A Séville, Casaplata donne une leçon de béton joyeux

La rentrée est là, alors on vous donne nos meilleures adresses week-end pour prolonger l'été. Direction Séville, avec la Casaplata, tout juste décoré par le studio madrilène Lucas y Hernandez-Gil, qui a su transformer ce bar-restaurant en un cocon dans lequel on se voit déjà partager un repas entre amis…

Casaplata est un nouveau bar-restaurant qui s’est implanté à Séville dans le quartier vibrant de l’Alameda. Loin des intérieurs traditionnels andalous, ses architectes ont misé sur un esprit industriel relooké en multipliant les matières. Difficile, donc, de ne pas toucher au béton brut des murs, à la surface polie des tables et au velours des chaises…

La salle du restaurant arbore un camaïeu de gris relevé par les notes roses du velours.
La salle du restaurant arbore un camaïeu de gris relevé par les notes roses du velours. Juan Delgado

Douceur et industrie semblent naturellement antinomiques mais se trouvent ici rassemblées pour un mariage audacieux, gracieusement souligné par les néons colorés, qui confèrent à la salle une atmosphère étonnamment chaleureuse aussi propice au déjeuner qu’aux soirées endiablées.

Le bar du restaurant et ses néons violets.
Le bar du restaurant et ses néons violets. Juan Delgado

Le studio madrilène Lucas y Hernandez-Gil a pensé un espace rythmé par des choix de matériaux texturés, agencés ensemble au moyen de formes radicales et efficaces, du miroir à la table montée sur roulettes, et aux meubles vaporeux en tôle perforée colorée. C’était d’ailleurs une demande des propriétaires, qui souhaitaient pouvoir faire muter le lieux à l’occasion d’événements. Les éléments modulables étaient donc de rigueur pour l’établissement, qui a reçu un très bel accueil des habitants de la métropole.

Les nuances de gris se superposent et produisent un effet apaisant.
Les nuances de gris se superposent et produisent un effet apaisant. Juan Delgado

Les architectes assument volontiers la filiation avec les tableaux de Giorgio Morandi, ce peintre italien soucieux d’observer le monde pour mieux le comprendre, qui réalisa une série de natures mortes dont les fonds gris, comme ici le béton omniprésent de la salle, font ressurgir l’essence des objets (peints) au premier plan.

Ici, la fenêtre circulaire laisse entrevoir le miroir qui donne une impression de profondeur.
Ici, la fenêtre circulaire laisse entrevoir le miroir qui donne une impression de profondeur. Juan Delgado

L’ancienne cafétéria propose aujourd’hui, en plus du restaurant, sa version bar le soir et, aussi étonnant que cela puisse paraître, aucun tour de passe-passe n’est nécessaire à sa transformation. Les néons à la Jerzy Seymour (Lucky Larry’s Cosmic Commune) suffisent à procurer une ambiance follement électrique qui ravive le lieu une fois la nuit tombée. L’intervention se veut fine et donne l’impression d’un entrepôt désaffecté tendance à souhait, comme le secret bien gardé des locals, dont on vous transmet l’adresse volontiers (on a déjà réservé notre week-end…).

Ces tables perforées permettent une belle circulation du regard, sans scinder la salle du restaurant.
Ces tables perforées permettent une belle circulation du regard, sans scinder la salle du restaurant. Juan Delgado
L’établissement se dote même d’une salle isolée, pour un déjeuner plus intimiste.
L’établissement se dote même d’une salle isolée, pour un déjeuner plus intimiste. Juan Delgado

> Casaplata. Calle Amor de Dios 7, 41002 Sevilla, Espagne. Tél. : +34 955 12 62 26.

The good concept store La sélection IDEAT