Les horloges à coucou se mettent à l’heure du brutalisme

Sous l’impulsion de l’artiste allemand Guido Zimmerman, les traditionnelles horloges à coucou troquent aujourd’hui leurs façades de chalets pour le béton du XXe siècle.

Depuis 2015, le créateur allemand Guido Zimmerman ravale les traditionnelles pendules à coucou et leur adjoint des façades de bâtiments emblématiques du brutalisme, ce courant architectural qui voulait laisser le béton brut de tout ornement ou embellissement. Construits dans la seconde moitié du XXe siècle, les bâtiments qu’il sélectionne en Allemagne, en France ou en Angleterre, transposent les kitchissimes horloges allemandes à mille lieues de leur Forêt noire natale, sans entamer leur charme désuet.

Modèle « Elfenbein (AfE) Turn » de la série « Cuckoo Block » débutée en 2015.
Modèle « Elfenbein (AfE) Turn » de la série « Cuckoo Block » débutée en 2015. Guido Zimmerman

Apparues au XVIIe siècle, les pendules à coucou ont longtemps été un « symbole de prospérité » selon l’artiste allemand qui s’est pris de passion pour cette typologie surannée. Autrefois très répandues dans les foyers de la classe moyenne, comme pour illustrer l’accession à un certain niveau de vie bourgeois, elles rendent aujourd’hui hommage à une architecture pensée pour loger le plus grand nombre, et pourtant tombée en disgrâce avant de connaître un regain d’intérêt.

La « Glenkerry House » d’Ernö Golfinger, achevée à Londres en 1970.
La « Glenkerry House » d’Ernö Golfinger, achevée à Londres en 1970.

Incarnations de la modernité avant d’être décriés pour l’austérité de leurs façades grisâtres et répétitives, les immeubles brutalistes dégageraient presque aujourd’hui une impression de fragilité une fois réduits en maquette. Sculptés à partir de panneaux de construction préfabriqués, les micro-architectures de Guido Zimmerman affichent un réalisme prononcé. Sur certaines, leur créateur a même prévu un ingénieux système de rétro-éclairage.

Modèle « Frankfurt », tiré du quartier de Niedderad.
Modèle « Frankfurt », tiré du quartier de Niedderad. Guido Zimmerman

Peinte à la main, chaque horloge représente un bâtiment existant. Des constructions célèbres, signées Marcel Breuer ou Ernö Goldfinger, mais aussi des immeubles anonymes de Berlin ou Francfort, la ville natale de Guido Zimmerman, où il réside et travaille toujours dans un des 130 studios de l’AtelierFrankfurt, le plus grand centre d’art de la région Hesse.

L’« Hôtel Le Flaine » de Marcel Breuer, construit en 1969 pour la station du même nom.
L’« Hôtel Le Flaine » de Marcel Breuer, construit en 1969 pour la station du même nom. Guido Zimmerman

Depuis l’année dernière, certaines répliques délaissent néanmoins leurs mécanismes et leurs aiguilles pour servir uniquement de nichoir à un oiseau cette fois bien réel. Une radicalité digne des plus belles heures du brutalisme…

La « Sozialmeisenbau », une construction sociale pour mésanges.
La « Sozialmeisenbau », une construction sociale pour mésanges. Guido Zimmerman

Renseignements, prix et disponibilités en écrivant à l’artiste.

The good concept store La sélection IDEAT