Biennale de Venise 2017, une méga-célébration de l'art contemporain mondial

Des pavillons graves et puissants d'un côté, un expo collective élégamment « new age » de l'autre… La 57e édition de la Biennale de Venise balaye tout le spectre de l'art contemporain pour mieux hypnotiser les amateurs. Visite guidée.

A côté de ces chocs, se trouvent les Giardini, quartier des pavillons « historiques » un brin tièdes : ainsi du studio de musique tout en bois blond de Xavier Veilhan, représentant la France, qui en a laissé plus d’un de marbre. On foncera plutôt en face, au pavillon allemand, où Anne Imhof orchestre une performance de haute volée : des jeunes gens tout pâles dansent et chantent à vos pieds, sur les murs, au plafond, un peu emphatiques, peut-être, mais si intenses que cette œuvre mouvante a reçu le Lion d’or 2017.

Faust, la performance d’Anne Imhof dans le pavillon allemand.
Faust, la performance d’Anne Imhof dans le pavillon allemand. Andrea Avezzù

La danse, le rituel, voire le chamanisme, c’est aussi la grande affaire de l’exposition centrale de la Biennale, dont le titre Viva arte viva sonne d’ailleurs comme une incantation. Ce sont ces rondes écologistes et nudistes que chorégraphiait l’Américaine Anna Halprin dans les 70’s et qu’on retrouve en photos et vidéos. C’est aussi cette caverne loufoque de la Française Pauline Curnier Jardin, dans laquelle on assiste à un cérémonial catho-poético-SM.

Vidéo de la performance Planetary Dance d’Anna Halprin (1981-2017).
Vidéo de la performance Planetary Dance d’Anna Halprin (1981-2017). Andrea Avezzù
Grotta Profunda, Approfundita de Pauline Curnier Jardin (2011-2017).
Grotta Profunda, Approfundita de Pauline Curnier Jardin (2011-2017). Andrea Avezzù

On croisera encore les extraordinaires totems de l’Indienne Rina Banerjee à base de coraux, de plastique, de poupées, et puis toute une série de sculptures tout en moelleux, tout en sensualité, tout en courbes, contre lesquelles on aimerait se lover : tableaux matelassés, superbement flasques, du trentenaire marocain Achraf Touloub ou pelotes de laine géantes et joyeuses de la vétérane américano-parisienne Sheila Hicks.

Sculptures de Rina Banerjee.
Sculptures de Rina Banerjee.
Untitled d’Achraf Touloub (2016-2017).
Untitled d’Achraf Touloub (2016-2017).
Escalade Beyond Chromatic Lands de Sheila Hicks (2016-2017).
Escalade Beyond Chromatic Lands de Sheila Hicks (2016-2017).

Le clou ? Un ensemble de sphères de marbres, luisant au soleil en bordure du bassin de l’Arsenale, qu’a déposé là la Polonaise Alicja Kwade : une Biennale en forme de célébration cosmique de la création…

Pars Pro Toto d’Alicia-Kwade (2017).
Pars Pro Toto d’Alicia-Kwade (2017).

Thématiques associées

The Good Spots Destination Venise