La Lounge Chair des Eames renaît en série limitée

The Conran Shop et Vitra ont phosphoré pour décliner une nouvelle version de la Lounge Chair des Eames. Chaise longue et repose-pied, ce chef-d'œuvre de technique et de manufacture, au doux cuir sable foncé, qui n'existera qu’à… 25 exemplaires. À tout jamais !

Dès le premier jour, huit exemplaires sont partis. À 7 850 € l’unité, on peut dire que la dernière mouture de la Lounge Chair des Eames s’est arrachée ! De fait, la plus célèbre chaise longue de l’histoire du design suscite le désir que l’on ressent pour les mythes, ceux qui provoquent des sensations tangibles. Quand on s’y assied, les capteurs du corps ne ressentent pas que le moelleux des coussins, ils réagissent à des choses ténues – le bruit d’un bas qui crisse au contact du cuir surfin… – et qui participent, presque inconsciemment, à l’attachement qu’on a pour un beau meuble. Son cuir aniline (ou pleine fleur) associe sa douceur au calme reposant d’une magnifique teinte beige sablé. Les variations de la couleur au long de la journée, par l’effet de la lumière, sont fort délicates.

L’édition spéciale The Conran Shop de la Lounge Chair des Eames.
L’édition spéciale The Conran Shop de la Lounge Chair des Eames. Mark Niedermann

Que diraient Charles et Ray Eames de la gloire éclatante de leur invention ? Il ne s’agit pas que de confort. La Lounge Chair est une histoire de culture qui excède la sphère du design. Leur projet le plus culte – conçu, dit-on, pour l’anniversaire de leur ami, le réalisateur Billy Wilder – est devenu une référence. Vitra, qui l’édite, maîtrise l’art de travailler sur un canon du design sans le détourner de son jus d’origine. Ce qui rend cette version du siège singulière, ce n’est pas seulement le fait de n’être que 25 à l’avoir… enfin si, un peu. Mais c’est aussi de sentir, quand on s’assied dedans, ce petit mouvement flexible dû à un unique système de piètement à cinq branches et d’admirer ces reflets ondoyants qui s’éploient sur la surface de sa coque en noyer.

À l’heure où le gouvernement anglais a reconnu comme illégale l’existence des copies de classiques du mobilier, Terence Conran n’est pas peu fier de commercialiser ce modèle singulier. Stephen Briars, directeur de The Conran Shop, rappelle que la Lounge Chair était déjà présente dans le tout premier catalogue de la marque en 1974. L’actuel président, Hugh Wahla, se souvient très bien avoir « traîné » autour tous les week-ends. Les privilégiés qui ont déboursé 7 850 € la verront, eux, tous les jours…

The Conran Shop. 117, rue du Bac, 75007 Paris. Tél. : 01 42 84 10 01.

 

The good concept store La sélection IDEAT