultura.gob.cl/region/Valparaiso
    Parque Cultural : Expositions, spectacles vivants, cours de cuisine et d’autres manifestations sont à découvrir dans ce bel espace. Parquecultural.cl
    Palacio Baburizza : Cette maison Art nouveau, achetée en 1925 par Pascual Baburizza est, depuis 1971, le musée municipal des Beaux-Arts. Il abrite la collection de peintures constituée dans les années 20 par cet homme d’affaires croate ayant fait fortune dans l’exploitation du salpêtre. En sous-sol, galerie dédiée à la photo. Paseo Yugoslavo 176,  cerro Alegre. Museobaburizza.cl
    La Sebastiana, Fondation Pablo Neruda : Achetée en 1959 par Pablo Neruda, la maison située sur le cerro Bellavista, aujourd’hui musée à la mémoire du Prix Nobel de littérature, accueille une galerie d’art. Fundacionneruda.org/es/la-sebastiana
    Galerie Bahía Utópíca : Le Français Bertrand Coustou a créé la seule galerie de qualité de Valparaíso. Vous y trouverez les œuvres  des meilleurs peintres de la ville : Loro Coirón (Thierry Defert), Gonzalo Ilabaca, Salvador Amenabar, Eduardo Mena ou les sculptures de Pablo Villegas. Almirante Montt 372, cerro Alegre. Bahiautopica.cl
    Galerie Casaplan : Javiera Moreira vient d’ouvrir ce lieu qui tient autant du bar, du restaurant, de l’espace d’exposition que de l’atelier de gravure. Avenida Brasil 1490. Casaplan.cl
    Circuito de Espacios Domésticos : Lieux de résidences, espaces de travail communautaires et lieux d’expositions pour artistes locaux et étrangers. Cedvalpo.wordpress.com
    Musée de la Gravure : En cours de construction sur le cerro Alegre, ce musée, qui attend son nom définitif, abritera 11 000 (!) œuvres de Jorge Martínez García, d’autres de Loro Coirón ou du célèbre graveur unibrassiste Carlos Hermosilla Álvarez (1905-1991). Il rendra hommage à la première imprimerie du Chili, installée à Valparaíso en 1840, et au mouvement anarchiste, initié en 1920 par les ouvriers du livre : la gravure était leur principal moyen d’expression.
  • Shopping Arty
    Hiperfocal : Photos d’Alberto Lagos imprimées sur toile. Lautaro Rosas 392, cerro Alegre.
    Fábrika : Photos en sérigraphie d’Amandine Coulombel, une jeune Française. Pasaje Gálvez 134, cerro Concepción.
    Taller de los Alquimistas : La boutique de deux graveurs parmi les plus réputés de la ville. Lautaro Rosas 330, cerro Alegre.
    Cuellimangui : Le jeune street artiste peint tous les jours dans Paseo Atkinson.

Thématiques associées

The Good Spots Destination Valparaíso