Vente : La petite histoire derrière les grands designers du XXe siècle

Pour sa vente « Provenances », Artcurial met en valeur l'histoire de chaque meuble mis en vente : qui l'a acquis en premier ? Dans quelles conditions ? Pour quel usage ?… Une plongée fascinante dans l'histoire de ces créateurs du XXe siècle devenus des stars du design qu'IDEAT vous propose de découvrir à travers cinq lots exceptionnels.

> Provenance : M. Claude Cherrier, cousin de Jean Prouvé (lots n°42-52)
Claude Cherrier a beau être de vingt ans le cadet de Jean Prouvé, il est resté toute sa vie attaché à ce cousin qui croyait comme lui dans les vertus du rationalisme, de l’ingénierie et des innovations scientifiques au sens large. Après des études de chimie à Nancy, il part s’installer à Paris où il se marie. A cette occasion, Jean Prouvé lui offre le mobilier de son appartement. Et quand il prend sa retraite, il s’installe dans une villa au bord de la Manche avec les fauteuils, tables, bibliothèques, bahuts de son cher cousin… Après soixante-dix ans dans la famille Cherrier, cet ensemble exceptionnel de douze pièces de première main est proposé à la vente par Artcurial.

Paire de fauteuils dits « Visiteur à lattes » de Jean Prouvé (1948).
Paire de fauteuils dits « Visiteur à lattes » de Jean Prouvé (1948). © Artcurial

> Provenance : Bâtiments administratifs de Chandigarh (lots n°25-31)
Appelé par le gouvernement indien pour concevoir la future capitale du Pendjab en 1947, Le Corbusier se charge de l’urbanisme et de l’architecture et laisse son cousin, Pierre Jeanneret, suivre le chantier sur place et dessiner le mobilier de cette ville nouvelle. Ce dernier s’appuie sur les matériaux locaux (bambou, teck, natte tressée…) pour donner naissance à différentes gammes destinées aux administrations comme aux logements. Les sept lots mis en vente reflètent cette vision hiérarchisé du mobilier : bureau administratif, bureau de direction…

Bureau démontable dit administratif de Pierre Jeanneret (1957-58).
Bureau démontable dit administratif de Pierre Jeanneret (1957-58). © Artcurial

> Provenance : Collection de Mme N. (lots n°69-75)
C’est l’histoire d’une rencontre improbable : celle d’une riche Italienne dont la villa cossue prend le soleil du côté de Vérone et de Piero Fornasetti (1913-1988). Après une discussion avec ce fantasque designer, elle s’entiche de son mobilier (qui recycle des gravures anciennes) et de la folie raisonnée qu’il insuffle dans chacune de ses créations. Durant vingt années, elle acquiert des pièces qui égayeront ses intérieurs, dont cette sublime commode en bois lithographié qui rend hommage au mimétisme du léopard.

Commode dite Léopard de Piero Fornasetti (1953).
Commode dite Léopard de Piero Fornasetti (1953). © Artcurial

> Provenance : Les Arcs (lots n°15-19)
Les Arcs est considérée comme l’œuvre la plus aboutie de Charlotte Perriand (1903-1999). Un peu comme Le Corbusier à Chandigarh, la designer a eu carte blanche pour faire sortir la station de terre. Durant vingt ans, cette amoureuse des Alpes s’emploie à créer une façon moderne d’envisager les vacances à la montagne dans le respect d’un environnement d’exception. Outre l’architecture, cela la conduit à créer le mobilier en bois de trois immeubles : banc, échelle, fauteuils… portent la marque de cette immense designer.

Banc à lattes et échelle de Charlotte Perriand pour les Arcs (1968).
Banc à lattes et échelle de Charlotte Perriand pour les Arcs (1968). © Artcurial

> Provenance : Hôtel Bristol à Merano (lots n°1-2)
En 1930, Aldo Bennati, un riche armateur génois, décide de se lancer dans l’hôtellerie. Il ouvre un premier établissement à Venise et, après-guerre, poursuit l’aventure dans le Haut-Adige, cette région des Alpes italiennes située aux confins de l’Autriche. Inauguré en 1954 (en présence de Sophia Loren !), le Bristol fait montre d’une modernité jamais vue en Italie : piscine sur le toit, air conditionné, télévision dans chaque chambre… Mais surtout son mobilier est signé de pointures tel Gio Ponti (1891-1919). Les miroirs mis en vente proviennent des suites et chambres supérieures du Bristol, qui a été détruit en 2010 mais dont le précieux mobilier a fait l’objet d’une vente aux enchères…    

Grand miroir dit « Bristol » de Gio Ponti (1950).
Grand miroir dit « Bristol » de Gio Ponti (1950). © Artcurial

Expositions samedi 25 février (11 h – 18 h) , dimanche 26 février (14 h – 18 h et lundi 27 février (11 h – 19 h).
Vente le mardi 28 février à 20 heures à la maison Artcurial. 7 Rond-Point des Champs-Élysées Marcel-Dassault, 75008 Paris

 

The good concept store La sélection IDEAT