A la Villa Noailles, la boîte de nuit comme laboratoire architectural

Alors qu’en France, les boîtes de nuit ferment les unes après les autres, la discothèque devient un objet de culte… Et notamment à la Villa Noailles (Hyères) qui proposera avec l'exposition « La boîte de nuit » de saisir les outils architecturaux utilisés dans la conception de ces lieux d’émancipation à travers des projets des années de 1960 à nos jours.

Dans la salle de squash de la Villa, les commissaires ont souligné le rôle de laboratoire architectural et sociologique de la discothèque. On découvre ainsi le centre commercial psychédélique de François Dallegret, pensé en 1968 comme un lieu hybride, directement inspiré de l’univers des boîtes de nuit. Ou plus récemment de la nouvelle mouture du mythique Ministry of Sound londonien repensé par le starchitecte Rem Koolhaas dans la lignée du « Furk » (le mélange de fun et de work) qui régirait nos vies contemporaines…

Les études réalisées pour AMO, le bureau de recherche de Rem Koolhaas, pour son projet de « Ministry of Sound ».
Les études réalisées pour AMO, le bureau de recherche de Rem Koolhaas, pour son projet de « Ministry of Sound ». Marie Godfrain

La gageure de l’exposition c’est de parler autant aux architectes, venus nombreux à l’inauguration, qu’au grand public. Les commissaires revendiquent de parler de l’architecture de la discothèque comme d’une culture populaire et toucher ainsi le plus grand nombre en décortiquant, livrant les modes d’emploi, l’envers des décors de ces lieux de plaisir destinés aux foules, à l’instar de l’Haçienda de Ben Kelly à Manchester.

The Shelter, structure gonflable mobile, 2016. Architectes : Bureau (Léopold Banchini, Daniel Zamarbide).
The Shelter, structure gonflable mobile, 2016. Architectes : Bureau (Léopold Banchini, Daniel Zamarbide). Photographie : Dylan Perrenoud. Courtesy Bureau A

Pour retrouver le sel de ces soirées, se reconnecter intimement au sujet, la salle de la piscine – dont les baies sont recouvertes pour l’occasion d’un film dichroïque aux effets psychédéliques – invite à se poser au cœur d’un sound system. La vertigineuse salle obscure peinte en rouge, vert et bleue clôt la boucle de cette exposition qui démarre avec « La batterie », de Pierre Barbe, un dancing né en 1933 et exposé au rez-de-chaussée de la Villa comme un ancêtre bienveillant…

« La Batterie », dancing de Pierre Barbe, ancêtre moderniste des boites de nuit.
« La Batterie », dancing de Pierre Barbe, ancêtre moderniste des boites de nuit.

La Boîte de nuit, jusqu’au 19 mars à la Villa Noailles. Montée Noailles, 83400 Hyères. www.villanoailles-hyeres.com

The good concept store La sélection IDEAT