Ces icônes design qui ont marqué les débats présidentiels américains

Depuis le premier débat présidentiel américain retransmis à la télévision en 1960, la scénographie et le mobilier des plateaux qui accueillent ces étapes clés de la campagne ont pris une importance particulière. Hans Wegner, Charles et Ray Eames… Certains des plus grands noms du design ont participé par fauteuils interposés à ces débats. Retour sur cet étonnant croisement de discipline alors que la bataille opposant Hillary Clinton à Donald Trump défraie la chronique...

La scénographie très bleu et quelque peu désuet du premier débat opposant Hillary Clinton à Donald Trump.
La scénographie très bleu et quelque peu désuet du premier débat opposant Hillary Clinton à Donald Trump. Capture écran

Qui de Donald Trump ou d’Hillary Clinton deviendra le (ou la) 45e président(e) de la première puissance mondiale ? La question passionne la Terre entière et les débats télévisés rassemblent des millions de téléspectateurs avant d’être rediffusés et disséqués dans la presse, la télévisions et internet. Cette sur-médiatisation propulse sur le devant de la scène le mobilier des plateaux accueillant les candidats à la présidentielle. Si la dernière confrontation entre les deux aspirants à la Maison blanche n’a pas brillé par son habillage, l’histoire démontre que les grands créateurs ont leur place dans ce genre d’événement. Hans Wegner, les époux Eames, retour sur les grands maîtres qui ont illuminé les plateaux de télévisions lors des débats présidentiels américains.

La classe scandinave de Wegner pour le premier débat télévisé

Les fameuses chaises PP503 de Hans Wegner ayant servi pendant le premier débat télévisé en 1960.
Les fameuses chaises PP503 de Hans Wegner ayant servi pendant le premier débat télévisé en 1960. Courtesy of Wright

C’est sans doute l’une des élections les plus marquantes de la démocratie américaine. Le 8 novembre 1960 un jeune premier intrépide nommé John Fitzgerald Kennedy accède à la présidence des Etats-Unis contre toute attente. Avant de prendre ses quartiers dans le bureau ovale de la Maison blanche, le démocrate dut se débarrasser de son adversaire républicain, Richard Nixon. La campagne prit une tournure tout à fait particulière quand, le 26 septembre 1960, les deux concurrents furent invité à livrer bataille devant des caméras de télévision. Une première historique. Nixon, mal rasé, en nage et visiblement mal à l’aise, va perdre beaucoup de terrain contre un Kennedy, calme, maîtrisé et aspirant la caméra telle une star de cinéma.

Hans Wegner, l’essence même du style scandinave.
Hans Wegner, l’essence même du style scandinave. DR

Un troisième homme jouera un rôle particulièrement important en ce jour historique. Il s’agit du célèbre designer Hans Wegner a qui a été confiée la lourde tâche de choisir le mobilier du plateau. Le génial Danois fournit ainsi deux chaises PP503, élégantes mais surtout confortables pour soulager le dos mal en point du candidat Kennedy. Il y ajoute un petit bureau sobre quoique légèrement dandy pour le modérateur. La scénographie, très moderne pour l’époque, voulait donner un sentiment de foi dans l’avenir aux Américains. Le modernisme du mobilier fut plus favorable au candidat progressiste qu’au conservateur Nixon. Et au passage la PP503 gagna le surnom de « The Chair »…

Ford et Carter sur des chaises Eames

Billy Wilder en compagnie de Charles et Ray Eames (1972).
Billy Wilder en compagnie de Charles et Ray Eames (1972). 2016 Eames Office LLC

Autre époque, autre ambiance. Le 22 octobre 1976, le président sortant Gerald R. Ford affronte le démocrate Jimmy Carter. Seize années se sont écoulées depuis le premier débat télévisé et désormais, les candidats maîtrisent parfaitement l’exercice. De même, l’importance de la scénographie dans le rythme du débat ne fait plus aucun doute. Incliné d’une dizaine de degrés, deux pupitres en bois servent d’appui aux débateurs qui ont la liberté de s’asseoir sur une chaise EC 117 signée Charles et Ray Eames. Le siège de bureau figurait au catalogue Herman Miller (éditeur du couple Eames) dès le début des années 70. Bien sûr, les deux hommes (comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous) n’utilisèrent gère leur assise durant le débat, préférant insister sur leur force en se tenant debout. Dès lors, pourquoi intégrer des assises lors de ce débat ? Peut-être était-ce un moyen de signaler une certaine distinction et une proximité avec le peuple, ces chaises étant produites à grande échelle… Une chose est certaine : la EC 117 s’est par la suite largement exportée à travers le monde, marquant un peu plus l’ascension des époux Eames.

Depuis 1960, les candidats républicains et démocrates à la présidence des Etats-Unis s’affrontent à deux ou trois reprises devant les caméras de télévisions avant le vote final. Debout derrière un pupitre ou attablé, leur comportement diffère grandement selon la scénographie du plateau. De même, le choix du mobilier et de l’idéologie qu’il incarne peut avoir son importance. Alors comment seront habillés les prochains terrains de joutes où s’écharperont Hillary Clinton et Donald Trump ? Les pupitres, chaises et tables qui protègent les deux adversaires auront-ils leur importance ? Inversement, la chaise où s’assiéra le/la futur/e président/e des Etats-Unis deviendra-t-elle une icône du design ? La réponse ne saurait tarder. Le prochain débat aura lieu le 19 octobre avant le vote prévu le 8 novembre.

The good concept store La sélection IDEAT