Réédition : deux icônes françaises passent à l’extérieur

En développant une version « outdoor » de deux pièces phares de son catalogue, les fauteuil et canapé 57 et 58, l'éditeur français Burov prouve que le mobilier vintage peut aussi s'accommoder à l'extérieur.

À feuilleter les pages d’un numéro de la revue Arts ménagers de la fin des années 50, le lecteur d’aujourd’hui risque de tomber en arrêt devant la photo en noir et blanc du très chic intérieur parisien de « M. et Mme Burov ». Les fauteuils et le canapé qu’on y découvre (modèles 58 en l’occurrence), avec en commun leur forme de coque enveloppante (qui était néanmoins plus haute sur les modèles 57), épousent bien le goût pointu de l’époque. Depuis leur présentation au Salon des arts ménagers ces années-là, ces assises, qui connaissent aujourd’hui une déclinaison outdoor, sont toujours fabriquées par Burov, maison fondée rue Crozatier, à Paris (XIIe), en 1948, et dont l’usine est encore sise à Candé, dans le Maine-et-Loire. Depuis 2014, et désormais intégrée au groupe Burov Leleu, l’entreprise s’est restructurée sous la houlette d’Alain Damais, passé de la finance au mobilier. Burov et son directeur artistique, Emmanuel Gallina, incarnent l’idée de proposer aussi bien de nouveaux modèles que de maintenir la production de classiques.

Réédité depuis 2015, le canapé 57 (Burov) s’offre cette année une version outdoor.
Réédité depuis 2015, le canapé 57 (Burov) s’offre cette année une version outdoor. Burov

Les fauteuils et les canapés 57 et 58 sont demeurés tels que lors de leur conception par Geneviève Dangles et Christian Defrance. Les designers, nés en 1929, étaient partisans d’une élégance sans sécheresse dont le registre de formes, parfois organiques, évitait tout excès. Héritier des grands décorateurs comme André Arbus ou Marcel Gascoin, le couple a néanmoins davantage que ces derniers travaillé avec les industriels du meuble. Et, aujourd’hui encore, qu’il s’agisse de la tubulure soudée d’une armature, de la réalisation d’un dossier en mousse, des suspensions des chaises… tout reste fait sur place, à l’usine de Candé. Où il n’a pas été difficile de trouver quelqu’un pour tendre de tissu outdoor ces assises et où le client pourra même demander un rembourrage en plume ou en duvet. Celui qui voudrait profiter de ce mobilier culte sur un bateau, au bord d’une piscine ou sur une terrasse n’a nul besoin de commandes spéciales. Les modèles 57 et 58 sont désormais prêts à braver tous les temps.

compo-57

> Canapé 58, à partir de 2 290 €. Existe aussi en version fauteuil.
> Fauteuil 57, à partir de 1 690 €. Existe aussi en version canapé.

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT