DCW éditions met en lumière le design français du XXe siècle

DCW éditions perpétue depuis 2009 l'héritage des lampes Gras, chères à Le Corbusier. Cette année, elle vient de redonner vie à cinq lampes conçues par le designer Jacques Biny (1913-1976). Frédéric Winkler, son co-fondateur, décrypte la pertinence de ces rééditions.

Dès 1983, Frédéric Winkler et Philippe Cazer chinent frénétiquement des lampes Gras, mais aussi des appareils d’éclairage de Jacques Biny, designer et éditeur, pionnier du luminaire français, qui possédait sa propre usine, mise au service de son label, Luminalite. C’est lui qui, par exemple, a produit les créations de Michel Buffet. En 2009, ils se lancent dans l’édition avec DCW, une maison de luminaires, qui les conduit à suivre leurs coups de cœur et rien d’autre. S’ils se focalisent d’abord sur les lampes Gras, Winkler et Cazer ont récemment introduit dans leur catalogue les cinq premières lampes de Jacques Biny et prévoient d’en ajouter une vingtaine sur les quatre cents que l’homme a conçues.

Le designer Jacques Biny.Winkler souligne que leur choix s’est fait en se concentrant sur « ce qui, pour nous, est beau est bon à éditer pour le plus grand nombre ». Et il confie au passage la gêne qu’il éprouve à voir s’envoler une table de Jean Prouvé vendue aux enchères 700 000 euros… Les valeurs de DCW éditions s’affichent ailleurs, empruntées à Le Corbusier parlant d’« objets bien pensés, bien dessinés, bien fabriqués ». Et Winkler d’ajouter qu’« au juste prix par rapport à leur coût de fabrication », ce sont d’abord les bons produits, si possible accessibles, qui font la dynamique d’un marché.

Réedition de la l’applique Biny, de Jacques Biny, créée en 1957.
Réedition de la l’applique Biny, de Jacques Biny, créée en 1957. DR

Mais avant de fixer le moindre prix, il a d’abord fallu convaincre les trois filles de Jacques Biny de la nécessité d’adapter les modèles aux normes actuelles, sans en modifier la ligne générale. C’est ainsi qu’un port USB a été ajouté sur une applique et que les ailettes d’une lampe sont désormais orientables. Biny y avait pensé. Ses dessins le prouvent. Et tout l’intérieur des appareils est accessible, donc au besoin réparable. Pas d’objet mode chez DCW éditions chez qui on fait perdurer le bon design, « témoin du temps entre les générations et trésor du patrimoine culturel ». Pour Frédéric Winkler, ces créations sont vouées à devenir des « compagnons de vie ». Rien de moins.

La version lampe de table de Biny, adaptée aux normes actuelles et commercialisée à un tarif accessible (348 € et 246 € pour l’applique).
La version lampe de table de Biny, adaptée aux normes actuelles et commercialisée à un tarif accessible (348 € et 246 € pour l’applique). DR

> DCW éditions. 30, rue des Trois-Bornes, 75011 Paris. Tél. : 01 40 21 37 60.

The good concept store La sélection IDEAT