A Pantin, textures et monochromie chez Barnabé Fillion

Tout près de Paris, un prodige du parfum et sa compagne céramiste occupent un loft aménagé pour des instants de vie complices, à deux ou en tribu.

« D’un continent à l’autre, les formes des objets en terre cuite traditionnels sont souvent les mêmes », précise la céramiste, en nous présentant des récipients qu’elle a réalisés en collaboration avec des potiers d’Asie et d’Amérique latine.

Perla Valtierra et sa série d’objets en céramique « Form & Origin », fabriquée par des potiers rencontrés dans l’archipel nippon.
Perla Valtierra et sa série d’objets en céramique « Form & Origin », fabriquée par des potiers rencontrés dans l’archipel nippon. Fabien Breuil

Autour de nous, l’assistante de Barnabé et deux amies en visite passent et repassent. Ce sont donc en tout six personnes qui s’affairent ce matin dans ce sanctuaire néo-hippie, tout proche d’Aubervilliers et de la porte de la Villette. « En scooter, je gagne rapidement le cœur de Paris et, en même temps, je n’ai pas l’impression de vivre dans une grande ville », reprend Barnabé, en nous faisant découvrir son bureau.

Le bureau-laboratoire de Barnabé Fillion installé à l’étage sous un grand néon de Sammode. Le parfumeur conçoit ici des fragrances inspirées de voyages au Maroc ou au Japon.
Le bureau-laboratoire de Barnabé Fillion installé à l’étage sous un grand néon de Sammode. Le parfumeur conçoit ici des fragrances inspirées de voyages au Maroc ou au Japon. Fabien Breuil
Les échantillons de matière première (cire d’abeille, racines d’iris, mousse, copeaux de bois, myrrhe…) dont il extrait les odeurs.
Les échantillons de matière première (cire d’abeille, racines d’iris, mousse, copeaux de bois, myrrhe…) dont il extrait les odeurs. Fabien Breuil

Un laboratoire entièrement recouvert de flacons de test et d’échantillons de matière olfactive dont Barnabé tire ses créations pour Aesop, comme récemment la fragrance mixte Hwyl et trois senteurs d’ambiance que l’on peut également utiliser sur la peau : Cythera, Istros et Olous.

Les concentrés de parfums réalisés à partir de ses formules.
Les concentrés de parfums réalisés à partir de ses formules. Fabien Breuil

Paul Smith, le parfumeur Le Labo ou le concept-store parisien The Broken Arm font aussi partie de ses clients. Même des marques de whisky lui ont demandé de concevoir leurs breuvages. « La plupart du temps, tout commence par un flash, cela peut être une odeur ou encore une image », explique le « nez » de 36 ans, dont le projet de départ était de devenir photographe. C’est à Tanger, dans un jardin parfumé, qu’il a finalement découvert sa véritable vocation. Depuis, il manie les senteurs, extraites uniquement de matières premières naturelles. Et en parle comme de « textures ».

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT