Paris : La Bonaventure du musée de la vie romantique

Emilie Bonaventure vient de repenser la café du très parisien Musée de la Vie Romantique. Visite en compagnie de la décoratrice.

Dans les années 1820, Paris étend son territoire jusqu’aux pentes de la Butte Montmartre et donne naissance à un nouveau quartier. La « Nouvelle-Athènes » devient le refuge des artistes et des intellectuels. Professeur de dessin des enfants de Louis-Philippe, Ary Scheffer s’installe dans un hôtel particulier en retrait de la rue Chaptal qui voit défiler Georges Sand, Chopin, Liszt, Dickens… Logé au fond d’un impasse discrète, le bâtiment est conçu pour les arts et dispose à ce titre d’une verrière inondée de lumière. Depuis 1987, il accueille le Musée de la vie romantique.

Le café du Musée de la vie romantique et sa terrasse ombragée.
Le café du Musée de la vie romantique et sa terrasse ombragée. Photo DR

Le 22 juin dernier, le plus secret des musées parisiens a rouvert ses portes après une rénovation. C’est à la décoratrice Emilie Bonaventure que le café Rose Bakery, implanté sous la verrière, a confié son extension. Autrefois, cette dernière n’accueillait aucune place assise, ce qui réduisait la période d’ouverture à celle de sa terrasse, soit six mois par an. En réduisant la taille du comptoir et en jonglant avec l’espace, Emilie Bonaventure a réussi à créer 18 places assises afin que ce café puisse rester ouvert tout au long de l’année.

La décoratrice Emilie Bonaventure.
La décoratrice Emilie Bonaventure. Photo DR

Du fait du classement du bâtiment, le cahiers des charges était très restrictif. Il a fallu conserver la verrière, bien sûr, mais aussi sa rocaille, la rambarde, les radiateurs, tous d’origine… Des LEDS discrètes ont été intégrées pour renforcer la luminosité intérieure en hiver. Une jardinière a été ajoutée au-dessus du bar pour discrètement souligner la structure de la verrière. L’enrochement originel a été végétalisé et doté d’une fontaine. Le radiateur d’origine qui court le long de la salle a été préservé, de même que les tomettes au sol. Enfin, un balcon pour deux surplombe désormais la salle et permet de s’isoler.

La salle et son balcon pour deux, isolé en surplomb.
La salle et son balcon pour deux, isolé en surplomb. Photo DR

Pour gommer les frontières entre intérieur et extérieur, Emilie Bonaventure a utilisé une palette qui oscille autour du vert Céladon, des tonalités discrètes mais qui renforcent l’identité du lieu. Le bar a été équipé d’un comptoir en Corian blanc sur lequel sont exposées les pâtisseries et salades. Conforme à l’esprit Rose Bakery, la carte décline un petit nombre de plats et en-cas frais et cuisinés à quelques rues et livrés à vélo.

Au fond de la pièce, l’enrochement originel a été végétalisé et agrémenté d’une fontaine.
Au fond de la pièce, l’enrochement originel a été végétalisé et agrémenté d’une fontaine. Photo DR

« Je ne travaille qu’avec des chefs propriétaires de leur restaurant et encore, seulement quand je suis séduite par leur cuisine ! », s’amuse Emilie Bonaventure, qui partage son activité entre décoration et scénographie. Entre Rose Bakery, la mini-chaîne de restaurants/épiceries fines healthy et la Parisienne, c’est une histoire d’amour au long cours qui s’est nouée puisqu’elle a aménagé l’intégralité de ses cinq adresses parisiennes. En 2019, on la retrouvera au Musée Balzac, mais aussi chez Frenchie to-go et à la Biennale des Antiquaires (8-16 septembre au Grand Palais), où elle réalise traditionnellement le stand de la galerie Jacques Lacoste.

> Rose Bakery au Musée de la vie romantique. Hotel Scheffer-Renan. 16, rue Chaptal, 75009 Paris. Tél. : 01 55 31 95 67.
> Du mardi au dimanche, de 10 heures à 17h30.

Salades et en-cas frais élaborés par Rose Bakery sont désormais servis tout au long de l’année…
Salades et en-cas frais élaborés par Rose Bakery sont désormais servis tout au long de l’année… Photo DR

The good concept store La sélection IDEAT