Good spots : Oslo vue par la photographe Anja Niemi

La ville d’Oslo offre à Anja Niemi de larges espaces verts et des pistes de ski. À travers ses adresses de prédilection se dessine une vie calme et surtout proche de la nature, son « spot » favori. Un univers assez éloigné de l’atmosphère sophistiquée des images qu’elle crée grâce à une imagination qui franchit largement les frontières de sa Norvège natale. Anja est un peu comme cette capitale : elle oscille entre un repli timide sur ses racines et une ouverture plus décomplexée à l’international. Le feu sous la glace ?

Anja n’a pas de quartier préféré à Oslo ; elle suit un parcours d’adresses auxquelles elle reste fidèle et qui dessinent une sorte de carte du tendre… très norvégienne. Elle a par ailleurs insisté pour que nous visitions l’hôtel de ville pour en admirer les fameuses fresques. Elle aime sincèrement cet endroit où, avec son mari qui travaille pour la municipalité, elle a passé plusieurs soirées à l’occasion des fêtes de Noël.

L’imposant bâtiment de brique de l’hôtel de ville, construit près du port entre 1918 et 1950, abrite des trésors de fresques narrant l’histoire de la ville. Le hall principal accueille chaque année la cérémonie du prix Nobel de la paix.
L’imposant bâtiment de brique de l’hôtel de ville, construit près du port entre 1918 et 1950, abrite des trésors de fresques narrant l’histoire de la ville. Le hall principal accueille chaque année la cérémonie du prix Nobel de la paix. Rådhusplassen 1

La richesse et la multitude des couleurs, la variété des styles et la notoriété des artistes qui ont signé ces peintures – notamment Edvard Munch, enfant du pays dont le musée portant son nom est en cours de construction – se succèdent pour narrer les grandes étapes de l’histoire de la Norvège et surtout celle de l’acquisition de son indépendance vis-à-vis du Danemark en 1814. L’histoire se mêle à la légende et le lieu se visite comme un livre d’images géant.

Tout près de l’hôtel de ville, la zone portuaire a été totalement réhabilitée et est devenue un vrai lieu de promenade, très animé les soirs et les week-ends. Ponctué de boutiques et de restaurants, ce nouveau quartier, dont le musée Astrup Fearnley est le point de mire, est aussi un site de baignade l’été – ce que l’on a du mal à imaginer en février !
Tout près de l’hôtel de ville, la zone portuaire a été totalement réhabilitée et est devenue un vrai lieu de promenade, très animé les soirs et les week-ends. Ponctué de boutiques et de restaurants, ce nouveau quartier, dont le musée Astrup Fearnley est le point de mire, est aussi un site de baignade l’été – ce que l’on a du mal à imaginer en février ! Photos Young-Ah Kim pour IDEAT

À quelques pas de là, le nouveau quartier du port a vu fleurir des bâtiments qui fêtent la diversité de l’architecture moderne, abritant à leurs pieds petits restaurants et bars, face aux ferrys qui mènent aux diverses îles du fjord, comme celle d’Anja.

La rénovation du secteur portuaire et de la gare centrale a été lancée sous le nom de code « Fjord City » dès les années 80 : un kaléidoscope d’architectures.
La rénovation du secteur portuaire et de la gare centrale a été lancée sous le nom de code « Fjord City » dès les années 80 : un kaléidoscope d’architectures. Photos Young-Ah Kim pour IDEAT
Dans le nouveau quartier Bjørvika, que l’on surnomme le « Barcode » à cause des tours qui s’y alignent, la Shoot Gallery a emménagé dans un lieu conçu par Snøhetta et l’a inauguré avec l’exposition d’Anja « The Woman Who Never Existed ». Sa fondatrice, Helene Gulaker Hansen, est la première à avoir créé une galerie spécialisée dans la photo à Oslo.
Dans le nouveau quartier Bjørvika, que l’on surnomme le « Barcode » à cause des tours qui s’y alignent, la Shoot Gallery a emménagé dans un lieu conçu par Snøhetta et l’a inauguré avec l’exposition d’Anja « The Woman Who Never Existed ». Sa fondatrice, Helene Gulaker Hansen, est la première à avoir créé une galerie spécialisée dans la photo à Oslo. Trelastgata 17

À l’extrémité du port s’élance le nouveau musée Astrup Fearnley, inauguré en 2012. Renzo Piano y a, une fois encore, démontré sa compréhension sensible d’un site en créant un double bâtiment traversé d’un canal, flanqué du parc de sculptures Tjuvholmen et d’une plage – car, croyez-le ou non, l’eau at- teint les 20 °C en été !

Inauguré en 2012, signé Renzo Piano, le musée Astrup Fearnley abrite l’hallucinante collection de son fondateur : Damien Hirst, Gilbert & George, Anselm Kiefer, Richard Prince… et de nombreux artistes locaux. Anja s’y rend souvent le dimanche avec ses fi lles, qui peuvent y suivre divers ateliers.
Inauguré en 2012, signé Renzo Piano, le musée Astrup Fearnley abrite l’hallucinante collection de son fondateur : Damien Hirst, Gilbert & George, Anselm Kiefer, Richard Prince… et de nombreux artistes locaux. Anja s’y rend souvent le dimanche avec ses fi lles, qui peuvent y suivre divers ateliers. Strandpromenaden 2

Le musée, déjà hyperactif (Anja ne manque pas une exposition), le sera particulièrement cette année pour fêter ses 25 ans d’existence, avec pas moins de neuf expositions issues de l’hallucinante collection des fondateurs (une famille d’armateurs).

Au musée Astrup Fearnley, la dernière exposition du duo américain Lizzie Fitch et Ryan Trecartin.
Au musée Astrup Fearnley, la dernière exposition du duo américain Lizzie Fitch et Ryan Trecartin. Strandpromenaden 2

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT