Clerkenwell Design Week : à Londres, le design se fait onirique

Cette semaine, Londres a vibré au rythme de sa grand-messe printanière du design, la Clerkenwell Design Week. Pour cette neuvième édition, l’événement était marqué au sceau du rêve, avec des installations offrant aux passants un regard neuf sur le monde. Récit et décryptage à travers cinq installations.

Forte d’un succès public chaque année plus affirmé, la Design Week de Clerkenwell a offert une édition 2018 riche en événements. Au programme, une centaine de showrooms qui ont ouvert leurs portes. Le clou du spectacle ? Les installations jalonnant le quartier, qui professaient un design vecteur de transformation du monde. Le propos de ces installations variées converge vers un but commun : construire un prisme original pour appréhender le monde, qui soudain embellit, questionne ou apaise. Traversées par l’onirisme, ces installations forcent à embrasser une nouvelle grille de lecture, où les perceptions sont bousculées. Ou quand le réel se donne à voir autrement…

1/ « Royal Approval » (Kinetech Design)

« Royal Approval » de Kinetech Design.
« Royal Approval » de Kinetech Design. © Sophie Mutevelian

Avec la « Royal Approval », surprenante installation signée Kinetech Design, ce sont les perspectives du réel qui sont modifiées. Cette structure haute de quatre mètres reproduit une fraise, comme en portaient les hommes à l’époque shakespearienne, mais avec des proportions exagérées ; le passant qui se prend en photo derrière la sculpture paraît ainsi la porter à son cou. Autre distorsion des sens, l’impression de poids de cette pièce qui pèse en réalité une quarantaine de kilos, étant constituée de feuilles d’aluminium composite rétractables. « Notre but était que les passants croisent un objet qu’ils voient d’ordinaire uniquement dans les films ou les jeux vidéo. Avec « Royal Approval », ils sont confrontés à une sculpture tout droit venue d’une ère digitale », explique Balint Bolygo, l’un de ses designers.
www.kinetechdesign.com


2/ « A piece of sky » (Sky-Frame)

L’architecte et designer suisse Stephan Hürlemann, auteur de l’installation « A piece of sky » pour Sky-Frame.
L’architecte et designer suisse Stephan Hürlemann, auteur de l’installation « A piece of sky » pour Sky-Frame. © Sophie Mutevelian

Autre réflexion, autre clé vers un réel modifié : l’installation « A Piece of Sky » de Stephan Hürlemann pour Sky-Frame. Cette fois, le chamboulement de la perception porte sur l’espace. Placé dans un entonnoir hexagonal tapissé de miroirs, le visiteur est comme transporté dans une cabine spatiale, où les reflets de lumière donnent une tournure ouatée au réel. Pour intensifier ce sentiment d’étrangeté voyageuse, des enregistrements d’astronautes relatent leur ressenti lorsqu’ils étaient en orbite. Le tout s’accorde au son de la terre, enregistré par la NASA, qui confère à l’ensemble une ambiance quasi irréelle.
www.sky-frame.com


3/ « Next Generation Design Pavillon » (Scale Rule)

« Next Generation Design Pavillon », imaginé par des étudiants en collaboration avec Scale Rule.
« Next Generation Design Pavillon », imaginé par des étudiants en collaboration avec Scale Rule. Scale Rule

Dans le parc de St James’ Church, deux autres installations entraînent le passant vers un questionnement du réel. « Next Generation Design Pavilion », signé par de jeunes étudiants sous l’impulsion du collectif Scale Rule, propose une structure inédite faite de fils bariolés s’entrecroisant. Trois niveaux de fils symbolisent la temporalité (passé, présent et futur), qui aboutissent à une ouverture finale sur le ciel ; celle-ci opère un focus sur les éléments du réel.
scalerule.org


4/ « EightHourDay » de Studio 8Fold

« EightHourDay » de Studio 8Fold.
« EightHourDay » de Studio 8Fold. Reform

Quelques pas plus loin, une sculpture du Studio 8Fold interroge notre rapport au réel et au temps. Dans un monde moderne découpé selon les huit heures de travail, « EightHourDay » fait référence au « short-time movement », le mouvement social anglais qui a poussé à la limitation du nombre d’heures de travail par jour au Royaume-Uni. Exempte de cadran, cette sculpture en polystyrène offre une respiration vers le ciel, en lieu et place d’une aiguille en mouvement.
www.studio8fold.com/


5/ « Behind Closed Doors » (Hakwood/Shape London)

« Behind Closed Doors », Hakwood et Shape London.
« Behind Closed Doors », Hakwood et Shape London. Adam Scott

Pour finir, l’installation « Behind Closed Doors » par Hakwood et Shape London met en scène une maison néerlandaise pavée d’un rose bonbon, dont la façade se révèle au travers de mini-fenêtres dévoilant des intérieurs idéalisés. Le réel s’y dessine sous des accents amortis et pacifiés. Comme si, finalement, le design était une nouvelle voie vers le rêve…
nookpod.com

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT