Studio BrichetZiegler, comme les deux doigts de la main

Leur nom ne fait pas encore la Une des magazines, mais à coups de projets généreux et bien sentis, Caroline Ziegler et Pierre Brichet ont déjà rejoint les avant-postes du design français. Pour IDEAT, ces designers multitâches ont livré leurs secrets de fabrication…

Caroline Ziegler et Pierre Brichet se rencontrent à Reims sur des bancs de l’ESAD. Une fois leur diplôme en poche, ils débutent leur carrière séparément dans différents studios parisiens… pour mieux se retrouver en 2006 au sein du Collectif Dito. Ce joyeux rassemblement de designers, impulsé par Caroline et Joachim Jirou Najou, les réunit pendant quatre années en parallèle de leurs jobs respectifs. En 2010, Pierre et Caroline s’éloignent de ce « laboratoire qui les a tous profondément forgés » pour se retrouver plus intimement et quotidiennement autour de ce qui deviendra le Studio BrichetZiegler.

Sept années ont passé, mais Pierre et Caroline travaillent toujours main dans la main, ou plutôt côte à côte. Scénographes, designers et auto-éditeurs, on pourrait les qualifier de touche-à-tout. Quand on leur demande de mettre des mots sur leur style, ils bottent en touche : « Nous cherchons à éviter de nous enfermer dans un registre de formes ou de matériaux. » Leur truc, c’est plutôt de se lancer des défis : « Chaque projet est le prétexte à expérimenter et à révéler une nouvelle facette de notre univers. » On retiendra donc deux adjectifs pour qualifier leur design : « généreux » et « sculptural ». Et puis par dessus tout, une folle envie de « tester, mélanger et inventer ».

Les étagères Isola, en céramique émaillée, semblent en lévitation au dessus du sol.
Les étagères Isola, en céramique émaillée, semblent en lévitation au dessus du sol. Baptiste Heller
La collection H. Russell en noyer sculpté et métal.
La collection H. Russell en noyer sculpté et métal. David Duchon-Doris

Ces derniers mois, ils ont donc dessiné pour Moustache les étagères murales « Isola », dessiné une lounge chair et son ottoman pour le jeune éditeur pyrénéen Versant édition et réédité leur tout premier projet « Week-End » avec Petite Friture. Sous l’impulsion de l’éditeur français qui monte, cet ensemble de jardin en métal qui affiche des couleurs franches a pris une autre dimension et a surtout gagné en visibilité, notamment lors de la dernière édition de Maison & Objet en janvier. Quatre nouvelles pièces viendront rapidement compléter cette gamme outdoor. Un beau destin pour cette collection qui avait été imaginée au départ comme un « objet sympathique qui s’intègre dans tout type d’espace » et éditée par Oxyo.

« L’histoire du studio est très liée à la collection “Week-End”. Nous voulions créer une forme identitaire très graphique. Le but était de donner une impression de légèreté en faisant flotter les lattes de métal. »
« L’histoire du studio est très liée à la collection “Week-End”. Nous voulions créer une forme identitaire très graphique. Le but était de donner une impression de légèreté en faisant flotter les lattes de métal. » Florent Tanet pour Petite Friture

Au-delà de la création de meubles, ce sont aussi les intérieurs qu’ils réinterprètent. En 2012, par exemple, le studio redonne à l’Imprimerie du Marais son esprit « atelier ». Un projet d’envergure puisqu’il s’agissait alors de repenser tous les espaces de cette imprimerie, des bureaux à l’atelier de sérigraphie. Les murs ont donc été remis à nu et le mobilier a été dessiné sur mesure (près de soixante pièces) pour s’adapter aux besoins de chaque collaborateur.

Les bureaux de l’Imprimerie du Marais : « Nous avons travaillé avec des matériaux traditionnels, bois brut et métal mais en renversant leurs codes : le métal noirci sur les plateaux des bureaux et le bois massif pour les piètements… »
Les bureaux de l’Imprimerie du Marais : « Nous avons travaillé avec des matériaux traditionnels, bois brut et métal mais en renversant leurs codes : le métal noirci sur les plateaux des bureaux et le bois massif pour les piètements… » Baptiste Heller

Ces travaux de commande donnent naissance à une envie particulière, celle de se recentrer sur des projets plus personnels. En 2015, le Studio BrichetZiegler crée donc By Hands, une famille d’objets et de petit mobilier dessinée et fabriquée à la main par Pierre et Caroline. Tous les produits sont d’abord imaginés autour de techniques et savoir-faire que le duo souhaite expérimenter. « L’envie de tester le martelage a, par exemple, été le moteur de la lampe Ombre Portée. Plus récemment, l’achat d’un tour nous a permis d’essayer le repoussage et le tournage pour la boîte Argent de Poche. » By Hands comprend aujourd’hui une quinzaine de références et se développe en parallèle des projets de collaboration du duo.

La boîte Argent de Poche et la lampe Ombre Portée par By Hands.
La boîte Argent de Poche et la lampe Ombre Portée par By Hands. Baptiste Heller

Deux têtes pensantes pour un concept global de création : voilà comment résumer le Studio BrichetZiegler. Ce printemps, ils présenteront une exposition de leurs produits By Hands à l’espace Modem (74, rue Quincampoix) à l’occasion des DDays. Et dans le futur ? « Nous rêvons de travailler avec de grands éditeurs internationaux pour avoir accès à des techniques très industrielles et pouvoir aller encore plus loin dans le dessin : une chaise en injection plastique ou en fonderie pourquoi pas ! » C’est tout le mal qu’on leur souhaite !

The good concept store La sélection IDEAT