ibis Styles joue avec l'espace-temps,
les gagnants du concours Design-Moi Un Objet

Il n’est pas un centimètre, public ou privé, sur lequel on ne puisse intervenir pour le bien d’autrui : design ou architecture d’intérieur participent au confort, c’est-à-dire au bien-être. Tout comme l’esthétique. D’où le concours ibis Styles visant à créer un objet destiné à faire patienter, de façon ludique, les parents et leurs enfants, dans les lobbys des hôtels.

Le design est au cœur de l’activité d’ibis Styles, marque appartenant à AccorHotels, premier groupe hôtelier de France et présent dans une centaine de pays.

La spécificité d’ibis Styles? Ouvrir des adresses dont le design et l’expérience proposée pour chacun sont uniques et déclinés autour de thèmes : nature, évasion, retour aux sources, urbains créatifs, loisirs ou encore esprit arty. S’il n’existe presque aucun hôtel économique mettant le design aussi ouvertement en avant, ses 200 établissements en France sont pensés pour être abordables sans négliger le confort. Et en la matière, il y a consensus dans l’univers de l’hôtellerie sur l’intérêt d’enrichir les moments qu’on appelle « creux », ces quelques minutes d’attente qui ponctuent tout séjour. C’est l’occasion d’offrir au client un contexte agréable, une situation dans laquelle il deviendra actif, son sens esthétique stimulé. Car ce n’est pas seulement dans les chambres ou dans les couloirs que le design doit œuvrer !

Pour fêter les 10 ans d’ibis Styles, l’idée d’organiser un concours avec des designers s’est donc imposée.

Le postulat était simple : les hôteliers ne voulaient plus voir de clients assis dans les halls, le pli au front, pianotant sur leur smartphone tout en tentant de maîtriser les débordements de leur progéniture… Le président du jury, le designer Marc Venot, connaît bien les sentiments mêlés qu’un tel concours peut inspirer à un jeune. Il représente souvent un casting d’idées qui ne se concrétisent jamais. Cette fois, ce n’est pas le cas, puisque les projets des jeunes designers primés répondent concrètement à une question posée et que le premier prix sera présenté sur des salons dès la rentrée et, à terme, sera installé dans les lobbys des hôtels ibis Styles.

La politique générale du design selon ibis Styles est claire ! il faut quelque chose de beau et d’utile pour les enfants et leurs parents, qu’ils puissent se l’approprier spontanément. Marc Venot a accompagné les finalistes au cœur des dix projets présélectionnés par le jury, le 24 mai dernier. Le premier prix, celui qui sera donc prototypé puis développé, distingue Samuel Masson, cofondateur du studio Antipodes, à Nantes. Son projet Késako ?, qui matérialise l’idée de départ d’éveiller les sens, relie l’hôtel à son environnement. « C’est un contenant métallique, explique-t-il, opaque et suspendu au plafond, un cylindre dans lequel est introduit et fixé un petit objet qui se réfère à l’univers de chaque hôtel. Les visiteurs doivent deviner de quoi il s’agit uniquement au toucher, en passant la main à travers une ouverture
en tissu. Pour découvrir la réponse, il suffit de retourner le contenant et de regarder par la fenêtre du fond en faisant glisser un clapet métallique. » La discussion
entre adultes et enfants peut ensuite éclore après la découverte de l’objet caché, lequel sera représentatif du storytelling de l’hôtel.

Késako ?, la devinette sensorielle inventée par le gagnant du concours Samuel Masson
Késako ?, la devinette sensorielle inventée par le gagnant du concours Samuel Masson

Le deuxième prix (récompensé d’une bourse), de Sébastien Baert, stimule l’intellect et la mémoire. « Pour attiser la curiosité et proposer une expérience nouvelle, j’ai décidé d’allier le jeu au mystère en couvrant de toile un labyrinthe dans lequel circule une bille, explique-t-il. Le tissu flexible permet de la manipuler aisément tout en dissimulant les obstacles, ce qui rend le cheminement beaucoup plus instinctif et sensoriel. »

Sense, le jeu de labyrinthe tactile inventé par Sébastien Baert, lauréat du deuxième prix
Sense, le jeu de labyrinthe tactile inventé par Sébastien Baert, lauréat du deuxième prix

Le troisième prix (prix du public, également doté d’une bourse), remporté par Lucas Lorigeon, est un objet évocateur puisqu’il s’agit d’un tapis rouge à reliefs. « Les espaces d’accueil étant au centre du concours, je suis parti de l’idée du tapis rouge pour exploiter l’imaginaire qui s’y rattache, comme la montée des marches à Cannes, décrit-il. Mais de manière ludique, avec des plateformes modulables qui composent un parcours de jeu à agencer librement, selon les envies et la configuration des lobbys. »

Dérouler, le parcours modulable du gagnant du troisième prix Lucas Lorigeon
Dérouler, le parcours modulable du gagnant du troisième prix Lucas Lorigeon

L’ouverture sur un univers inattendu, dès l’accueil !

L'expo incontournable de la rentrée

Le premier prix du concours sera exposé sur The Good Concept Store, au 3e étage du Printemps de l’Homme boulevard Haussmann à Paris durant l’exposition ibis Styles qui rassemblera des tirages photo d’ambiances d’hôtels ibis Styles ainsi qu’une sélection d’objets design by ibis Styles.

Du 24 septembre au 7 octobre.

The good concept store La sélection IDEAT