La villa Savoye submergée dans un fjord du Danemark

En coulant une réplique de la villa Savoye, manifeste de modernité de Le Corbusier, dans un fjord, l'artiste Asmund Havsteen-Mikkelsen nous invite à poser un nouveau regard sur notre époque.

Déjà vandalisée dans les photomontages de l’artiste belge Xavier Dolory, la villa Savoye se noie désormais dans le fjord de Vejle (Danemark). Ou plutôt sa réplique, conçue par Asmund Havsteen-Mikkelsen à l’occasion du festival Floating Art qui se déroule  face au Fjordenhus, le premier bâtiment imaginé par l’artiste Olafur Eliasson, depuis le 23 juin dernier. Présentée jusqu’au 2 septembre, cette reconstitution à l’échelle 1:1 détourne le bâtiment le plus célèbre de Le Corbusier pour exprimer une critique de notre époque, au regard de l’utopie moderniste apparue au début du XXe siècle.

En tout, onze œuvres se partagent l’étendue du fjord jusqu’au début du mois de septembre.
En tout, onze œuvres se partagent l’étendue du fjord jusqu’au début du mois de septembre. Asmund Havsteen-Mikkelsen

Lors de sa construction à Poissy (Yvelines), entre 1928 et 1931, la villa du couple Savoye incarne tous les préceptes du mouvement moderne. Avec ses pilotis, son toit-terrasse, ses fenêtres en bandeau ainsi que son plan et ses façades libres, cette machine à habiter symbolise la « promesse d’un monde nouveau » selon l’artiste danois. Une nouvelle ère qui place la rationalité et l’aspiration à une vie meilleure pour tous en haut de l’échelle des valeurs, contrairement à notre présent, rythmé par le Brexit, l’élection de Donald Trump ou la montée des partis d’extrême-droite…

Conçue comme une structure flottante, cette réplique partielle mesure tout de même 15 mètres de long pour un poids approchant les cinq tonnes.
Conçue comme une structure flottante, cette réplique partielle mesure tout de même 15 mètres de long pour un poids approchant les cinq tonnes. Asmund Havsteen-Mikkelsen

Face à ces événements géopolitiques, qu’il considère liés aux nouvelles plate-formes numériques où pullulent les fake news, Asmund Havsteen-Mikkelsen nous invite ainsi à reconsidérer la modernité de notre monde à travers l’œuvre de Le Corbusier. Intrigué par l’importance de son rôle dans l’histoire de l’architecture depuis qu’il a séjourné dans son bâtiment de la Cité international universitaire de Paris, l’artiste décline d’ailleurs la géométrie de la villa Savoye dans plusieurs de ses toiles réalisées dans son atelier de Copenhague.

Tirée par un bateau, l’installation change d’emplacement tout au long du festival.
Tirée par un bateau, l’installation change d’emplacement tout au long du festival. Vejle ArtMuseum

Si Asmund Havsteen-Mikkelsen s’intéresse autant à Charles-Edouard Jeanneret, il y a fort à parier que cette œuvre se réfère également à la mort prématurée de l’architecte, victime à l’été 1965 d’une noyade dans la Méditerranée à proximité de son fameux cabanon de Roquebrune-Cap-Martin. A moins qu’il ne s’agisse d’un hommage à sa péniche, disparue au fond de la Seine au mois de février dernier suite aux crus de la Seine…

Asmund Havsteen-Mikkelsen devant son œuvre.
Asmund Havsteen-Mikkelsen devant son œuvre. Asmund Havsteen-Mikkelsen

> Floating Art Festival, jusqu’au 2 septembre 2018, à Vejle (Danemark).

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT