Au Liban, l’art contemporain réveille l’architecture de Niemeyer

Avec l’exposition « Cycles of Collapsing Progress », l’art contemporain dialogue pour la première fois avec l’architecture moderniste de la foire construite par Oscar Niemeyer à Tripoli (Liban). Figée comme en arrêt sur image depuis 1974, elle est étonnamment intacte.

Commandée en 1962 par le président libanais Fouad Chéhab à l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, qui venait tout juste de livrer Brasilia, la foire internationale Rashid Karameh de Tripoli est une des manifestations exemplaires de l’architecture moderniste au Liban, ainsi que l’un des cinq plus vastes espaces d’exposition au monde. « Le lieu n’a jamais été officiellement fini. Il y a eu une préinauguration en 1974, la foire devait accueillir quotidiennement 15 000 visiteurs et puis la guerre (de 1975 à 1990, NDLR) est arrivée », explique la curatrice Karina el-Helou.

Les quinze structures créées par l’architecte de Brasilia pour la Foire internationale Rashid Karameh à Tripoli adoptent une grande variété de formes.
Les quinze structures créées par l’architecte de Brasilia pour la Foire internationale Rashid Karameh à Tripoli adoptent une grande variété de formes.

Tout s’est figé en l’état et, aussi incroyable que cela puisse paraître, les bâtiments sont restés quasiment intacts. Occupés par des milices à une époque, ils sont aujourd’hui fermés au public, sauf autorisation spéciale, et l’éventualité d’un classement au Patrimoine mondial de l’Unesco est toujours en suspens. C’est dans ce cadre unique – et naturellement en interaction avec lui – que Karina el-Helou et sa co-curatrice Anissa Touati ont dévoilé l’exposition « Cycles of Collapsing Progress », organisée par le BeMA, le futur Beirut Museum of Art.

Parmi les différents volumes, le dôme n’est pas sans rappeler celui construit pour le siège parisien du Parti communiste, place du Colonel-Fabien.
Parmi les différents volumes, le dôme n’est pas sans rappeler celui construit pour le siège parisien du Parti communiste, place du Colonel-Fabien. ©Line Itani

Dix œuvres créées spécifiquement pour le site par des artistes libanais et mexicains offriront une vision contemporaine de l’utopie, ce puissant moteur du progrès dans les années 60. « L’idée n’est pas d’être nostalgique mais de faire un état des lieux. Et, surtout, de montrer les autres facettes du progrès en 2018, quand tant d’artistes travaillent aujourd’hui sur l’anthropocène [une phase l’histoire de laTerre qui a débuté fin XVIIIe, lorsque les activités humaines ont eu un impact global significatif sur l’écosystème terrestre, NDLR] », poursuit ­Karina el-Helou. Une expérience extraordinaire en perspective.

L’exposition fait revivre chacune des 15 structures, dénuées de toute finition superflue.
L’exposition fait revivre chacune des 15 structures, dénuées de toute finition superflue. ©Line Itani

> « Cycles of Collapsing Progress ». À la foire internationale Rashid Karameh de Tripoli, jusqu’au 23 octobre. www.bema.museum

The Good Spots Destination Liban

The good concept store La sélection IDEAT