Connolly, le chic français essaime au cœur de Londres

Oubliez le Brexit et les affres de la politique, l’amitié franco-britannique existe bel et bien ! Nous l’avons rencontrée à Londres, dans le quartier de Mayfair. C’est là qu’Isabel Ettedgui, qui dirige la marque Connolly, a installé sa boutique et son appartement dans un immeuble du XVIIe, entièrement réaménagé par les Parisiens Gilles & Boissier.

Petit retour en arrière sur une amitié au long cours… Isabelle est la veuve de Joseph Ettedgui, le créateur de la marque Joseph décédé en 2010. A sa mort, il a notamment laissé à Isabel une entreprise mythique du Royaume-Uni. Connolly a beau être un spécialiste du cuir, on peut difficilement le comparer avec un sellier comme Hermès puisque son savoir-faire réside dans le traitement du cuir, rendu imperméable et malléable, ce qui lui permet d’être ensuite travaillé par l’industrie automobile ou du meuble. Les toutes premières chaises Barcelona de Mies Van Der Rohe (1929) étaient ainsi recouvertes de cuir Connolly. Mais la marque est surtout réputée pour fournir les plus prestigieux constructeurs automobiles : Rolls-Royce, Bentley, Ferrari…

La première rencontre entre Gilles & Boissier et le couple Ettedgui se produit quand ce dernier souhaite réaménager son appartement londonien à la fin des années 1990. Le créateur est ravi du résultat : « J’ai l’impression de vivre dans un costume fait sur mesure », complimente-t-il alors les Parisiens.

Isabel Essettgui a choisi d’installer Connolly dans un immeuble de style géorgien du quartier de Mayfair.
Isabel Essettgui a choisi d’installer Connolly dans un immeuble de style géorgien du quartier de Mayfair. Jean-Christophe Camuset

En 2010, lorsque décède Joseph Essetgui, Isabel hésite longtemps… puis décide de relancer Connolly comme une marque de mode lifestyle. Elle se met alors en quête d’un QG à la hauteur de cette institution. En 2015, elle jette son dévolu sur une maison de style géorgien construite en 1730, l’une des plus vieilles du quartier de Mayfair, celui de la mode et du luxe. Puis elle contacte Gilles & Boissier afin qu’ils transforment les lieux. Son intention ? Aménager sous-sol, rez-de-chaussée et premier en boutique et les deux étages supérieurs en appartement pour elle.

On entre dans le magasin Connolly comme dans un appartement au rez-de-chaussée…
On entre dans le magasin Connolly comme dans un appartement au rez-de-chaussée… © MICHAEL PAUL

« Le monde du luxe est trop impersonnel », plaide Isabel. Dans sa maison-boutique, elle a donc créé un univers aux antipodes de cette neutralité. La recette de ce lieu atypique et au fort caractère semble fonctionner puisque depuis l’ouverture en avril, les clients se pressent derrière les murs du 4, Clifford Street…

Au rez-de-chaussée, la collection mode unisexe s’épanouit sous une verrière.
Au rez-de-chaussée, la collection mode unisexe s’épanouit sous une verrière. © MICHAEL PAUL

Non seulement l’architecture était classée mais aussi certains détails intérieurs comme les moulures, ce qui a grandement complexifié la tâche de Gilles et Boissier. Ces derniers ont aussi dû composer avec une maison patinée par le temps dans laquelle rien n’est droit… Par conséquent, ils ont dû complètement réinventer le bâtiment. La conception et l’assemblage du magnifique escalier en bois noir a représenté à lui seul un défi majeur pour les artisans…

Le sublime escalier noir qui mène au premier étage a été entièrement conçu sur mesure pour s’adapter à cette maison ancienne aux murs de guingois.
Le sublime escalier noir qui mène au premier étage a été entièrement conçu sur mesure pour s’adapter à cette maison ancienne aux murs de guingois. © MICHAEL PAUL

Les décorateurs parisiens sont ainsi étroitement associés au style Connolly. Au premier étage, leurs meubles, plateaux et luminaires mettent en valeur les matériaux et savoir-faire plus que l’originalité des lignes à tout prix… Le bois est omniprésent « car il est vecteur d’émotions », défend Dorothée Gilles. « L’élégance française sans la distance », tranche Isabel Essetgui dans un large sourire. L’ambiance distillée au premier est arty (grâce aux sublimes clichés en noir et blanc du photographe Chris Killip), éminemment londonienne… et bien sûr étroitement liée à l’automobile, l’ADN de Connolly. Une curatrice est ainsi chargée de parsemer les vitrines d’objets historiques liés à la voiture (lunettes de pilote, gants…).

Au premier, une statue de Christian Astuguevieille, artiste avec lequel Gilles & Boissier collaborent de longue date, et un présentoir pour les plaids
Au premier, une statue de Christian Astuguevieille, artiste avec lequel Gilles & Boissier collaborent de longue date, et un présentoir pour les plaids Jean-Christophe Camuset

Mais la grande fierté d’Isabel, c’est que contrairement aux clubs de gentlemen de Saville Row tout proches, sa maison Connolly est ouverte à tous…

Saville Row, la rue des tailleurs londoniens est à deux pas…
Saville Row, la rue des tailleurs londoniens est à deux pas… © MICHAEL PAUL

Connolly. 4 Clifford St, Mayfair, London W1S 2LG.

Gilles & Boissier livrent leur cuisine idéale pour Obumex…

Fini la pièce où l’on s’isole pour préparer les repas ! Quand ils ont commencé à plancher sur une cuisine pour le spécialiste belge Obumex, Gilles & Boissier ont opté d’emblée pour une fusion avec la pièce à vivre. Sur cette base, ils ont appliqué les recettes qui ont fait leur réputation : chic sans exubérance, soin et variété des matériaux…
Les essences de bois précieux répondent au marbre et au laiton patiné. Un modèle inspiré du style des 60’s et plus particulièrement la vision développée par Tom Ford dans son long-métrage A Single Man (2009).
www.obumex.be

The good concept store La sélection IDEAT